Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 Un nouveau défi pour Hénaff.
 le 01.04.2016 à 21 h 43 Réagir : Partager :        
 

Lors d’une rencontre annuelle, Loïc Hénaff, président du directoire de l’entreprise fondée par son arrière-grand-père en 1905, a détaillé les résultats de l’entreprise familiale ainsi que les projets à venir.
Après une année 2014 en forte hausse (+8,7% par rapport à 2013) pour l’entreprise Jean Hénaff, l’année 2015, plus stable, enregistre une légère augmentation de l’activité avec une progression de +1% de son activité globale en volume. Le chiffre d’affaires 2015 s’élève à plus de 44,5 M€. L’entreprise emploie 232 collaborateurs (+8% en 5 ans).

L'entreprise de Pouldreuzic résiste au contexte économique décrit comme morose par Loïc Hénaff(ci-contre en photo aux côtés de Sylvia Rama, responsable des gammes). Ce dernier pointe l'évolution démographique à la peine, le fait que les consommateurs ont tendance à moins consommer, et aussi le climat anxiogène autour de l'agroalimentaire. Loïc Hénaff cite notamment, pour illustrer ce dernier point, la déclaration de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui, le 26 octobre dernier, pointait le caractère cancérigène de la charcuterie, semant ainsi le trouble dans l’esprit des consommateurs.
Au final, « cela donne un marché atone ».

Des fondamentaux qui vont bien

Dans ce contexte morose, Hénaff reste leader national des pâtés et rillettes avec 23,8 % de part de marché, et peut continuer à s’appuyer sur « ses fondamentaux qui vont bien ». Et Loïc Hénaff de constater que « la saucisse fraîche, le saucisson et le pâté Hénaff tirent la société vers le haut ». Le Pâté Hénaff, dont le centenaire a été fêté en 2015, a connu une progression des ventes de + 10,7% entre mars et août. En 2015, la progression des saucisses fraîches Hénaff est évaluée à +4,4% et celle du saucisson Hénaff à +6,6%.

Si l’arrière-petit-fils de Jean Hénaff se dit « assez satisfait de 2015 », cette année marque néanmoins « une prise de conscience ». Et selon Loïc Hénaff, « il était temps de réagir sur le marché des pâtés et rillettes afin de lui redonner de l'attractivité ». En effet, en 2015 le marché national des pâtés et rillettes appertisés est en net recul et réalise – 5,2% en volume et -4% en valeur. L’ensemble des intervenants du secteur est impacté par une baisse significative des ventes y compris les marques de distributeurs(MDD). L’entreprise fondée par Jean Hénaff en 1905 résiste plutôt bien en réalisant – 1,3% en volume et -3,3% en valeur et demeure le leader national avec 23,8% de parts de marchés en valeur.

Réinventer l'offre des pâtés et rillettes

Alors pour 2016, l'entreprise de Pouldreuzic s’est lancée comme défi de réinventer l'offre des pâtés et rillettes, un rayon qui s'érode régulièrement en Grande et Moyenne Surface. Dès avril, une nouvelle gamme très large à base de viande, poisson et légume sera donc proposée au consommateur sous la marque « Ma Tartine Hénaff ». Pour l'entreprise Hénaff, l’usage du tartinable, en plein essor, est une réelle opportunité.
Hénaff entend ainsi réinventer le rayon épicerie salée. La marque « Ma tartine Hénaff » sera la seule marque nationale à proposer une large gamme spécifique de produits tartinables regroupant plusieurs familles de produits de nature et ingrédients distincts. Au total, pas moins de 10 références à base de viande, de poisson, de légumes et de fromage sont proposées. « Ma Tartine Hénaff » sera disponible dans un meuble dédié habillé aux couleurs de la gamme.

La gamme sera dans un premier temps déployée dans toutes les enseignes de distribution en Bretagne avant un déploiement au niveau national. Avec le lancement de cette nouvelle gamme, Hénaff entend donner un second souffle au rayon des pâtés et rillettes. 

 
 le 01.04.2016 à 21 h 43 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire Voir les commentaires (2)
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.