Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 TLPE: plusieurs actions à venir à Pont-l'Abbé
 le 28.01.2016 à 21 h 49 - mis à jour le 28.01.2016 à 23 h 57 Réagir : Partager :        
 

Mardi 26 janvier 2016, en conseil municipal, les élus de Pont-l'Abbé ont voté le budget de la commune qui prévoit le versement par les commerçants et artisans de périphérie de la taxe locale sur les enseignes et publicités extérieures (TLPE). Cette taxe devrait rapporter, selon Jean-Marie Lachivert, adjoint aux finances de Pont-l'Abbé, 30 000 euros de recettes nettes supplémentaires à la ville. La taxe locale sur les enseignes et publicités extérieures sera encaissée en 2016 en s'assurant les services d'un prestataire pour un coût de 6 000 euros.

Ce dossier remonte à avril 2015, quand, après les élections départementales, les artisans et commerçants de la périphérie de Pont-l'Abbé avaient reçu un courrier leur signifiant qu'ils allaient désormais être soumis à la TLPE. Une association s'était alors créée pour s'opposer à cette nouvelle taxe.
Après une rencontre en octobre avec le maire, où l'association dit avoir expliqué « toutes les difficultés financières » que rencontrent ses adhérents, le maire n'a, selon l’association, « pas donné suite ».

Et aujourd'hui, cette association qui porte le nom d’association des entreprises du pays bigouden (AEPB), qui revendique 42 adhérents et quelques 400 emplois, dénonce une taxe injuste. Pour rappel, le conseil municipal du 2 juin 2015 avait voté l’exonération de cette taxe pour les enseignes de moins de 7m².

« Notre enseigne, le b.a.-ba du commerce »

Et pourquoi s'arrêter à 7m² s'interroge Stéphane Le Bastard (ci-contre à gauche sur la photo aux côtés d' Arnaud Potier), membre de l’AEPB. « C'est injuste (…) Et puis on vient encore nous chercher de l'argent sur un thème qui est notre enseigne, le b.a.-ba du commerce. Aujourd'hui le commerce manque d'attractivité et de fréquentation. Le seul moyen qu'on a de faire de la fréquentation, c'est la communication et nos enseignes. Et on nous dit, vous communiquez mais vous êtes taxés ».

Arnaud Le Potier, président de l’association ne dit autre chose : « C'est un impôt totalement injuste. Il va à l'encontre du commerce de Pont-l'Abbé. On ne peut pas venir nous dire qu’ils (la mairie ndlr) ont des difficultés, qu'ils viennent taxer les entreprises et qu'ensuite ils dépensent sans compter. Cela, on ne l'acceptera jamais. »

Des actions entre le 15 février et le 30 mars

En ligne de mire des entrepreneurs, entre autres, les 415 000 euros de coût liés à l’abandon du projet de cinéma. « C'est l'argent du peuple qu'on met à la poubelle, ils font n'importe quoi avec notre argent » dénonce Arnaud Potier.
Et Stéphane Le Bastard de poursuivre : « On nous demande de relancer la machine, de faire des efforts. On nous a fait un cadeau avec le CICE, et de l'autre côté on nous repompe le pognon sous le prétexte qu'on pollue le paysage(…) Les entreprises sont vraiment la planche à billets des mairies. »

L'association se dit certaine que son combat est légitime d'autant que « 50% de ses adhérents de l'AEPB sont dans le rouge ». Ecoeurés, les membres de l'AEPB se disent néanmoins surmotivés pour faire abolir cette taxe.

Ils envisagent des actions sur Pont-l’Abbé entre le 15 février et le 30 mars.

 
 le 28.01.2016 à 21 h 49 - mis à jour le 28.01.2016 à 23 h 57 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire Voir les commentaires (7)
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.