Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 TLPE : ils occupent la mairie de Pont-l'Abbé.
 le 21.03.2016 à 21 h 22 - mis à jour le 21.03.2016 à 22 h 56 Réagir : Partager :        
 

Opposés à la TLPE (taxe locale sur les enseignes et publicités extérieures), une quarantaine de commerçants et d'artisans de la périphérie de Pont-l'Abbé, regroupé au sein de l'association Association des Entreprises du Pays Bigouden (AEPB), a manifesté ce lundi. « La TLPE, un impôt supplémentaires au niveau des entreprises. Ce n'est pas le moment, c'est la taxe de trop » explique Arnaud Potier, président de l’AEPB.
« On aurait plutôt apprécié d'un « maire responsable » qu’il se demande « comment faire pour alléger la fiscalité des entreprises. (...) On parle bien de nos enseignes sur nos entreprises sur lesquelles on signale le métier que l'on fait. Et sans ces enseignes, on ne peut pas avoir de client » a encore réagi le président de l’AEPB concernant la pollution visuel des enseignes commerciales.

« Dans ce cas, ils doivent être exemplaires, et ce n'est pas le cas »

Et le président de l'AEPB de dénoncer les « dépenses sans compter » de l'actuelle municipalité, en citant notamment les 415 000 euros de coûts liés à l'abandon du projet de cinéma. « Il faut être sérieux. Quand une mairie nous dit qu'elle a moins de dotations de l'Etat français et qu'elle nous dit qu'il faut qu'elle les trouve dans les poches des entreprises. Ok, mais dans ce cas, ils doivent être exemplaires, et ce n'est pas le cas ».

Parti du rond point de Kermaria vers 14 heures, le cortège a rejoint à pied l'esplanade du château, avec l'espoir d'être reçu par le maire de la commune.

Une délégation de six personnes a rencontré Thierry Mavic, étrangement seul. Et la rencontre a été de courte durée. Comme le premier magistrat leur a rappelé sa volonté de maintenir cette taxe, Arnaud Potier, président de l'AEPB, a pris le parti de demander à l'ensemble des commerçants et artisans de monter en mairie et de le rejoindre la délégation dans la salle des mariages.

L'AEPB a obtenu un droit d'expression de 15 minutes

Thierry Mavic a alors du s'expliquer devant l’ensemble des opposants. Il a rappelé que « le 2 juin dernier, le conseil municipal de Pont-l'Abbé avait décidé de maintenir la TLPE en réduisant de 2/3 le tarif. Je suis tenu par cette délibération du conseil municipal et je maintiens la TLPE ».
Après plusieurs minutes d'échanges vifs entre opposants et le maire de Pont-l'Abbé, ce dernier a quitté la salle des mariages. Le divorce était  consommé, les opposants décidant de faire le siège de la mairie.

Les Renseignements Généraux (RG), présents depuis le début de l'après midi, ont finalement joué les intermédiaires entre le maire de Pont-l'Abbé et les représentants des opposants. Au final, l'AEPB a obtenu un droit d'expression de 15 minutes lors du conseil municipal de ce mardi 22 mars. Arnaud Potier, Stéphane Le Bastard et Rémy Le Marrec devraient intervenir à tour de rôle.

L'AEPB a quitté la salle des mariages vers 17h15. Ils reviendront donc mardi vers 20 heures.

 
 le 21.03.2016 à 21 h 22 - mis à jour le 21.03.2016 à 22 h 56 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire Voir les commentaires (5)
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.