Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 Le cinéma russe s'invite à Penmarc'h !
 le 29.03.2016 à 21 h 06 Réagir : Partager :        
 

La série d'animations se poursuit au cinéma Eckmühl de Penmarc'h qui continue ainsi d'aiguiser la curiosité des amoureux des salles obscures. Après avoir remporté un franc succès il y a quelques jours avec le réalisateur François Ruffin, venu présenter le même soir deux fois (!) son film documentaire Merci Patron ! en raison de l'affluence des spectateurs, voici que le cinéma du bout du monde s'offre le cinéma russe en guest star. Où comment découvrir d'autres cultures et problématiques sociétales grâce au regard que portent les cinéastes sur leur pays.

Le cinéma russe des années 60 à aujourd'hui

Et il faut croire que Penmarc'h aime particulièrement le cinéma russe. Après un premier temps fort consacré au cinéaste Andreï Zviaguintsev et à son oeuvre en décembre 2014, c'est à une "plongée dans une sélection de cinq films forts, beaux et singuliers" que convient les programmateurs du cinéma municipal le week-end prochain. Au programme, quatre longs-métrages mettant en scène la Russie des années 60 et d'aujourd'hui ainsi qu'un film d'animation de 4 à 104 ans. Deux chefs-d'oeuvre seront ainsi à découvrir ou redécouvrir dans leurs versions restaurées : Les Chevaux de feu (1965, 1h30) de Sergei Paradjanov (photo de tournage ci-contre, DR), drame poétique et ethnologique qui se situe dans les Carpates orientales et qui met en scène un amour impossible entre Ivan et Maritchka, dont les familles se détestent ; et Andreï Roublev (1966, 2h58min) d'Andreï Tarkovski, une biographie romancée du moine et peintre d'icônes russes Andreï Roublev qui a vécu au XVème siècle.
Pour découvrir la Russie moderne, deux films signés par de jeunes réalisateurs, considérés selon les programmateurs du cinéma Eckmühl comme faisant partie "de la nouvelle garde du cinéma russe" : L'Idiot (2015, 1h52min) de Yuri Bykov, un conte politique mis en scène à partir d'une fissure sur un immeuble qui menace de s'effondrer  ; un film pour lequel Artem Bystrov a reçu le prix d'interprétation masculine au festival du film de Locarno en 2014 ; et puis Le Souffle (2015, 1h35 min) d'Alexander Kott, maintes fois primé dans les festivals ; un film sans paroles, qui se déroule dans les steppes kazakhes où le coeur d'une jeune fille est disputée par deux hommes, sur fonds d'essais nucléaires. Enfin, le film d'animation russe de Garri Bardine, Le vilain petit canard (2014, 1h14min.) adaptation du conte éponyme.

Un cycle de films présenté par le spécialiste Joël Chapron

Et pour mieux comprendre et se saisir de ces films, leurs présentations seront assurées par un grand connaisseur du cinéma russe, Joël Chapron, bien connu du public penmarchais pour être venu en décembre 2014 parler de l'oeuvre d'Andreï Zviaguintsev, dont il est l'interprète et le traducteur des sous-titres de ses long-métrages. Un fin connaisseur de la société russe comme le soulignait alors Françoise Landesque qui l'avait fait venir à Penmarc'h malgré un agenda surchargé. Car Joël Chapron est aussi le responsable des pays d’Europe centrale et orientale à Unifrance, l’organisme de promotion du cinéma français à l’étranger.

Pratique :
URuSSie
Un panorama du cinéma russe 
d'hier à aujourd'hui

Vendredi 1er avril :
L'Idiot (2015, 1h52min.) à 20h30
Samedi 2 avril :
Le vilain petit canard (2011, 1h14min.) à 15h30
Les Chevaux de feu (1965, 1h30min.) à 18h00
Le Souffle (2015, 1h35min.) à 21h00
Dimanche 3 avril :
Andreï Roublev (196, 2h58 min.) à 14h00

Tarif : 5/ 6 € 

Renseignements :
Cinéma Eckmühl au 02.98.58.64.45.
La programmation en détail en cliquant ici. 

 
 le 29.03.2016 à 21 h 06 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Un dispositif pour sensibiliser au breton. Neige d'écume et blanc manteau à St Gué. Quand les ados se découvrent dans la tornade. Quand Jacques Godin sublime Lanvern. Discothèques. A vos souvenirs !
 Les + consultés sur l'ensemble des sites
« On a la responsabilité des gars.»
Sylvain Savinel, patron de deux chalutiers, a fait appel à l'association En hommage à Erwan pour équiper ses bateaux de défibrillateurs ....
1                                Cliquez ici
        2  Article  :  9 parrainages en pays bigouden
        3  Article  :  «Je ne comprends pas.»
        4  Article  :  L'univers de François Bourgeon à l'honneur.
        5  Article  :  Sur un Air de Terre repart de plus belle.
        6  Article  :  Autour du fil, la ville s'anime !