Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 «Nous avons des ambitions pour le Musée.»
 le 13.03.2015 à 21 h 48 Réagir : Partager :        
 

L'association des Amis du Musée Bigouden tenait son assemblée générale jeudi 5 mars dernier devant une quarantaine d'adhérents et en présence de Marie Prigent-Viegas, la conservatrice du Musée Bigouden et de Thierry Mavic, le maire de Pont-l'Abbé. L'occasion, pour sa présidente Annick Fleitour, de dresser le bilan de l'année écoulée et de faire part des projets à venir pour 2015, où pas moins de deux expositions sont en cours d'élaboration. Le tout, avec un seul objectif, souligné avec force : "contribuer au développement, au rayonnement et à la promotion du musée, ainsi qu’à l’enrichissement de ses collections (...) en parfaite concertation avec l'équipe du musée."

Concernant l'année écoulée, 2014 a été, se réjouit Annick Fleitour, "une année très active et riche" pour la jeune association qui n'a été créée qu'en février 2013. L'organisation de conférences, de visites commentées du Musée Bigouden, de sorties au Musée départemental Breton à Quimper mais aussi l'acquisition de pièces pour enrichir les collections du Musée, comme cette photographie (ci-contre) représentant un portrait de femme avec un plastron à la mode bigoudène, ou encore  la poursuite et la consolidation des deux ateliers - recherche et couture - mis sur pied par les Amis du Musée Bigouden, en font aujourd'hui une association dynamique. Sans oublier son événement phare de la fin de l'année - une exposition au Musée Bigouden aux vacances de Noël - qui draine un public conséquent.  Ainsi, l'exposition consacrée à Dom Robert et la Maison Le Minor a attiré 1 600 visiteurs en décembre dernier et 460 scolaires sont également venus admirer les couleurs chatoyantes des tapisseries de l'artiste. On se souvient que la première exposition, consacrée au gentleman du 9ème art - Bruno Le Floc'h - avait connu un succès équivalent fin 2013.

Pour 2015, les Amis du Musée Bigouden fourmillent de projets. Pas moins de deux expositions sont programmées, dont la première, consacrée à l'artiste Corentin Le Pape, céramiste bigouden bien connu, se tiendra du 2 au 24 mai prochains. L'exposition de fin d'année mettra le Musée Bigouden en pleine lumière puisqu'il fêtera cette année ses 60 ans d'existence. Un anniversaire qui s'annonce haut en couleurs, puisque l'association souhaite faire revivre l'année de l'ouverture du Musée - 1955 - en recréant un espace de vie de l'époque et en organisant une soirée festive autour de cette date-clé.

Néanmoins, malgré ces aspects très positifs et dynamiques d'une association vivante et pleine d'entrain, sa présidente, Annick Fleitour, ne cache pas ses inquiétudes quant au développement du Musée Bigouden et quant au déploiement des salles de réserves du musée. Le Musée Bigouden, souligne ainsi Annick Fleitour, dans sa configuration actuelle, pose "d'importantes difficultés d’accessibilité." Et la présidente de préciser : Comment proposer des visites, par exemple à des groupes de retraités, quand non seulement il n’y a pas d’ascenseur mais aussi que les escaliers sont inconfortables, glissants, dangereux et de surcroît mal éclairés ?" De même, souligne Annick Fleitour, "la question des réserves reste d'actualité. (...) Elles sont capitales pour le musée. Les réserves muséales ne sont pas un grenier ou un entrepôt. Elles sont un espace de stockage certes, mais aussi de conservation dans des conditions optimales de pièces –forcément fragiles quand on sait que dans leur majorité, ce sont des pièces textiles. Elles sont aussi un espace d’étude et de valorisation des collections." Et ne peuvent donc pas se contenter des deux petites pièces actuelles à disposition qui ne respectent pas les conditions de conservation des pièces et ne permettent pas non plus d'y travailler.

Face à ces inquiétudes, Thierry Mavic, contacté par téléphone, se veut rassurant quant au devenir du Musée Bigouden, qui reçoit, "toute l'attention qu'il faut." Rappelant qu'il était aux responsabilités en 2005, et qu'il avait alors été à l'origine de "la professionnalisation de l'équipe du musée" ainsi que "de la confortation des emplois saisonniers en emplois permanents en 2007", le maire de Pont-l'Abbé estime qu'il a alors "posé le musée en terme d'avenir." Quant à la question de l'emplacement, du confinement et des problèmes d'accessibilité du Musée Bigouden, Thierry Mavic explique avoir pris la décision, avec son équipe municipale, de réaliser une étude et de s'entourer d'un "comité de pilotage, dans lequel Les Amis du Musée Bigouden auront toute leur place." Cette étude devra déterminer si "le Musée doit rester là ou pas" et  "quel espace au niveau du Château" pourrait être affecté le cas échéant au Musée Bigouden. Et l'élu d'évoquer de "larges espaces" vacants au Château, tel le premier étage au-dessus de la salle des mariages.  L'étude devrait être menée au cours de l'année.
Concernant la question des réserves, Thierry Mavic dit y réfléchir mais précise qu'il ne fera pas d'annonce tant qu'il ne sera pas sûr, taclant au passage son prédécesseur qui se serait avancé un peu vite en proposant une solution qui n'en serait finalement pas une. Cette question sera "réglée au cours du mandat." 

De son côté, Annick Fleitour concluera son rapport moral en précisant que le Musée Bigouden est certes un musée municipal, mais aussi un "musée de territoire, de terroir, dédiée au pays bigouden (...)Le temps est venu de s’interroger sur la compétence culturelle de la communauté de communes – j’ose même dire des communautés de communes." Et la présidente de conclure : "Nous avons des ambitions pour le musée. Nous espérons que les élus du territoire en auront également." 


Dans le cadre de son cycle de conférences, Les Amis du Musée bigouden donnent rendez-vous dimanche 15 mars prochain, à 17 h, à la Maison Pour Tous de Pont-l’Abbé. 
Annick Fleitour, au cours d’une conférence illustrée, évoquera le parcours de Tito Salas (photo ci-contre), jeune Vénézuélien, élève de Lucien Simon et André Dauchez, qui séjourna à Loctudy en 1905 avant de devenir le peintre majeur de son pays natal. Entrée : 4 euros.
 

 
 le 13.03.2015 à 21 h 48 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Une marche de soutien au Malamok. Parenthèse poétique au Malamok. Un dispositif pour sensibiliser au breton. Neige d'écume et blanc manteau à St Gué. Quand les ados se découvrent dans la tornade.
 Les + consultés sur l'ensemble des sites
E. Macron en tête presque partout
En pays bigouden, tous les résultats, commune par commune, sont désormais connus. Particularité, Marine Le Pen ....
1                                Cliquez ici
        2  Article  :  « Nous commençons à être bien connu. »
        3  Article  :  1 000 foyers alimentés grâce au vent.
        4  Article  :  L'opération escargot n'est pas autorisée.
        5  Article  :  Une marche de soutien au Malamok.
        6  Article  :  Parenthèse poétique au Malamok.