Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 Un atelier inventaire pour le Musée bigouden
 le 17.10.2016 à 23 h 01 - mis à jour le 18.10.2016 à 15 h 10 Réagir : Partager :        
 

Les réserves du Musée bigouden, situées depuis mars dernier dans de nouveaux locaux à quelques encablures de la rivière de Pont-l'Abbé et de son Château,  regorgent de gilets, tabliers, coiffes, robes, poupées et autres pièces textiles de grande beauté. Sur une petite centaine de m², ces pièces sont, pour les unes, précieusement stockées dans des boîtes de conservation et pour les autres, en cours d'inventaire. Un travail minutieux et délicat, mené depuis le mois de mai dernier par une petite équipe de bénévoles de l'association des Amis du Musée bigouden (lire ci-dessous) qui oeuvre ainsi, une ou deux fois par semaine, sous la responsabilité de Solenn Boënnec, chargée de collections au Musée.

Identifier et consigner quelque 1 500 objets reçus en dons depuis 2006-2007

Deux salles sont donc à disposition des réserves muséographiques depuis leur déménagement de l'école Jules Ferry. L'une est attribuée à la conservation des collections dans des boîtes spécifiques, gracieusement cédées par le Musée de l'Armée, l'autre permet de travailler en équipe et d'inventorier les quelque 1 500 objets reçus en don depuis 2006-2007 indique Solenn Boënnec. Ces précieux objets, offerts au Musée par des particuliers, doivent être soigneusement identifiés et consignés. "Un véritable travail de titan" sourit Annick Fleitour, dynamique présidente des Amis du Musée bigouden, à l'origine de la création de cet atelier, qui apporte une aide bénévole très concrète et régulière à l'équipe du Musée. Car c'est une véritable chaîne opératoire qui se met en route à chaque prise en charge d'une pièce. Objet qu'il faut d'abord identifier et décrire précisément dans une fiche inventaire, avant de lui attribuer un numéro qui sera cousu sur le textile ; le tout doit être ensuite photographié avant d'être enregistré dans une base de données. La pièce est enfin soigneusement microaspirée avant d'être placée en conservation. La microaspiration, qui est "le seul traitement possible sur des tissus fragiles" précise Solenn Boënnec. Durée de l'opération : une bonne heure par objet. L'atelier inventaire en a déjà traité une bonne centaine indique encore la responsable. Un travail qui n'a pas pignon sur rue et qui se fait à l'abri des regards, mais qui est tout à fait indispensable pour la gestion des collections.

Un inventaire et un récolement devenus obligatoires depuis 2004

Car, comme l'indique Solenn Boënnec, l'inventaire et le récolement sont devenus obligatoires depuis la promulgation de la loi "musées" en janvier 2004. Obligation est donc faite aux Musées de France, dont le Musée bigouden, de vérifier, pièce par pièce, si les collections sont bien conservées et identifiées à partir de leurs numéros d'inventaire.  "Et nous sommes à jour de récolement" se réjouit Solenn Boënnec qui en précise l'importance. "Chaque pièce inscrite à l'inventaire du Musée devient inaliénable et imprescriptible." Un objet qui ne peut donc plus être vendu ou cédé mais qui appartient ad vitam æternam au Musée. Afin que les pièces identifiées et consignées dans le cadre de l'atelier soient inscrites à l'inventaire du Musée bigouden, il faut l'accord de la commission régionale d'acquisition, portée par la DRAC Bretagne. Solenn Boënnec est en charge d'argumenter, une fois par an, devant cette commission. Les dossiers présentés passent "à 95%" sourit la responsable, permettant ainsi à l'inventaire du Musée de s'étoffer d'année en année davantage.  

Une présentation publique des nouvelles acquisitions en novembre

Et afin d'associer la population à cette richesse patrimoniale, les Amis du Musée bigouden organiseront courant novembre, comme l'an passé, une présentation publique des nouvelles acquisitions et des dons. Les explications seront données par Solenn Boënnec afin de faire comprendre au public, précise Annick Fleitour "comment vivent les collections" et comment elles s'inscrivent dans une histoire vivante du territoire.

Contact :
Musée Bigouden
Solenn Boënnec, chargée de collection
courriel à mediation@museebigouden.fr ou tél. 02.98.66.00.40.

 


L'association des Amis du Musée bigouden, créée en janvier 2013, compte aujourd'hui plus de 200 adhérents. Elle a pour objectifs "de promouvoir le musée, de le faire connaître et d’enrichir ses collections." Pour ce faire, les Amis animent des ateliers - Inventaire et Recherche -, et proposent des conférences tout au long de l'année ainsi que des visites exclusives pour ses adhérents. L'association est aussi à l'origine de manifestations ponctuelles dans la ville, telles la journée du fil en avril dernier qui sera reconduite l'an prochain ou encore la soirée cabaret qui fera de nouveau danser en février prochain les amoureux des années 60.

Pour aller plus loin : le site internet des Amis du Musée bigouden en cliquant ici. 

 

 le 17.10.2016 à 23 h 01 - mis à jour le 18.10.2016 à 15 h 10 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire Voir les commentaires (1)
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.