Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 Pêche : la CCI sonne l'alerte
 le 25.10.2013 à 22 h 17 - mis à jour le 26.10.2013 à 22 h 43 Réagir : Partager :        
 

Face à l’érosion progressive de la flotte de pêche, le Président de la CCI de Quimper Cornouaille, aux côtés des professionnels de la filière, a exprimé ses inquiétudes ce vendredi 25 octobre.

Depuis sa prise de fonctions il y a 8 ans, la pêche débarquée en Cornouaille est passée de 51 000 tonnes par an à 35 000 tonnes pour le poisson blanc.
Sur la même période, le nombre de navires immatriculés au quartier maritime du Guilvinec est passé de 302 à 238(chiffres 31/12/2012) soit une baisse de 21%. Pour les navires hauturiers, la baisse atteint 37% (115 navires contre 75 à fin 2012).

Et l’hémorragie se poursuit puisque fin 2013, le quartier maritime du Guilvinec pourrait avoir perdu, en seulement un an, l'équivalent de 20% de sa flotte hauturière.
« En 2014, on risque d'avoir une plongée du tonnage » prévient Jean-François Garrec. Et à la CCI, on craint qu'à terme, s’il n’y a plus de poissons, les entreprises aillent s’installer ailleurs. Entre les emplois directs et indirects, la pêche concerne près de 8000 emplois en Cornouaille.

Les causes de la baisse de la flottille sont nombreuses :
- beaucoup de patrons pécheurs arrivent à l'âge de la retraite,
- des armements espagnols sont acheteurs des bateaux bigoudens et de leurs quotas de pêche,
- le prix du gasoil, et la mise aux normes des bateaux plombent la rentabilité des navires.

Le président de la CCI tire aujourd’hui la sonnette d’alarme :
- il va demander aux services de l'état que la pêche soit reconnue dans la filière agroalimentaire,
- il souhaite également « alerter le monde politique pour sauver cette région »,
- du côté de la CCI, ils vont travailler avec les acteurs professionnels de la filière pour proposer des solutions.
« C'est maintenant qu'il faut agir, et ce ne sera pas la peine d'aller manifester avec des écharpes quand ce sera trop tard » prévient aujourd’hui Jean-François Garrec.

Il n’oublie pas de rappeler que la pêche attire aussi le tourisme.

La CCI promet qu'elle va se battre pour « aller chercher des financements, pour que la filière pêche retrouve sa place », « car on ne veut pas que notre péninsule devienne une réserve ».

Concernant la restructuration des ports : En 2013, principalement Loctudy et le Guilvinec sont touchés par la diminution de la flottille. Compte tenu de la baisse des tonnages débarqués en 2014, « il faudra restructurer les équipements ». Si Jean-François Garrec reconnait qu'à Loctudy « il y a un mareyage dynamique », il faut se rendre à l'évidence « on ne pourra pas avoir un déficit dans tous les équipements ». Des décisions lourdes de conséquences devraient être prises au premier semestre 2014.

 le 25.10.2013 à 22 h 17 - mis à jour le 26.10.2013 à 22 h 43 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire Voir les commentaires (4)
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.