Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 Kerganet : « on réduit de moitié »
 le 19.05.2015 à 22 h 16 - mis à jour le 20.05.2015 à 08 h 28 Réagir : Partager :        
 

Lancé en 2008, le Schéma de COhérence Territoriale (SCOT) doit être approuvé jeudi soir en conseil syndical à Peumerit. Le SCOT est un document de planification territoriale pour les 20 prochaines années. Il donne des orientations dans de nombreux domaines comme le logement, l'environnement, le tourisme, l'économie, le numérique, le social, le nautisme, le littoral...
Le territoire d'étude comprend les 4 Communautés de communes de l'Ouest Cornouaille à savoir le pays bigouden sud, le haut pays bigouden, le Cap Sizun et le pays de Douarnenez. Un territoire fort de 90 000 habitants. Entretien avec Bruno Jullien (ci-contre), président du SIOCA, Syndicat Intercommunautaire Ouest Cornouaille Aménagement, en charge de l'élaboration du SCOT.

Le SCOT doit être approuvé jeudi au terme d'un long processus :
La démarche a commencé dès 2002 avec la création du SIOCA, un certains nombres de réflexions et de travaux ont démarré en 2005, et puis le travail de rédaction de SCOT a débuté en2008. Une telle durée est normale car c'est la première fois que 38 communes et 4 Communautés de communes travaillent ensemble pour mettre au point un projet d'aménagement et de développement.

Le SCOT est une vision à long terme...
Même s'il n'y a pas de temps défini, on travaille à horizon des 20 ans. Chaque commune a son plan local de l’habitat ou document d'urbanisme communal avec un horizon de 5 / 10 ans. Le SCOT voit plus loin, il est moins précis, sur un territoire plus grand et sur une durée plus longue.

Et cela dans de nombreux domaines ?
De l'aménagement du territoire, du développement des zones économiques, de développement de l’habitat, du logement, la protection des espaces agricoles et naturels, en fait, ce sont tous les domaines qui sont relatifs à l'organisation du territoire.

Sur l'aspect économique qu'est ce qui a été décidé ?
Tout d’abord, le SCOT est relatif à l'espace, il n'a pas de compétences de développement économique. Il concerne tout ce qui touche à l'économie agricole, au tourisme, et puis évidemment nous avons les questions commerciales. Mais je dois préciser, sur cet aspect, que l'objectif principal du SCOT est de protéger le commerce de proximité. Le SCOT demande ainsi aux communes, lorsqu’elles mettent en place leur document d'urbanisme, de concentrer les commerces de proximité, d'aménager l’espace pour favoriser une vie plus agréable et de proximité. Tout le monde considère que c’est un enjeu important.

Quid des zones commerciales de périphérie ?
Et a côté de cela vous avez les grandes surfaces commerciales, il y a des ZACOM sur lesquelles on développe des grandes surfaces commerciales et des surfaces commerciales de + de 400 m². Les élus se sont prononcés sur un premier projet en 2013 : 13 ZACOM avait été retenu sur le territoire Douarnenez, Pont-l’Abbé, Plouhinec, Penmarch, Plomeur, Combrit, Loctudy, Plonéour,…. Il s’agit pour ces zones en fait de capacité d’extension.

Aujourd’hui la zone de Kergenat (Plonéour-Lanvern) semble poser soucis. Les commerçants souhaitent que la zone soit transformée en zone artisanale
On est sensible à cette question et au fait de ne pas tuer le commerce de proximité mais au contraire de permettre de le développer. On a reçu les commerçants de Pont-l’Abbé, le GACCO, mais aussi les porteurs de projet.
Il faut préciser qu’aujourd’hui la zone commerciale figure déjà dans le document d'urbanisme de Plonéour-Lanvern (depuis 2008 ndlr). Après toutes les concertations, on a choisi de réduire très sensiblement la capacité de développement de la zone et on a entendu les remarques faites lors de l'enquête publique sur le trafic routier (remarque de la CCI ndlr). On souhaite donc que le développement commercial ne porte pas préjudice à la fluidité du trafic sur la rocade.

De combien sera alors la capacité de Kerganet ?
On va faire une proposition ( jeudi soir ndlr) pour réduire de moitié (la zone passerait ainsi de 8 000m² à 4 000m² en capacité d’extension ndlr). Les élus du SIOCA considèrent que c’est d’une importance capitale d'approuver ce SCOT qui concerne 38 communes. Mais cela concerne aussi la capacité de l'Ouest Cornouaille à travailler ensemble. On a progressé, on progresse, mais en respectant les différentes sensibilités et les différentes communes. Pour cela, il n’était pas question de supprimer complètement la zone commerciale car notre dossier (le SCOT ndlr) ne tiendrait plus juridiquement. Il avait été arrêté (le 26 novembre 2013) avec Kerganet et on ne peut pas supprimer la zone commerciale comme cela. Il aurait fallu tout remettre en chantier.
Nous avons donc choisi la solution médiane. Mais c'est une solution qui contraint fortement.
Maintenant on souhaite que le SCOT soit approuvé à l'unanimité, c'est cela qui lui donnera sa force. A chacun de prendre ses responsabilités pour l'Ouest Cornouaille.

 
 le 19.05.2015 à 22 h 16 - mis à jour le 20.05.2015 à 08 h 28 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire Voir les commentaires (3)
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.