Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 Violette Verdy, de retour à Pont-l'Abbé.
 le 16.12.2014 à 09 h 42 - mis à jour le 17.12.2014 à 21 h 51 Réagir : Partager :        
 

C'est un événement qui dépasse les frontières de la danse : Violette Verdy, née Nelly Guillerm le 1er décembre 1933 à Pont-l'Abbé, revient dans sa ville natale en août prochain, sur invitation de son amie - la danseuse et enseignante de la danse - Annik Coatalen,  qui avait fondé, avec son soutien, le stage de danse IDP (International Dance Pont-l'Abbé). Et c'est dans le cadre des vingt ans de ce stage - qui réunit sur une semaine de grands professeurs dans les disciplines de la danse classique, jazz, contemporain ou encore hip hop au profit d'une centaine de stagiaires - que Violette Verdy a accepté de venir, elle aussi, enseigner son art aux plus jeunes, sur cette scène du centre culturel du Triskell qui porte son nom. Choix qui fut fait avant même la construction du bâtiment, rappelle Bernard Le Floc'h, adjoint à la culture de Pont-l'Abbé.

En effet, c'est lors d'une commission extra-municipale d'étude du projet Triskell, dans laquelle siégeait Bernard Le Floc'h, sous la mandature de Bastien Jolivet, que deux noms étaient proposés  : Marcel Landowski, compositeur français, également né à Pont-l'Abbé, "apôtre de la décentralisation sous André Malraux" dixit Bernard Le Floc'h et Violette Verdy, nom proposé par Rémy Pencréac'h. Ce dernier était scolarisé dans la même école que la jeune Nelly Guillerm à la fin des années 30, "où ils jouaient ensemble dans le bac à sable" raconte encore Bernard Le Floc'h. Vu l'extraordinaire carrière de la danseuse, c'est son nom qui sera retenu. Violette Verdy sera d'ailleurs présente lors de l'inauguration du centre culturel en 1992 et recevra, en 2007, la médaille de la ville. 

Pour aller un peu plus loin, nous avons contacté Florence Poudru, docteur de l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, professeur d'Histoire de la danse au CNSMD de Lyon et, entre autres, co-auteur avec Dominique Delouche de l'ouvrage Violette Verdy (éditions : Centre National de la Danse, 2008).

Avant de nous parler du parcours de cette artiste qu'est Violette Verdy, comment qualifiez-vous la venue de cette grande dame à Pont-l'Abbé, en août prochain ?
C'est une chance extraordinaire pour ces stagiaires. Vous savez, lorsqu'on prononce le nom de Violette Verdy dans une compagnie professionnelle de danse, c'est comme si l'on prononçait un mot magique. C'est une personnalité profondément respectée et adorée dans le monde de la danse. Violette Verdy est exceptionnelle. Elle porte très haut les couleurs de la danse depuis les années 50. C'est une très, très grande dame, tant par son parcours artistique exceptionnel que par sa personnalité extraordinaire.

Revenons en arrière...Violette Verdy ou plutôt Nelly Guillerm, naît à Pont-l'Abbé en 1933...
En effet. Nelly Guillerm, future Violette Verdy, naît à Pont-l'Abbé le 1er décembre 1933. Elle est la fille unique de Renan Guillerm, qui décède en avril 1934, et de Jeanne Châteaureynaud qui était institutrice. En 1942, alors que Violette Verdy a 9 ans, toutes deux partent vivre à Paris, dans le quartier Montparnasse. Là, Violette intègre le cours de Madame Rousanne, célèbre professeur russe, très réputée, qui forme également les grands danseurs de l'Opéra de Paris qui viennent alors se perfectionner chez elle. Violette y croise donc Maurice Béjart, Jean Babilée ou encore Roland Petit. (...)
La mère de Violette Verdy est une personnalité importante, déterminante même dans le parcours de sa fille. Jeanne Châteaureynaud a des choix très affirmés, concernant notamment l'éducation de sa fille. C'est ainsi qu'elle refuse que Violette Verdy intègre l'école de Danse de l'Opéra de Paris (pour qu’elle suive un cursus scolaire dans une institution de son choix) alors que, poussée par Madame Rousanne, elle avait réussi le concours. Violette sera donc formée à l'école russe de Madame Rousane et de son compagnon Victor Gsovsky. (...)On peut dire que la personnalité de la mère de Violette Verdy a été fondamentale dans la construction de l'artiste et de la femme.

