Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 « Un homme de dialogue et d'écoute »
 le 04.10.2016 à 22 h 51 - mis à jour le 04.10.2016 à 22 h 54 Réagir : Partager :        
 

En mars dernier, le départ de Thomas Deroche a été précipité. Arrivé en avril 2012, peu après le rattachement de l'Hôtel-Dieu au groupe Hospitalité Saint-Thomas de Villeneuve (HSTV), le jeune directeur a été appelé par le Ministère des Affaires Sociales et de la Santé pour occuper le poste de conseiller de cabinet auprès de Marisol Touraine. Pendant cinq mois, Anselme Kerfourn, a assuré l'interim à la tête de l'établissement bigouden, en attendant de trouver un nouveau directeur.

"65 candidats se sont présentés" informe Alain Tanguy le directeur général délégué du groupe HSTV (ci-contre à gauche sur la photo, aux côtés de Mathias Maurice et de Soeur Maryvonne). "Le processus de recrutement s'est déroulé en cinq étapes. Mathias Maurice  a convaincu le jury final, à l'unanimité, pour ses compétences et son experience de direction, sa motivation forte et claire ainsi que ses qualités humaines qui font de lui un homme de dialogue et d'écoute, envers les patients comme les salariés."

"Ce supplément d'âme dans la relation aux malades"

Mathias Maurice est diplômé de l'Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique. A 45 ans, il cumule les postes à responsabilité. Il a occupé, entre 2011 et 2013, le poste de directeur adjoint au Centre hospitalier de Douarnenez avant d'intégrer le Centre Hospitalier de Cornouaille, notammant en qualité de directeur délégué aux personnes âgées et référent du pôle soins de suite et réadaptation.

Il quitte désormais la fonction publique. L'homme s'est retrouvé dans "les valeurs portées par l'Hôtel-Dieu qui sont celles du service public avec l'égalité aux soins pour tous les usagers et la qualité du service rendu." Mais ce qui l'a particulièrement attiré, " c'est ce supplément d'âme dans la relation aux malades" que défend l'hôpital de Pont-l'Abbé.

L'Hôtel-Dieu a pour particularité de compter parmi ses équipes, 17 religieuses appartenant à la communauté des Augustines, à l'origine de l'établissement en 1861.  "En tant que bénévoles, nous accompagnons les patients, en prenant le temps de les écouter, de les aider par exemple à préparer leur départ", décrit Soeur Maryvonne. "Nous pouvons également faire le lien avec les équipes médicales."

Mathias Maurice a pris ses fonctions lundi 3 octobre. Il a d'abord tenu à rencontrer les cadres, les représentants du personnel et les médecins. Parmi ses premiers ressentis, ressortent "l'attachement des équipes professionnelles à leur établissement ainsi que leur engagement pour son développement."

Un hôpital en restructuration et en chantiers

Son prédécesseur, Thomas Deroche, a très largement contribué à relancer un établissement, en perte de vitesse, au travers du plan Hôtel-Dieu 2014, centré sur la restructuration. Selon le communiqué de HSTV, "ce plan a permis le maintien des Urgences et du SMUR, une augmentation de 40 % des activités de médecine, notamment envers les personnes âgées depuis 2013, le maintien de toutes les consultations à Pont-l'Abbé, le maintien également de la psychiatrie. "

L'ancien directeur laisse derrière lui de nombreux chantiers : la création de lits dédiés aux soins palliatifs supplémentaires ( la structure en compte actuellement 5 et vise 8 à 10 places ), la construction du nouvel EHPAD-USLD (Unité de soins de longue durée) sur le terrain situé entre le parking Toussaint Louverture et la rue Prat, dont la livraison est attendue pour le second semestre 2017 et la fin des travaux dans le bâtiment principal prévue pour septembre 2017. Ces derniers ont déjà permis l'ouverture d'un espace d'accueil et des admissions entièrement rénové. Reste la création d'un nouveau service d'hospitalisation qui réunira les deux services de soins de suite actuels avec en supplément un plateau de rééducation au-dessus de l'actuel hôpital de jour.

" Renforcer la place des usagers"

Alain Tanguy rappelle également l'attribution de deux récentes activités, qui font référence à l'échelle de la Cornouaille : " le centre de rééducation alimentaire spécialisé dans le traitement de l'obésité, qui, depuis son ouverture en octobre 2015, a pris en charge 175 patients, ainsi que l'hospitalisation à domicile mise en place depuis le 1er avril 2016 qui étend les interventions bien au-delà des frontières du pays bigouden."

Le nouveau directeur aura pour mission de continuer sur la lignée de son prédecesseur tout en apportant un souffle novateur par la conception d'ici février 2017, du projet d'établissement pour la période 2017-2021. "Ce projet n'est pas encore établi mais il sera beaucoup plus qualitatif que le précédent et devra respecter deux choses : le maintien de tous les services et l'amélioration de leur qualité " précise Alain Tanguy.

 
 le 04.10.2016 à 22 h 51 - mis à jour le 04.10.2016 à 22 h 54 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire Voir les commentaires (1)
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.