Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 «Les relations n'ont jamais été aussi bonnes»
 le 31.05.2016 à 22 h 27 - mis à jour le 31.05.2016 à 22 h 50 Réagir : Partager :        
 

Lundi soir à Pouldreuzic, les bureaux communautaires des Communautés de communes du haut pays bigouden et du pays bigouden sud se sont réunis pour la seconde fois du mandat (2014-2020). « On souhaite continuer à travailler ensemble sur un certains nombre de sujets. Et on essaye de croiser nos regards sur ces sujets » indique Michel Canévet, président du haut pays bigouden.

Ce dernier précise qu’il existe déjà des coopérations entre les deux collectivités : SIOCA, déchets ou encore habitat. Mais sur d’autres sujets, comme l’instruction des permis de construire, « on réfléchit à optimiser le fonctionnement entre les deux collectivités » complète Raynald Tanter, président du pays bigouden sud.
Car pour son homologue du haut pays, il s’agit de trouver « le bon périmètre et le bon fonctionnement » afin de « rendre le service le plus opérationnel au coût le moins élevé possible ». « Mais en préservant la qualité de service et la proximité » complète Raynald Tanter.

Lors de cette réunion, quelques décisions ont été prises :

Gens du voyage : la compétence sera obligatoire pour les intercommunalités à compter du premier janvier 2017. Les élus bigoudens ont manifesté le souhait d’avancer ensemble pour la création d'une aire conjointe d'accueil des gens du voyage de 30 places. Une réponse doit être apportée avant 2020.

Pour ce qui est des grands rassemblements: « on va regarder ensemble comment les accueillir ses grands rassemblement, il n'y a pas de raison que ce soit toujours au même endroit. L'idée est d'avoir une proposition d'accueil qui change pour répondre aux sollicitations » indique le président du haut pays bigouden.

Volet économique : les deux présidents disent avoir prix acte de la position de la CNAC qui a donné un avis défavorable au projet de Super U à Kerganet. Jusqu’à présent on n’a pas travaillé ensemble rapporte Raynald Taner. « On va faire en sorte de se donner les outils pour travailler ensemble ». Les deux commissions économiques devraient se rencontrer au sujet des zones économiques.

Plus globalement, Michel Canévet annonce l’élaboration d’un diagnostic territorial de l'offre en zone d'activité pour voir ce qui manque. « Notre objectif commun est que les entreprises restent sur le territoire ». « On va aussi regarder si le parcours de la création d'entreprise est suffisamment accompagné sur le territoire » ajoute l’élu.

Tourisme : la loi NOTRe impose aux intercommunalités de se doter de la compétence tourisme au premier janvier 2017. L'occasion d'un mariage entre les deux structures sur ce thème ?
« Il faut faire les choses dans l'ordre. Le haut pays a un office communautaire, le sud bigouden n'a pour l'instant pas de schéma touristique » rapporte le président du pays bigouden sud. Ce sera le cas au premier janvier 2017.
« Cette réunion est un échange de vue pour savoir ce que les uns et les autres souhaitent faire et voir s'il y a un intérêt à avancer ensemble. On n'a pas pris de position » complète son homologue du haut pays, qui estime que « tout est envisageable à terme ».

Et quid d’une éventuelle fusion des deux communautés de communes ?
« On préfère faire les fiançailles tranquillement ensemble, plutôt qu’un mariage forcé » rapporte Raynald Tanter. Selon lui, « il est bon de réfléchir à ce qu'on peut faire ensemble et après, s'il faut nous marier, on sera prêt ».

Pour Michel Canévet, « pour que l'on puisse être ensemble sur un certain nombre de sujets, il faut que l'on exerce exactement les mêmes compétences (…) En 2017, 2018, un saut va être fait avec la prise des nouvelles compétences imposées par la loi NOTRe, mais c'est le préalable. Deuxièmement, il faut que ces évolutions soient démocratiques plutôt qu'imposées de là-haut. Nous, on préfère qu'elles soient voulues plutôt qu'imposées. Voulues c'est quand on sent que pour la population ce sera plus intéressant et plus profitable d'être ensemble. A ce moment-là, on l'envisage. Mais tant que ce n'est pas avéré que c'est plus intéressant, on souhaite conserver pour l'instant une démocratie de proximité sur le territoire ».
« Mais la démocratie de proximité peut s'envisager au niveau de l'échelle du territoire bigouden. Il faut l'organiser » estime quant à lui Raynald Tanter.

Si le mariage entre les deux collectivités bigoudènes n'est pas pour demain, cer dernières avancent l’une vers l’autre. Et pour citer une source proche de l’une des deux collectivités en question : « les relations n'ont jamais été aussi bonnes ».

 
 le 31.05.2016 à 22 h 27 - mis à jour le 31.05.2016 à 22 h 50 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire Voir les commentaires (4)
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.