A quel moment Nelly Guillerm est-elle devenue Violette Verdy ?
C'était au début des années 50, Violette avait alors 17 ans. Elle venait d'être choisie pour interpréter le rôle principal de Ballerina, un film sur la danse, réalisé par le cinéaste Ludwig Berger. Pour lui, le nom de la jeune danseuse est imprononçable. C'est ainsi que Nelly Guillerm devient Violette Verdy. Ce prénom de fleur lui a été suggéré et lui a plu. Quant au nom, c'était une époque où on aimait les consonnes doublées : Michèle Morgan ou Simone Signoret. C'est en référence au compositeur italien - Verdi - qu'elle adopte Verdy, en changeant la graphie. Elle devient donc Violette Verdy. Au grand dam de sa mère qui était très défavorable à ce changement de nom, de prénom surtout, car Violette lui rappelait l'histoire dramatique de Violette Nozière, une jeune meurtrière qui défraya la chronique dans les années 30. Mais la jeune danseuse d'alors a tenu bon.

Sa carrière de danseuse démarre lorsqu'elle est encore très jeune ?
Oui, la carrière de Violette Verdy est très précoce. C'est une carrière qui démarre lorsqu'elle est encore une enfant. A 13 ans, elle fait sa première apparition sur scène, dans Le Poète de Roland Petit, qui vient de fonder les Ballets des Champs-Elysées. Puis, à 15 ans, toujours dans cette compagnie prestigieuse, elle est soliste, sa partenaire est Leslie Caron, de deux ans son aînée. Par la suite, et grâce justement à ces expériences scéniques, elle connaîtra quelques incursions dans le monde du cinéma, comme avec Ludwig Berger pour Ballerina ou encore au théâtre avec un rôle dans Malatesta d'Henry de Montherlant, mis en scène au théâtre Marigny par la compagnie Renaud-Barrault. Elle aurait pu alors poursuivre dans cette voie-là, mais le déclic - qui lui a fait définitivement embrasser la carrière de danseuse - est avec le ballet Le Loup, créé par Roland Petit, également son partenaire sur scène. Violette Verdy a alors 20 ans. Son brio technique, sa musicalité et sa capacité d'interprétation du rôle sont salués par tous. (...)
Elle fait ainsi une première partie de sa carrière en France, part en tournées dans les pays européens, participe à de nombreux festivals avant d'embrasser une carrière internationale qui la conduira avec l'American Ballet Theatre aux Etats-Unis. Quand Violette Verdy quitte l’Europe, en 1957, il faut bien se rendre compte qu'elle a déjà 12 ans de carrière derrière elle !

Aux Etats-Unis, elle dansera au New York City Ballet...
Oui, où elle travaillera dès 1958, à l'âge de 25 ans, au quotidien avec George Balanchine qui l'avait déjà repérée dans Le Loup de Roland Petit. Balanchine était séduit par sa maturité, son intelligence, sa musicalité, sa technique et la beauté de sa danse. Au New York City Ballet, Violette Verdy devient "principal" ce qui correspond au grade d'étoile. Elle travaillera pendant 18 ans auprès de Balanchine, son maître. (…). Elle est revenue en France, pendant trois ans, nommée directrice du Ballet de l'Opéra de Paris en 1977. Par la suite, elle a dirigé de très grandes compagnies américaines. Violette Verdy vit toujours aux Etats-Unis aujourd'hui et continue à enseigner la danse, au plus haut niveau.

Pour conclure, que diriez-vous de Violette Verdy, aujourd'hui ?
C'est une très grande dame. Elle est absolument brillante, notamment lorsqu'elle «coache » les danseurs étoiles. Elle utilise des expressions imaginées, très concrètes. Et elle sait le faire comme personne ! Et jamais Violette Verdy ne dira qu'elle détient la vérité. Elle donne son point de vue, comme un artisan. Elle a un énorme respect pour autrui, associé à une grande modestie et humilité....C'est une femme pétillante d'intelligence et d'amour pour la vie...A tel point qu'elle en est bouleversante. (...) Violette Verdy, à elle seule, est un musée vivant de la danse. Oui, un musée vivant et vibrant. La danse mondiale est son jardin.

Les inscriptions pour le stage international de danse à Pont-l'Abbé, en présence donc de Violette Verdy, sont ouvertes. Pour tous renseignements pratiques et inscriptions, cliquez ici.
 
Pour aller plus loin :
Violette Verdy
de Dominique Delouche & Florence Poudru
Editeur : Centre National de la Danse
Collection : Parcours d'artistes
Décembre 2008
200 pages.

Pour visionner un extrait du masterclass animé par Violette Verdy, filmé par Dominique Delouche dans son film Violette et Mr B, cliquez ici. 

Légende photos :
Photos 1 et 3 : couverture du livre Violette Verdy, de Dominique Delouche&Florence Poudru
Photo 2 : Violette Verdy dans les années 1970, collection personnelle d'Annik Coatalen.

 
 le 16.12.2014 à 09 h 42 - mis à jour le 17.12.2014 à 21 h 51 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire Voir les commentaires (3)
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.