Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 Une si belle étoile s'en est allée...
 le 08.02.2016 à 22 h 56 - mis à jour le 10.02.2016 à 20 h 51 Réagir : Partager :        
 

La danseuse étoile Violette Verdy, née Nelly Guillerm à Pont-l'Abbé le 1er décembre 1933, vient de décéder aux Etats-Unis, à Bloomington dans l'Etat de l'Indiana où elle vivait depuis de nombreuses années. Elle venait d'avoir 82 ans. 

Cette triste nouvelle nous a été transmise par Annik Coatalen, danseuse, enseignante et présidente-fondatrice du stage de danse international (IDP) qui se tient depuis vingt ans dans la capitale bigoudène. Annik Coatalen (ci-contre à droite, aux côtés de Violette Verdy en août 2015) a toujours associé le nom de l'IPD à celui de Violette Verdy qui parrainait avec enthousiasme ce stage de danse de haut niveau. Et on ne peut que se souvenir, aujourd'hui, de la venue de cette grande dame à Pont-l'Abbé, en août dernier, à l'invitation d'Annik Coatalen, pour fêter le vingtième anniversaire de l'IDP. Avec sa gentillesse, son humour et sa simplicité, Violette Verdy avait fait l'unanimité autour d'elle. Son charisme, son professionnalisme et son immense talent pédagogique avaient subjugué non seulement les stagiaires mais aussi les professeurs, dont la prestigieuse danseuse étoile Marie-Agnès Gillot qui, sur la scène du Triskell, lors de la soirée hommage à Violette Verdy, avait demandé à son aînée de revenir enseigner au ballet de l'Opéra de Paris...

Cette soirée hommage du mardi 11 août 2015 restera dans les esprits. La salle de spectacle du Triskell - qui porte le nom de Violette Verdy depuis son inauguration en 1992 - était bien trop petite pour accueillir toutes celles et tous ceux qui souhaitaient y assister pour venir saluer l'enfant du pays de retour sur sa terre natale. Violette Verdy (ci-contre en août 2015 lors de la soirée hommage) avait ému ce soir-là son auditoire, alors qu'elle recevait des mains du maire, Thierry Mavic, entouré de ses adjoints Fabienne Signor-Hélias et Bernard Le Floch, deux cadeaux de bienvenue, après avoir reçu la médaille de la Ville en 2007. Elle avait également manifesté beauoup d'enthousiasme lors de la prestation du cercle celtique Ar Vro Vigoudenn venu danser spécialement pour l'occasion un extrait de leur dernière chorégraphie Etre daou. Car oui, Violette Verdy, née Nelly Guillerm était fondamentalement attachée à la terre de son enfance.

Née le 1er décembre 1933 à Pont-l'Abbé, Nelly Guillerm y vit jusqu’à l’âge de 9 ans, avec sa mère et a, notamment, comme camarade de classe dans les années 30, le Pont-l’Abbiste bien connu, Rémy Pencréac'h. En 1942 elle s’installe avec sa mère à Paris. C’est là que la jeune fille intègre le cours de Madame Rousanne, célèbre professeur russe, très réputée, qui forme également les grands danseurs de l'Opéra de Paris qui viennent alors se perfectionner chez elle. Violette y croise Maurice Béjart, Jean Babilée ou encore Roland Petit.  A 13 ans, elle fait sa première apparition sur scène, dans Le Poète de Roland Petit, qui vient de fonder les Ballets des Champs-Elysées. Puis, à 15 ans, toujours dans cette compagnie prestigieuse, elle est soliste, sa partenaire est Leslie Caron, de deux ans son aînée. Par la suite, et grâce justement à ces expériences scéniques, elle connaît, à l’âge de 17 ans, quelques incursions dans le monde du cinéma, comme avec Ludwig Berger pour Ballerina, un film sur la danse où elle interprète le rôle principal. (ci-contre en 1967 dans le ballet Emeraude, © Martha Swope)
Pour Ludwig Berger, le nom de la jeune danseuse est imprononçable. C'est ainsi que Nelly Guillerm devient Violette Verdy. Le déclic - qui lui fait définitivement embrasser la carrière de danseuse - est avec le ballet Le Loup, créé par Roland Petit, également son partenaire sur scène. Violette Verdy a alors 20 ans. Son brio technique, sa musicalité et sa capacité d'interprétation du rôle sont salués par tous.
Violette Verdy embrasse ensuite une carrière internationale qui la conduit, avec l'American Ballet Theatre aux Etats-Unis. Elle quitte l’Europe en 1957. Aux Etats-Unis, elle dansera au New York City Ballet, où dès l’âge de 25 ans, elle travaille au quotidien avec George Balanchine (immense chorégraphe et pédagogue de la danse) qui l'avait déjà repérée dans Le Loup de Roland Petit. Balanchine était séduit par sa maturité, son intelligence, sa musicalité, sa technique et la beauté de sa danse. Au New York City Ballet, Violette Verdy devient "principal" ce qui correspond au grade d'étoile. Elle travaillera pendant 18 ans auprès de Balanchine, son maître.
Elle revient en France, pendant trois ans, nommée directrice du Ballet de l'Opéra de Paris en 1977. Par la suite, elle a dirigé de très grandes compagnies américaines.
Violette Verdy vivait à Bloomington, aux Etats-Unis, où elle continuait à enseigner la danse au plus haut niveau. (Ci-contre au Triskell de Pont-l'Abbé en août 2015).

Lors d'un entretien, sa biographe Florence Poudru, nous confiait en décembre 2014 : « C'est une femme pétillante d'intelligence et d'amour pour la vie...A tel point qu'elle en est bouleversante. (...) Violette Verdy, à elle seule, est un musée vivant de la danse. Oui, un musée vivant et vibrant. La danse mondiale est son jardin. »

Un jardin qui perd aujourd'hui l'une de ses plus belles fleurs.

Une étoile brillante s'en est allée. Le monde de la danse est en deuil. Pont-l'Abbé aussi. 

 
 le 08.02.2016 à 22 h 56 - mis à jour le 10.02.2016 à 20 h 51 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire Voir les commentaires (3)
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.