Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 La chapelle du Sacré-Coeur se dévoile.
 le 17.09.2016 à 22 h 21 - mis à jour le 19.09.2016 à 22 h 21 Réagir : Partager :        
 

Nichée en plein centre-ville de Pont-l'Abbé, à quelques mètres de l'imposante église ND des Carmes, la chapelle du Sacré-Coeur passerait presque inaperçue. Pourtant, c'est un endroit qui ne manque pas de charme et  qui était ce samedi ouvert au public dans le cadre des Journées européennes du Patrimoine. 

Une chapelle bâtie en 1882 

"Ce matin, nous avons reçu environ trente personnes et le début d'après-midi s'annonce prometteur" confie le Loctudyste Matthieu Poulélaouen (ci-contre en photo), jeune président de l'association Les ouvriers du Sacré-Coeur qui s'est donnée pour mission, depuis novembre 2015,  la "sauvergarde, la rénovation et l'animation future de la chapelle." Un édifice religieux qui date de la fin du XIXème siècle, "bâti en 1882 à la demande de Hyacinthe Le Bleis, un commerçant pont-l'abbiste fortuné" avance Matthieu Poulélaouen. La chapelle restera privée jusqu'à ce que la ville en devienne propriétaire en 2003 et la cède fin 2014, pour l'euro symbolique,  à L'Oeuvre de Saint-Joseph, association fondée par Philippe Abjean, et qui a pour objectif de restaurer les chapelles dont elle est propriétaire. Philippe Abjean, qui est également à l'initiative du projet de la Vallée des Saints à Carnoët et de la relance des chemins du Tro Breiz, était venu en novembre 2015 à Pont-l'Abbé, à l'occasion de la création des Ouvriers du Sacré-Coeur chargés, sur place, de rénover et d'animer la chapelle. "L'Oeuvre de Saint-Jospeh est propriétaire des lieux, nous en sommes en quelque sorte les locataires" sourit le responsable associatif.

Un appel au mécénat pour la poursuite des travaux...

Les Ouvriers du Sacré-Coeur comptent aujourd'hui une trentaine de membres (Matthieu Poulélaouen est secondé au secrétariat par Christine Le Rohellec et Joëlle Seguin, à la trésorerie par Jacqueline Le Nours) et s'efforcent de restaurer l'édifice, avec le peu de moyens dont ils disposent. "Le gros problème, c'est l'humidité" analyse Matthieu Poulélaouen. "Il a fallu dans un premier temps enlever toute la mousse qui recouvrait le sol de la chapelle et qui le rendait très glissant. En ce moment, nous nous attelons à enduire les pierres des murs avec de la chaux." D'autres travaux, plus conséquents, restent à réaliser comme le remplacement des vitraux cassés et abîmés, la réfection totale de la sacristie ou encore la restauration des couleurs du Choeur.... Raisons pour lesquelles l'association est en recherche de mécènes qui pourraient soutenir l'avancée de la restauration.

 ...et au collectage d'informations 

Car une fois la chapelle rénovée, les idées d'animations, "dans une dimension spirituelle et culturelle", ne manquent pas. Et Matthieu Poulélaouen d'évoquer des conférences autour de l'histoire de l'édifice, l'organisation de concerts, notamment avec la chorale Tud Ar Vro, mais aussi la possibilité pour la chapelle de devenir un lieu d'accueil pour les pèlerins du Tro Breiz ou même un centre d'art qui parlerait de la broderie. En attendant la concrétisation de ces projets, l'association s'est aussi lancée dans un collectage d'informations concernant la vie de la chapelle. "De nombreux mariages et baptêmes ont été célébrés ici" explique Matthieu Poulélaouen. "Nous sommes à la recherche de photographies, de textes, de souvenirs qui nous permettraient de retracer l'histoire de cette chapelle." 

Contact :
Les Ouvriers du Sacré-Coeur
Matthieu Poulélaouen au 06.70.99.20.57. ou par courriel à ouvrierssacrecoeur@gmail.com 

 

 
 le 17.09.2016 à 22 h 21 - mis à jour le 19.09.2016 à 22 h 21 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire Voir les commentaires (3)
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.