Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 Les prémices d'une forte sécheresse ?
 le 13.01.2017 à 22 h 34 - mis à jour le 14.01.2017 à 12 h 19 Réagir : Partager :        
 

«Vous verrez, ma maison c'est celle où il y a une girouette en forme de grenouille. Vous ne pouvez pas la rater.» Gagné. En s'approchant, on en voit même d'autres. Dans le jardin, ou dans la maison, les petites figurines en forme de rainette verte sont reines au royaume de Michel Noënnec, Pont-l'Abbiste passionné de météorologie qui, quelque part, à fait sienne le mythe de la grenouille météorologue.... Il s'en amuse puis redevient sérieux. Car ici, chez lui, depuis 1993, est installé un poste climatologique officiel, qui dépend du site Brest Guipavas de Météo France.

Des relevés quotidiens de température et pluviosité depuis 1993

Tous les jours, à 08h00 précises, puis en soirée, Michel Noënnec effectue les relevés de températures et de pluviosité. Un travail qu'il effectue bénévolement depuis 23 ans et dont il ne se lasse nullement, bien au contraire. « Avant de le faire pour Météo France, je relevais, pour moi, par intérêt, la pluviosité. J'ai commencé en 1989. En décembre 1989 pour être exact » raconte celui qui a travaillé comme dessinateur à l'équipement à Pont-l'Abbé, tout en montrant un épais dossier où son classés, par années, des tableaux chiffrés. «Ce qui a changé depuis 1993 » poursuit-il «c'est le matériel, mis à disposition par Météo France et pour lequel il y a une maintenance une fois par an.» Le matériel en question est composé d'un pluviomètre à lecture directe composée de deux éprouvettes graduées, ainsi que d'une boîte à température avec deux thermomètres, l'un à mercure pour le relevé des températures maximales, l'autre à alcool pour les minimales. Les chiffres relevés sont ensuite consignés, jour après jour, dans des cahiers d'observation météorologiques, puis transmis aux services de Brest-Guipavas. 
(Photo ci-dessus : Michel Noënnec devant la boîte à température).

Bénévole pour Météo France après une visite au mont Aigoual

«Je m'intéresse depuis longtemps à la météo et je suis aussi amateur d'astronomie» poursuit Michel Noënnec. «Le déclic de travailler bénévolement pour Météo France est venu l'été 1993, lorsque j'étais en vacances au mont Aigoual.» Un mont, qui culmine à 1 567 mètres d'altitude, dans les Cévennes (30), où la visite de l'observatoire et de sa station d'observation et de prévision de Météo France ont convaincu Michel Noënnec de devenir bénévole. Depuis, il observe, consigne et compare les données obtenues année après année (ci-contre : relevé de pluviosité). Pour 2016, il livre ses chiffres : si, sur l'année, la pluviosité est excédentaire à Pont-l'Abbé, avec 1 016 mm de pluie tombés, la sécheresse guette. Une contradiction ? Pas pour le spécialiste : il y a eu trois mois de forte pluie en 2016, en janvier, février et novembre. Ce qui fait augmenter le chiffre annuel est la très forte pluviosité - le double de la normale - constatée en janvier 2016, avec un record de 270,1 mm de pluie tombés en un mois, un chiffre non égalé depuis 1989. Hormis janvier, février et novembre, les autres mois sont par contre secs.

Pour 2017, la sécheresse guette. Comme en 1976.

«La sécheresse» guette lance le bénévole car le début 2017 n'inaugure pour le moment rien de bon. Certes, il a plu ces derniers jours mais, au 13 janvier, «nous en sommes à 19,9 mm de pluie», là où il en faudrait bien plus pour alimenter les nappes phréatiques.
Sans être Madame Soleil, Michel Noënnec se dit aujourd'hui inquiet. « La courbe de pluviosité de 2016 fait penser à celle de 1975 » explique t'il. «Nous avions eu une forte sécheresse en 1976. Et aujourd'hui, nous avons les prémices d'une forte sécheresse pour 2017.» Et le bénévole de conclure : «J'espère me tromper. Mais pour cela, il faudrait qu'il y ait maintenant, pendant les mois d'hiver qui restent entre 100 et 150 mm de pluie par mois. Avant que la végétation ne reparte et pompe l'eau des nappes.» Et pour le moment, nous en sommes visiblement loin.

 
 le 13.01.2017 à 22 h 34 - mis à jour le 14.01.2017 à 12 h 19 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.