Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 TLPE : ils ne veulent pas de cette taxe
 le 15.03.2016 à 22 h 14 Réagir : Partager :        
 

Début avril 2015, après les élections départementales, les commerçants et artisans de la périphérie de Pont-l'Abbé recevaient, de la municipalité de Pont-l'Abbé, un courrier leur signifiant la mise en place de la taxe locale sur les enseignes et publicités extérieures (TLPE).

Le 2 juin 2015, le conseil municipal de Pont-l'Abbé adoptait la mise en place de cette taxe à partir de 2016, et dans la limite d'un tiers du montant autorisé par la loi.
Le 1er octobre 2015, artisans et commerçants de la périphérie de la capitale bigoudène actaient la création d'une association intitulée « Association des Entreprises du Pays Bigouden »(AEPB) avec comme premier objectif de faire retirer la taxe locale sur les enseignes et publicités extérieures (TLPE). 
Cette taxe devrait rapporter chaque année 30 000 euros de recettes nettes supplémentaires à la ville.

Et lundi 21 mars, l’association AEPB organise une manifestation au départ de Kermaria vers 13h30. Le cortège va rejoindre la mairie de Pont-l’Abbé où une délégation d’artisans et de commerçants devraient être reçue par Thierry Mavic.

« La TLPE, c’est la taxe de trop »

Président de l'AEPB, Arnaud Potier, joint par téléphone, explique les raisons de cette manifestation : « On souhaite montrer notre mécontentement. La TLPE, c’est la taxe de trop. Une délégation sera reçue par le maire de Pont-l’Abbé. Je ne sais pas si Thierry Mavic se rend compte que les commerces de Pont-l'Abbé vont mal et se cassent la gueule. Sur les 42 adhérents de l'AEPB, 20 viennent d'accuser une perte de chiffre d’affaires de 20% l'année dernière. Cette nouvelle taxe n'arrive pas au bon moment.
On ne demande pas l'impossible, on demande au maire d'écouter nos difficultés d'entreprises. Et puis ce n'est pas parce qu'on a des gros bâtiments qu'on n'a pas de difficultés. On aurait des entreprises qui iraient très bien, on trouverait normal d'aider la mairie, mais aujourd'hui, dans le contexte actuel, on ne peut accepter le gâchis d'argent public. Nous demandons donc le retrait de cette taxe.

Et je tiens à rappeler que cette taxe est locale et facultative. Nous espérons que le bon sens va l'emporter. La décision lui appartient. »

 
 le 15.03.2016 à 22 h 14 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire Voir les commentaires (2)
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.