Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 L'Ode à la nature des Amis du Musée.
 le 09.12.2014 à 22 h 55 - mis à jour le 09.12.2014 à 22 h 58 Réagir : Partager :        
 

Après le vif succès remporté l'an passé avec l'exposition consacrée au dessinateur Bruno Le Floc'h - qui avait attiré pas moins de 1 700 visiteurs pendant les vacances de Noël au musée de Pont-l'Abbé - Les Amis du Musée Bigouden se devaient de relever le défi en proposant un nouvel événement à la hauteur du premier. Avec l'annonce de leur deuxième exposition de fin d'année, qui s'ouvre ce week-end au Musée Bigouden, et intitulée Ode à la nature, ils font honneur à leur réputation !

En effet, pour la première fois en pays bigouden, les oeuvres du peintre et cartonnier en tapisserie Dom Robert (1907-1997) - dont certaines ont été ou sont toujours brodées par la Maison Le Minor - seront exposées au Musée Bigouden. Dès ce week-end, les visiteurs pourront donc découvrir l'oeuvre de ce moine bénédictin  - né Guy de Chaunac-Lanzacu, dit Dom Robert - qui, dans son travail d'artiste, s'est focalisé sur la nature.
" Il a très peu dessiné des personnages, mais surtout observé, détaillé, croqué la nature" précise ainsi Annick Fleitour, la présidente des Amis du Musée Bigouden, qui ajoute :"Dom Robert avait consacré son existence à l’observation de la nature et à la restitution picturale de son environnement immédiat." La faune et la flore,  inlassablement contemplées et croquées, sont sublimées ensuite, dans l'atelier de l'artiste. Son oeuvre, poursuit encore Annick Fleitour, est "foisonnante, luxuriante, très colorée et vivante". Cinq tapisseries d'Aubusson, des dessins et lithographies de Dom Robert seront ainsi exposés au Musée, tout comme des oeuvres de l'artiste brodées par la Maison Le Minor.  

Il faut remonter dans le temps, à l'année 1947 exactement, pour comprendre ce qui à pu unir l'artiste Dom Robert, qui vivait alors à l’abbaye d’En Calcat, dans le Tarn, à la Maison Le Minor de Pont-l'Abbé. Le moine bénédictin connaissait à cette époque un grand succès artistique, suite à sa rencontre avec Jean Lurçat, grand rénovateur de la tapisserie française, qui l’avait encouragé sur la voie de la tapisserie, l’incitant à transposer ses aquarelles en cartons à destination des ouvriers lissiers d’Aubusson. Mais les supérieurs du moine ne goûtaient pas cette sur-exposition d'un des leurs et prirent la décision de l'envoyer en exil, autrement appelé "convalescence artistique", d'abord à Kerbénéat dans le Finistère (c’est là que vit la communauté qui relèvera plus tard Landévennec), puis à Buckfast Abbey, une abbaye bénédictine du Devon dans le sud-ouest de l’Angleterre.
Le choc de l'exil forcé fut rude pour Dom Robert, qui pu néanmoins compter sur la bienveillance du Père Marie de Kerbénéat, qui l'emmena en excursion et s'arrêta, en route, chez une de ses connaissances, à Pont-l'Abbé : Anne-Marie Le Minor. Celle-ci, "au culot" comme le précise aujourd'hui son petit-fils, Gildas Le Minor, décida quelques années plus tard, en 1960, de faire exécuter en broderie un détail d’une tapisserie de Dom Robert, dont elle possèdait une reproduction en carte postale. Elle essuiera un refus net de l'artiste, ce qui ne découragea pas la Bigoudène ! Et, finalement, Dom Robert acceptera, comme l'explique Annick Fleitour "cette nouvelle interprétation de ses oeuvres" et autorisera "la Maison pont-l’abbiste à exécuter en broderie quelques cartons de tapisserie, en toatalité ou en partie". La première tapisserie brodée - Le jardin des sirènes -  d'après un carton de Dom Robert, est réalisée en 1968. Depuis, figurent au catalogue de la Maison Le Minor  une douzaine d’oeuvres toutes traitées précédemment en tapisserie de basse lisse, oeuvres qui bénéficient de l’appellation « oeuvre d’art » et ne peuvent être réalisées qu’à huit exemplaires.

Et enfin, comme si la richesse de l'oeuvre de Dom Robert et son lien artistique et amical avec la Maison Le Minor ne suffisaient pas aux visiteurs (!), Les Amis du Musée Bigouden ont invité, en coup de coeur, une jeune et très talentueuse artiste costarmoricaine à exposer également son travail, qui constitue un véritable trait d'union entre le passé et le présent : Gaëlle Le Fur, qui a déjà travaillé avec la Maison Le Minor en créant pour elle du linge de table, est également passionnée de l'univers de Dom Robert, dont elle s'inspire pour ses propres créations qu'elle présentera dans la salle des gardes du Musée. 

Ainsi donc, les plus grands pourront s'extasier devant la beauté du dessin et des couleurs chatoyantes de l'oeuvre de Dom Robert, les plus petits pourront s'exclamer, les yeux tout écarquillés : "oh....le beau cheval.... et les papillons...comme ils sont jolis !" De quoi faire briller les yeux des enfants, avant ou après  la venue du  Père Noël...et ce gratuitement, puisque l'entrée à l'exposition est offerte par les Amis du Musée !

Pratique :
Ode à la nature
Dom Robert, la Maison Le Minor et 
l'artiste Gaëlle Le Fur
Musée Bigouden à Pont-l'Abbé
Samedi 13 et dimanche 14 décembre
Puis du 20 au 30 décembre (sauf le 25)
14h00 à 17h00
Entrée libre

Pour aller plus loin :
L'association dédiée à Dom Robert en cliquant ici. 

 

 

Photo 2 :
Les Amis et responsable du Musée Bigouden, Gildas Le Minor et Bernard Le Floc'h adjoint à la culture.
Photo 3 :
Dom Robert à la fenêtre (collection association Dom Robert)

 
 le 09.12.2014 à 22 h 55 - mis à jour le 09.12.2014 à 22 h 58 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.