Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 Plus qu'un seul hauturier à St Gué ?
 le 15.01.2017 à 20 h 41 Réagir : Partager :        
 

Les chiffres du port de St Guénolé pour l'année 2016 ne sont pas bons : le port a vu son tonnage baisser de 17% par rapport à 2015 pour s'établir à 9 732 tonnes. Ces mauvais résultats ont deux explications :
- la baisse des apports en sardines et anchois. « Le poisson était ailleurs et les bolincheurs ont plutôt débarqué à Douarnenez » détaille Yann Raphalen, directeur de la criée de Saint Guénolé. 5 173 tonnes de poisson bleu débarqué en 2016 contre 6 104 tonnes en 2015, soit une baisse de 15,25% ;
- les apports des hauturiers sont aussi en baisse de 31% entre 2015 et 2016. 1 196 tonnes débarquées en 2016, contre 1 741 tonnes une année auparavant. Si le nombre de hauturiers est resté stable à quatre unités, Yann Raphalen relève toutefois un nombre de marées inférieures à ses estimations : 71 au lieu de 80.

Depuis l'évolution de la stratégie de l'Armement La Houle qui privilégie désormais la vente de son poisson au Guilvinec, le port de Saint-Guénolé est passé progressivement de 173 marées hauturières en 2014 à 113 en 2015, puis à 71 en 2016.

« Si on le fait, c'est parce que qu'on y est contraint »

2017 ne devrait pas inverser la tendance. Sur les 4 derniers hauturiers qui débarquent encore à Saint Guénolé, 3 font partie de l'Armement La Houle. Et ce dernier souhaite poursuivre sa stratégie de vente au Guilvinec. « C'est engagé » assure Jacques Pichon, directeur de l'armement basé à Saint Guénolé. Et ce dernier s'en explique : « on subit des écarts de cours (entre le Guilvinec et Saint Guénolé ndlr) et ce n'est pas acceptable pour les marins qui passent du temps en mer. Si on le fait, c'est parce que qu'on y est contraint. C'est un choix économique ». Selon le directeur, l’écart serait de l’ordre de 15%.

Jacques Pichon tient à préciser que cette évolution de stratégie n'est « pas faite à la hussarde », mais bien « en concertation et en transparence avec la CCI ».
Il est donc probable que dans les semaines à venir, il n'y ait plus qu'un seul hauturier à débarquer à Saint Guénolé. Un nouveau coup dur pour le port.

Problème d'interconnexion entre les systèmes informatiques

Le problème d'interconnexion entre les systèmes informatiques des ports cornouaillais n’est pas non plus étranger à cette fuite des hauturiers. Actuellement, si le poisson est trié, puis pesé à Saint-Guénolé, il ne peut pas être enregistré dans le catalogue du Guilvinec pour y être vendu. Associer le système de pesée de Saint-Guénolé avec le système de vente du Guilvinec « fait partie des projets de la CCI, on a d’ailleurs rendez-vous sur ce sujet avec notre prestataire informatique à la fin du mois » indique Christophe Hamel, directeur à la CCI des ports cornouaillais. Ce dernier assure qu’une solution sera « mise en place cette année ».

Il n’est pas exclu qu’ensuite certains hauturiers de la Houle reviennent débarquer dans leur port d’attache. Mais le poisson devrait continuer à être vendu au Guilvinec, où plus de 200 acheteurs sont référencés.

 
 le 15.01.2017 à 20 h 41 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire Voir les commentaires (3)
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.