Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 Quand Balavoine chantait à Plonéour...
 le 14.01.2016 à 19 h 33 Réagir : Partager :        
 

C'est une époque que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître... Une époque où, à Plonéour-Lanvern, on organisait un festival Pop Rock un fameux mois de juillet 1972, réunissant sur trois jours des groupes en vue du rock français et anglais et accueillant, par jour, plus de 5 000 festivaliers. Et où un certain Daniel Balavoine, alors âgé d'une vingtaine d'années, est venu chanter le samedi 8 juillet avec le groupe Présence...

De Daniel Balavoine ....

L'auteur-compositeur et interprète français Daniel Balavoine (1952-1986) - dont on commémore aujourd'hui jeudi 14 janvier le 30ème anniversaire de la mort accidentelle - est venu se produire à Plonéour-Lanvern, avec le groupe Présence dont il était le chanteur (photo ci-contre du groupe, Daniel Balavoine est le quatrième en partant de la gauche, photo DR), lors d'un festival organisé par Alain Salaün alors jeune propriétaire du night-club Le Fournil. Et ce dernier, qui coule aujourd'hui une retraite heureuse du côté de Landerneau, de se souvenir : " j'avais organisé ce festival pop rock sur trois jours, les 7, 8 et 9 juillet 1972 dans le but de faire connaître Le Fournil. On avait organisé ça dans un champ en contrebas, sur la route de Plogastel-Saint-Germain. Tout était clôturé, il y avait une grande scène où se sont donc produits des musiciens d'inspiration pop rock, dont Balavoine." Daniel Balavoine n'était pas encore connu à l'époque indique Alain Salaün, "il commençait avec ce groupe ; il a un peu galéré au début avant de connaître le succès, lancé notamment avec le Starmania de Michel Berger. Et l'organisateur, en véritable passionné de musique, de lister les noms de certains groupes - une trentaine au total -  dont il a précieusement gardé les cartes de visite dans son press-book : "il y avait là du beau monde avec Totale Issue, Motus, Tribu, Quo Vadis ou encore Axis" pour ne citer qu'eux.  "Le contact avec les musiciens s'est fait par l'intermédiaire d'un copain, Pierrick  Poulain, qui tenait la Maison de la Presse de Pont-l'Abbé. "Il m'a  fait connaître son vendeur de disques et on s'est organisé comme ça."

... à Demis Roussos

Mais poursuit l'organisateur, "il me fallait une grosse tête d'affiche." Ce sera Demis Roussos (1946-2015), le chanteur et musicien grec, alors au début de gloire avec son tube We shall dance qui viendra clôturer le festival le dimanche 9 juillet au soir. "Je me souviens" sourit encore aujourd'hui Alain Salaün "que Demis Roussos (ci-contre photo DR) était passé à la télévision le samedi soir, lors d'une émission avec Guy Lux et il lui avait dit à la fin qu'il allait prendre l'avion pour venir chanter à Plonéour-Lanvern ! Comme publicité, il n'y avait pas mieux !" Le succès de la clôture du festival le dimanche soir sera bien au rendez-vous avec pas moins de 15 000 personnes.

Des festivaliers qui avaient, pour beaucoup, choisi de rester sur place pendant les trois jours, sous la tente ou ...sous des huttes (ci-dessous photo DR). "Ils les avaient fabriqués avec du foin qu'il y avait dans le champ" se souvient encore Alain Salaün. Ce qui avait fait un peu râler les paysans du coin. Mais au final, tout le monde était content résume encore Alain Salaün. Les commerçants du bourg n'ont jamais aussi bien travaillé que ces jours-là.

Une unique édition pour ce festival, véritable Woodstock bigouden comme le décrit le pont-l'abbiste Gilbert Cariou dans son livre L'épopée du rock au pays bigouden 1962-1972 (SEB édition, 2012) et qui ajoute : "Sur les chemins de "Katmandour-Lanvern" : beatniks avec vestes militaires customisées, hippies avec pat' d'éph', gilet afghan et badges Stop au Vietnam et Make love, not war !".
Et à l'époque, les filles avaient des fleurs dans les cheveux...

Note :
Les photos reproduites ici sont  extraites de l'ouvrage de Gilbert Cariou, L’épopée du rock au Pays bigouden. 

 
 le 14.01.2016 à 19 h 33 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire Voir les commentaires (2)
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.