Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 Pêche : « on s'interroge sur l'avenir »
 le 12.06.2014 à 22 h 11 Réagir : Partager :        
 

Ce jeudi 12 juin, Jean-François Garrec, président de la CCI Quimper Cornouaille, a entamé, par le Guilvinec, une tournée de visite des ports de pêche de la Cornouaille. Si « des réflexions sont en cours », le président n'hésite pas à annoncer que « la place forte de la pêche en Cornouaille sera le Guilvinec ». « Il faut restructurer, sinon on va à la catastrophe » prévient le président de la CCI. Depuis les différents plans de sortie de flotte, la CCI affiche un déficit d'exploitation au niveau des ports de Cornouaille : 1,4 millions d'euros en 2013.
« il faudra prendre des décisions importantes et adapter chaque port à ses besoins ».

Loctudy : le port est fortement déficitaire du fait du manque d'apports mais il possède un mareyage dynamique. « Si les mareyeurs (cf Hent Ar Bugale) arrivent à développer leur armement, c'est une bonne chose et on les accompagnera, mais il faut développer les apports ». Ceux-ci sont en retrait de 5% par rapport à 2013.
Enfin, concernant la mairie qui dit vouloir s'investir dans la gestion du port après 2017, Jean-François Le Garrec leur a souhaité « bon courage ». « Ils viennent d'arriver, ils sont tout feu tout flamme » a ironisé le président. « C'est facile de donner des idées, mais s'il y avait beaucoup d'autres modèles économiques, cela se saurait depuis longtemps ».
La vente du matin a été confirmée. Celle du soir avait été supprimée en début d'année.

St Guénolé : il n'y a plus beaucoup de débarquements autres que ceux du poisson bleu. « C'est du fait des entreprises » constate les représentants de la CCI, tributaire de la stratégie de l'unique armement du port. En conséquence, le nombre de ventes pourraient être revu à la baisse. Comme le port gère 7000 tonnes de poisson bleu par an, il n'est « pas impossible » que le port ne soit ouvert que lors des périodes dite poisson bleu.

Lesconil : actuellement 2 bateaux débarquent et un convoyage des produits de la pêche est assuré à 100% par la CCI. Une rencontre va avoir lieu avec la nouvelle municipalité. La CCI n'envisage pas de maintenir le service si la commune ne prend pas en charge au moins 50% du coût.

Le Guilvinec : Le président voit le Guilvinec comme la place forte de la pêche hauturière en Cornouaille. En fonction des scénari, la CCI investirait alors sur l'accueil, le stockage, le débarquement et le tri.

Aujourd'hui Jean-François Garrec se dit prêt à aller très vite sur ces restructurations, « le plus vite possible sera le mieux pour tout le monde ». Mais le président reconnaît qu'il est aussi difficile de prendre des décisions car la situation change : « il y a encore des bateaux et armement à vendre ». « Avec la filière, nous devons nous parler » : c'est le but de cette tournée qu'il a entamé ce jeudi matin, une tournée qui devrait s’achever en septembre.

Et une fois encore, Jean-François Garrec a fait le voeu d'être accompagné, un peu plus, par les élus.

 
 le 12.06.2014 à 22 h 11 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire Voir les commentaires (7)
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.