Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 Lesconil : Touche pas à mon école
 le 09.09.2014 à 21 h 25 - mis à jour le 09.09.2014 à 23 h 20 Réagir : Partager :        
 

Ce mardi soir, ils étaient environ 150 parents, enfants et sympathisants de l’école publique primaire Dr Fleming à manifester dans les rues de Lesconil, puisque l'établissement est menacée d'une fermeture de classe. « Pendant les vacances, l'école a perdu 18 élèves » explique Mélanie Joly, présidente de l'association des parents d'élèves. Elle met en cause la réforme de la semaine des 4 jours et demi : l'école Saint Joseph, située à Plobannalec, a maintenu son temps scolaire à 4 jours et plusieurs parents ont changé d'école à leurs enfants. Avec 92 enfants pour 5 classes, l'inspection académique souhaite donc supprimer une classe. En jeu, le poste de Patricia Quénet.

Frédéric Le Loch, le maire de la commune, appellera demain l'inspectrice pour lui demander de prendre en compte « la problématique des communes littorales confrontées à la perte d'emplois et à un immobilier trop cher ». Il lui demandera de surseoir à cette décision afin de laisser du temps aux nouveaux élus d’engager « une réflexion qui permette de revoir les effectifs à la hausse ». Frédéric Le Loch souhaite que l'inspection académique « pense autrement que par une simple logique comptable » et prenne, au contraire, « une décision politique et courageuse » en faveur de l'école publique.

Les parents craignent de leur côté que cette fermeture de classe fasse boule de neige et que d'autres parents quittent l'école publique. L'inspection devrait rendre sa décision jeudi ou vendredi. Une délégation de parents se rendra sur place. 

 

 
 le 09.09.2014 à 21 h 25 - mis à jour le 09.09.2014 à 23 h 20 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire Voir les commentaires (2)
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.