Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 Naissance des bonnets rouges bigoudens
 le 12.12.2013 à 22 h 06 - mis à jour le 13.12.2013 à 07 h 26 Réagir : Partager :        
 

Le mouvement des bonnets rouges est né le 12 octobre 2013 à Pont de Buis lors d'un rassemblement contre l'écotaxe. Depuis, le mouvement a pris de l'ampleur, les bonnets rouges étaient nombreux à Quimper le 2 novembre, et encore plus nombreux à Carhaix le 30 novembre.

A l'origine de ces rassemblements : le collectif « Vivre, décider et travailler en Bretagne » dont les porte-paroles sont Thierry Merret, président de la Fédération Départementale des Syndicats d'Exploitants Agricoles (FDSEA) et Christian Troadec, maire divers gauche de Carhaix. Depuis le rassemblement de Carhaix, des collectifs locaux se mettent en place. Une trentaine en Bretagne selon Reun Koupa, devenu référent du collectif des bonnets rouges bigoudens.
Ce dernier comprend déjà une cinquantaine de membres. « Nous sommes apolitique précise d'emblée » le référent. Le collectif local reprend le même slogan que le collectif central. « Mais si on veut vivre au pays, il faut aussi décider ! Et aujourd'hui nos élus n'ont pas les moyens de gérer la Région » dénonce l'infatigable Reun Koupa. En guise d'exemple, il compare le budget de la Région Bretagne (un milliard) à celui du pays de Galles (équivalent en population) qui serait de l'ordre de 24 milliards par an.

Autour de lui, on retrouve Jean-François Le Bleis en tant que citoyen, Armelle Bosser, salariée dans le secteur des transports, Jean-Marc Daniel, transporteur, Eric Leost, éditeur et Alain Joncour, mareyeur armateur. "On a également des marins pêcheurs dans le collectif", promet Reun Koupa.
Tous pointent l’écotaxe comme déclencheur de la fronde. Tour à tour, ils dénoncent les charges trop importantes qui étouffent l'économie, la multitude des strates administratives, la mise en place de l’écotaxe qui auraient comme conséquences de diminuer le pouvoir d’achat et les Bonnets rouges bigoudens d'évoquer également leurs craintes pour l’avenir.

Les revendications du collectif sont donc nombreuses :
- suppression de l'écotaxe
- continuer à bénéficier de la gratuité du réseau routier
- rattachement de la Loire Atlantique à la Bretagne
- aller vers plus de régionalisation

Sur ce dernier point, les membres se réjouissent qu’enfin le débat de la régionalisation soit mis au goût du jour. Et ils demandent que la Bretagne bénéficie d'un statut particulier de part son côté péninsulaire. « On se bat pour que les élus aient plus de pouvoirs » clame Reun Koupa.

Le collectif élargi va se réunir pour la première fois le samedi 14 décembre à 17h salle polyvalente de Plonéour-Lanvern. L'occasion pour les membres de se connaître, d’échanger et de fixer les objectifs locaux qui seront ensuite remontés au collectif central.

Contact :
Reun Koupa - Tél : 06 64 65 31 68
Groupe Facebook :https://www.facebook.com/groups/bonnetsrougespaysbigouden/

 le 12.12.2013 à 22 h 06 - mis à jour le 13.12.2013 à 07 h 26 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire Voir les commentaires (35)
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.