Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 Plozévet. Les graffeurs investissent l'arène
 le 22.04.2014 à 22 h 55 - mis à jour le 23.04.2014 à 21 h 41 Réagir : Partager :        
 

N'ayant pas peur des mots : c'est une première en Bretagne, une manifestation unique dans son genre, mêlant des styles et des supports artistiques différents,  où le graff sera l'invité principal !  Et ça se passe en pays bigouden, à Plozévet, et ça démarre ce jeudi pour trois nuits consécutives.

Ce festival, intitulé L'Arène du graff, est né dans l'esprit de deux artistes touche-à-tout - Véro et Mano Falaise-Ressouche - de l'association Les Ateliers de la Cale, créée en 2006 à Plozévet et qui a pour but de monter et de promouvoir des spectacles vivants, mêlant plusieurs activités artistiques et  joués dans des lieux plutôt improbables, détournés de leur objectif principal. On se souviendra, notamment, de leur parcours-exposition intitulé Enfants des limbes, en mars 2010, au Hangar d'Art à Plozévet. Aujourd'hui, c'est une autre manifestation qui leur tient à coeur, un festival monté sur trois jours, qui fait de nouveau la part belle au spectacle vivant sous toutes ses formes et où l'art graffiti tiendra le haut du pavé. Et c'est, au départ, en voyant travailler leur fils, qui exerce cet art du grafitti depuis plus de dix ans, qu'ils ont décidé de monter cet événement, en partenariat avec la Communauté de communes du Haut-Pays bigouden, la commune de Plozévet et On Air Alternative, une autre (jeune) association plozévetienne.
 

Entretien avec Mano Falaise-Ressouche.

Comment est né l'idée de ce festival autour de l'art du graffiti ?
Au début, on devait faire une petite exposition, dans notre salle, au "30-cinq" avenue Georges Le Bail à Plozévet. Nous avons un fils graffeur et, cet été, nous avons rencontré des graffeurs. Véro Falaise-Ressouche, surtout, a suivi les orientations artistiques des graffeurs et des graffs. Et puis, tout doucement, en approfondissant ce sujet, en découvrant bien davantage l'écriture du graff - qui est en fait une autre forme d'écriture, tout comme la poésie, le roman ou le théâtre - nous avons décidé de monter un événement plus important. Nous nous sommes aperçus aussi qu'il y avait un véritable mouvement chorégraphique des graffeurs, leurs corps devenaient une danse, et donc, avec tout ça, nous avons souhaité aller plus loin.

Le festival s'intitule "L'Arène du graff". Pourquoi ?
Il y a le lien avec l'expression "descendre dans l'arène", la notion d'énergie et aussi la notion de jeu. Et, de notre côté, il y a aussi l'idée de défendre cet art, de défendre ce travail artistique qui est certes d'une grande modernité mais qui s'inscrit aussi dans notre mémoire collective. Lorsqu'on considère les peintures pariétales, on peut penser qu'il y a une ressemblance dans le geste, dans le geste du graffeur aujourd'hui...

Quelle est l'idée principale de ce festival?
Il s'agit de mettre en scène une oeuvre picturale, l'art graffiti, sous la forme d'un opéra avec partition musicale originale en live. Les sept graffeurs qui se produiront le vendredi soir pour créer l'Opéra Graffiti, seront accompagnés, musicalement, par le groupe Corbeaux qui fait du rock instrumental, sans chant, et par la création d'une bande-son en live, réalisée par Véro Falaise-Ressouche. Avant cela, le jeudi soir, il y a aura une rencontre entre le tatouage et le graff, en plein air. Il y a des choses qui s'interpellent entre ces deux activités artistiques. Et puis, le festival se terminera par un concert surprise de The Wall Factory, une carte blanche laissée à ce groupe. 

Le festival n'est pas payant, seule une participation libre est demandée...
Oui, c'est un choix. Et c'est aussi pour montrer qu'il n'y a rien de figé. On peut venir, repartir, revenir. Les déplacements font partis de ce festival. C'est aussi l'idée de créer un festival presque au centre du bourg, sur la place publique où rien n'est figé.  Nous avons l'habitude, par ailleurs, de travailler au chapeau et ça marche bien. Ca nous étonne toujours un peu d'ailleurs !

La Communauté de communes du Haut-Pays bigouden, la commune de Plozévet et l'association On Air Alternative sont partenaires du festival.
En effet : On Air Alternative nous apporte sur cette manifestation son gros staff de bénévoles qui vont s'occuper de la buvette, de la petite restauration. La Communauté de communes participe aussi en offrant les bombes de peinture pour les graffeurs, les commerçants de Plozévet et plus largement du haut pays bigouden ainsi que de Pont-l'Abbé offrent pour les uns des viennoiseries, pour les autres de la charcuterie, de la peinture, aident à l'aménagement de la salle ....Ce festival a créé et crée de l'émulation autour de lui. La commune de Plozévet a ainsi passé une commande pour la réalisation d'une fresque en graffiti sur le mur de l'école publique ! C'est la première fois qu'une manifestation comme celle-là voit le jour dans le coin. Pour cette édition zéro, les graffeurs et les autres artistes viennent gratuitement se produire ici. Et ce sont tous des artistes à part entière, avec ce côté insaisissable, bondissant, puissant et indépendant ! 

 

Pratique :
L'Arène du Graff 
Edition Zéro
Les 24, 25 et 26 avril 2014 à Plozévet, près de la salle Avel Dro
Jeudi 24 avril à 20h :
la tatoueuse "Soisic pour toujours" assurera une performance de Body Painting pendant le vernissage de l'exposition "Accrochages contradictoires" des graffeurs intervenant sur l'Opéra et "Cri de la Rouille" de Nico Abel.
Vendredi 25 avril à 21h :
Sept graffeurs reconnus de Nantes viendront créer l'Opéra Graffiti. Ils seront accompagnés d'un sculpteur sur acier, Nico Abel. La création musicale en sera prise en charge par le groupe Corbeaux accompagné de Verolisa (création d'une bande son en live). 
Samedi 26 avril à 20h :
Concert de clôture du festival avec le groupe rock The Wall Factory.

Entrée libre, participative.


Renseignements :
Production Ateliers de la Cale - Mano Véro Falaise Ressouche
35 avenue Georges Le Bail 29710 Plozévet
Courriel : falaise-ressouche@bbox.fr
Pour aller plus loin :
Le site internet Les Ateliers de la Cale, en cliquant ici. 

 
 le 22.04.2014 à 22 h 55 - mis à jour le 23.04.2014 à 21 h 41 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.