Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 Des livres, un trésor poétique, une rivière.
 le 10.12.2016 à 23 h 21 - mis à jour le 12.12.2016 à 23 h 57 Réagir : Partager :        
 

Pour une première, c'est une réussite. Le salon du livre bigouden, organisé jusqu'à ce dimanche soir par le collectif des Plumes du Paon au Château de Pont-l'Abbé, en partenariat avec la municipalité, tient ses promesses. A l'image de son inauguration dans une salle des mariages bondée ce samedi matin, où les textes poétiques primés dans le cadre du concours sur le thème de la rivière ont été lus et les auteurs récompensés.
(voir photo ci-dessous : les lauréats, élus et membres du collectif des Plumes du Paon).

Un concours de textes poétiques avec des auteurs de 7 à 91 ans

55 textes ont été reçus par Brigitte Maillard, cheville ouvrière dans l'organisation de ce concours, et qui louait, dans son introduction, la qualité des écrits et soulignait son émotion face à ces poèmes témoignant du lien fort qui unit les auteurs à la rivière." Des participants âgés de 7 à 91 ans... Cinq textes ont été primés par le jury, dont deux ont été décernés à l'école primaire publique Jules Ferry de Pont-l'Abbé. Le prix des écoles a été attribué à la classe Ulis (unité localisée pour l'inclusion scolaire) de Pierre Fromont qui a travaillé avec ses 11 élèves, âgés de 7 à 11 ans présentant un handicap cognitif, et l'auteur Michel Suzzarini sur un texte poétique mettant en scène la rivière. Le prix spécial du jury revient à la classe de CM1 d'Estelle Prigent et leurs haïkus, courts poèmes de trois vers, illustrés de peinture à l'aquarelle. Philippe Jolivet remporte le prix en langue bretonne pour C'hwez Stêr Pont-'N-Abad ; en langue française le poème Maria Marzen de Sophie Le Clech-Le Coz récolte le troisième prix,  Ronan Robert pour Pons Abbatis le deuxième, tandis que Jean Lavoué est consacré pour Rivière fraternelle. 

Dimanche, la rencontre avec les 28 auteurs du collectif dans les cinq salles basses du Château, se poursuivait, avec la clôture autour de Roland Bertin, sociétaire de la Comédie-Française, venu  lire des textes de poètes bretons auxquels il est particulièrement attaché. 

 


 

A l'occasion de l'inauguration du salon, le maire de Pont-l'Abbé, Stéphane Le Doaré (ci-contre en photo aux côtés de Bernard Le Floc'h, adjoint à la culture et Brigitte Maillard, poète et auteure du collectif des Plumes du Paon), a évoqué le projet de la future médiathèque, qui sera  construite à la place de l'ancien foyer paroissial détruit en avril dernier (place Benjamin Delessert). "Ca fait 15 ans que la bibliothèque vit sur le balcon du Triskell sur 150 m²" a lancé le premier magistrat, ajoutant qu'à "l'échelle de Pont-l'Abbé et du pays bigouden, ce n'est pas digne de ce que l'on peut proposer comme culture et ouverture d'esprit." La médiathèque sera donc bâtie "au coeur de la ville" afin de "conforter le centre-ville" et permettre "la proximité des écoles" pour venir dans ce lieu, véritable outil pédagogique. Le maire a conclut son propos en espérant pouvoir y accueillir la population en 2019. 

 

 le 10.12.2016 à 23 h 21 - mis à jour le 12.12.2016 à 23 h 57 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Une marche de soutien au Malamok. Parenthèse poétique au Malamok. Un dispositif pour sensibiliser au breton. Neige d'écume et blanc manteau à St Gué. Quand les ados se découvrent dans la tornade.
 Les + consultés sur l'ensemble des sites
E. Macron en tête presque partout
En pays bigouden, tous les résultats, commune par commune, sont désormais connus. Particularité, Marine Le Pen ....
1                                Cliquez ici
        2  Article  :  « Nous commençons à être bien connu. »
        3  Article  :  1 000 foyers alimentés grâce au vent.
        4  Article  :  L'opération escargot n'est pas autorisée.
        5  Article  :  Une marche de soutien au Malamok.
        6  Article  :  Parenthèse poétique au Malamok.