Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 « Mal au coeur de voir le tonnage baisser »
 le 14.01.2016 à 21 h 18 - mis à jour le 20.01.2016 à 21 h 01 Réagir : Partager :        
 

Ce mercredi 13 janvier 2016, la CCI de Quimper a détaillé les chiffres 2015 de la pêche en Cornouaille : l'ensemble des 6 ports du territoire enregistre une baisse du tonnage débarqué en criée de -6,46%( 39 359 tonnes) qui fait suite à une baisse de -8,09% en 2014. Par contre, en 2015, la valeur du poisson débarqué est en augmentation de +5,20% (134 622 K€).

Les responsables de la CCI Quimper Cornouaille expliquent la baisse du tonnage débarqué par deux raisons : une saison médiocre pour la sardine (-28%) et une activité hauturière en baisse de 5%, la Cornouaille ayant perdu 7 navires hauturiers en 2015, principalement sur Concarneau.
A noter que Concarneau ne compte plus qu’un seul hauturier. En 1992, l’année où la CCI a signé le contrat de concession, le port en comptait une centaine.
Sur les 39 359 tonnes débarquées en criée, 48% l’ont été au Guilvinec, 24% à Saint-Guénolé, 11% à Concarneau, 9% à Loctudy, 6% à Douarnenez et 2% à Audierne. « Le Guilvinec reste la locomotive » de la Cornouaille, « le port qui attire les bateaux » indique Christophe Hamel, responsable des criées à la CCI.

Le cours moyen en augmentation de 12,5%

Si le tonnage baisse d’année en année, le cours moyen du poisson est, quant à lui, en augmentation. Inférieur à 2,4 euros le kilo en 2011, il était de 3,42 euros le kilo en 2015 (+12,5% d’augmentation par rapport à 2014).
Pour justifier cette hausse, la CCI évoque la dynamique de la pêche côtière, le nombre important d’acheteurs et le développement de l’achat à distance, mais surtout la qualité des produits proposés à la vente et une forte demande sur le marché.
Le nombre d’acheteurs est aujourd’hui de 220 et, à en croire les responsables de la CCI, « d’autres toquent à la porte ». Désormais, 54% des achats se font à distance.

Si Jean-François Garrec (ci-contre à droite sur le photo aux côtés de Pierrick Joncour), Président de la CCI, estime que « des années comme 2015 sont bénéfiques pour tout le monde », Pierrick Joncour, armateur à Saint Guénolé et vice-président de la CCI en charge de la pêche, se focalise sur la diminution de la pêche hauturière d’année en année. « Elle est le fer de lance de la Cornouaille. Il faut des hauturiers. Actuellement, aucun jeune n’est capable de financer un hauturier de 22/24 mètres à hauteur de 3 à 4 millions d’euros. Sans aides, c’est inimaginable » explique l’élu. S'il avoue ne pas avoir la solution, il invite le département et la région à « prendre des mesures drastiques pour pouvoir revitaliser la pêche hauturière ».

Jamais eu autant de poisson que cette année

« La période est paradoxale » reprend Grégory Pennarun, directeur de la criée du Guilvinec, « jamais on n’a eu autant de poisson que cette année, jamais on a aussi bien vendu, il y a aussi l’effet gasoil qui améliore la rentabilité des bateaux, mais derrière il y a très peu de projets par manque de vocation et très peu de patrons. C’est paradoxal ».

Concernant la relève, il faudrait, selon Pierrick Joncour, « une soixantaine de marins par an » pour faire face aux départs en retraite. « Je ne suis pas sûr qu’il y en ait une dizaine qui sortent de l’école de pêche » s’inquiète l’élu.

Le Président Garrec fait aussi le constat qu’il y a du poisson, mais « pas assez d’équipements pour le pêcher ». Et ce dernier de préciser une nouvelle fois que si « la CCI gère les infrastructures, nous ne sommes pas responsables de la construction des bateaux ». Jean-François Garrec invite les Organisations de Producteurs (OP) à « négocier avec l’Europe ou l’Etat pour trouver des solutions pour voir comment reconstruire des bateaux ou améliorer les bateaux en place ».

« Cela fait mal au cœur de voir le tonnage baisser »

En 2016, ce sont 9,3 millions d’investissements qui seront consacrées par la CCI aux ports cornouaillais, dont 7,4 millions pour le port de Concarneau. Le président estime qu’il faut « continuer la modernisation des équipements ». La CCI entend aussi réduire le nombre de ventes pour obtenir des gains de productivité. « On va continuer à accompagner » indique Jean-François Garrec, « depuis 2008, on ne connaît que cela, on gère toutes ces crises (…) mais cela fait mal au cœur de voir le tonnage baisser. »

 
 le 14.01.2016 à 21 h 18 - mis à jour le 20.01.2016 à 21 h 01 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire Voir les commentaires (8)
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.