Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 Les petites fermes en danger ?
 le 22.06.2015 à 22 h 15 - mis à jour le 22.06.2015 à 22 h 18 Réagir : Partager :        
 

Ses mains parlent pour elle. Des mains robustes et fortes. Des mains résistantes qui travaillent tous les jours la terre. Des mains qui ont vécu et qui racontent une histoire. Celle d'un petit bout de femme, bergère depuis ses 24 ans dans les Alpes, qui est revenue vivre en pays bigouden, dans la ferme familiale de Coat Keroëc de Tréméoc en 1996. Elle  y exploite les six hectares de terre où vit son cheptel, une vingtaine de brebis laitières, deux vaches et deux porcs, quelques volailles. Les fromages sont vendus directement aux consommateurs, sur le marché de Quimper. En été, elle repart dans les Alpes où elle mène des chèvres en alpages. Puis revient et poursuit son travail, à la main. Elle dit ne pas toucher d'aides, ni de subventions mais précise vivre de sa production et ajoute, dans un sourire : "On peut être fier de ce que l'on fait dans nos petites fermes (...) On recherche la qualité de la production, un respect de l'animal et de la nature. C'est une manière de travailler, en milieu rural, qui n'est pas industrielle. On travaille en circuit court, directement en lien avec les consommateurs." 

Elle, c'est Yveline Hélias. Ce premier dimanche de l'été, fête de la musique, elle recevait beaucoup de monde à la ferme. On y dansait, on y jouait de l'accordéon, on y discutait aussi. Les amis venaient d'à côté ou d'un peu plus loin pour la soutenir elle, dans un combat juridique qui l'oppose à une partie de sa famille, concernant cette terre qu'elle cultive et où elle vit. Un combat dont elle ne veut pas parler. Et que l'on devine douloureux.

Alors, Yveline Hélias préfère parler des autres personnes qui sont aussi venues en ce dimanche. Ces "gens du réseau" comme elle les nomme, proches ou membres de la Confédération paysanne (syndicat agricole), des AMAP (Association pour le Maintien de l'Agriculture Paysanne), du CIVAM (Centres d'Initiatives pour Valoriser l'Agriculture et le Milieu rural). Tous militants pour défendre un certain modèle de développement agricole, basé sur des petites fermes, à taille humaine, où le circuit court producteur-consommateur est la base du modèle économique. Des petites fermes où vivent et travaillent des paysans qui ont donc une conception bien précise de leur métier.
A l'image de Jean-Claude Ebrel, installé à Peumerit où, sur une quinzaine d'hectares, il élève une dizaine de Bretonnes Pie Noir pour produire du fromage et du lait. Jean-Claude Ebrel, président du Civam 29 (Centres d'Initiatives pour Valoriser l'Agriculture et le Milieu rural) qui explique :  "Il faut bien comprendre que les petites structures que nous exploitons sont viables économiquement. On gagne notre croûte, on ne demande pas d'aides et nos fermes sont transmissibles à d'autres, à des jeunes, parce qu'elles n'ont que peu de capital." Car là se situe également un cheval de bataille des militants : pouvoir transmettre la ferme à des jeunes, les accompagner au départ puis laisser sa place. Une façon soutient encore Jean-Claude Ebrel de "défendre un milieu rural vivant, où les jeunes viennent et peuvent venir s'installer, sans coût exorbitant." Cela fait aussi revenir des jeunes enfants dans les écoles poursuit le paysan.  Le coût financier de la terre est donc également au coeur de la défense des petites fermes. Cette terre non extensible mais sur laquelle pourtant tout le monde devrait pouvoir trouver sa place. Le problème est explique encore Jean-Claude Ebrel "que les grosses unités agricoles louent et achètent de plus en plus de terres. C'est une façon pour eux de faire fructifier le capital. Mais alors, il y en a forcément moins pour les autres." 

Dans le fond, conclura Yveline Hélias "c'est un idéal social et politique que de défendre les petites fermes aujourd'hui." Elle le dira avec une certaine gravité mais l'oeil pétillant. Un petit bout de femme, bergère fermière d'aujourd'hui, qui travaille et vit en pays bigouden. 

 
 le 22.06.2015 à 22 h 15 - mis à jour le 22.06.2015 à 22 h 18 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.