Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 Didier Guillon candidat
 le 25.01.2017 à 21 h 44 - mis à jour le 01.02.2017 à 11 h 07 Réagir : Partager :        
 

Les prochaines élections législatives auront lieu les 11 et 18 juin 2017. Sur la 7ème circonscription du Finistère (Pont-l'Abbé - Douarnenez), Didier Guillon est candidat sous l'étiquette Les Républicains (LR).

Marié, père de 4 enfants, Didier Guillon travaille actuellement dans le négoce de foncier. Originaire d'Indre et Loire, il est arrivé dans le Cap Sizun à l’âge de 18 ans. Après une formation de cuisinier, puis des expériences dans le tourisme, il achète un hôtel à Audierne, ensuite une biscuiterie à la Pointe du Raz. Deux affaires qu'il revendra par la suite.
En 1995, il adhère au RPR et devient aussi premier adjoint à Audierne. Non réélu en 2001, « on viendra le chercher pour monter une liste à Esquibien en 2008. C'est cette année qu'il devient maire de la commune dans laquelle il réside. Il sera réélu en mars 2014. A noter que depuis le 1er janvier 2016, Esquibien et Audierne ont fusionné pour donner naissance à une commune nouvelle. Didier Guillon y occupe le poste de premier d'adjoint.
En 2011, Didier Guillon remporte les élections départementales. Dans le Finistère, il est le seul candidat de l'UMP à faire basculer un canton de gauche à droite. Il est alors désigné par son parti pour se présenter aux législatives de 2012. Au second tour, face à Annick le Loch, députée PS sortante, il est nettement battu, en recueillant un peu moins de 39% des suffrages. En mars 2015, lors des élections départementales, il est réélu sur le nouveau canton de Douarnenez Cap Sizun face notamment à la socialiste Florence Crom, elle aussi candidate aux prochaines élections législatives.

« Je veux être l'animateur du territoire et pas un député sur 577 »

« Je n'ai jamais eu de plan de carrière » indique Didier Guillon précisant qu'il « ne place rien au dessus de ses envies ». Ce qui le motive, c'est « tout sauf l'ennui ».

Pour cette élection, Didier Guillon avance ses atouts, qui sont « la connaissance du territoire », qu’il dit sillonner du matin au soir, son « idée précise de ce qu’il faut faire ». « Je serai un élu de terrain et non pas un homme d'appareil » tient à ajouter le candidat LR. « Je veux faire des choses qui marchent, je veux être l'animateur du territoire et pas un député sur 577 ».

Et Didier Guillon de préciser : « je veux faire ce que je fais jusqu’à présent en tant que conseiller départemental, ce que j’ai fait en tant que maire, je veux soutenir les gens qui sont porteurs de projets, qui souhaitent développer l’économie. Quand des personnes viennent me voir avec un problème, je fais tout pour régler le problème de façon à ce que ce soit avantageux pour l’économie du territoire ».

« Pas là pour me lamenter, mais bien pour faire avancer le schmilblick »

Sur le plan économique, Didier Guillon estime par exemple qu’il faut davantage travailler les produits de la mer sur place. ll prône aussi une réutilisation des déchets pour créer de la valeur ajoutée.
Sur le volet touristique, l'élu s'interroge sur l'avenir de l'Agence Ouest Cornouaille Développement. Pour lui, « il faudrait un Office de Tourisme pour l'Ouest Cornouaille, car c'est la dimension idéale pour mutualiser la promotion touristique ».

Didier Guillon terminera notre rencontre sur la même tonalité : « je ne serai pas là pour me lamenter, mais bien pour faire avancer le schmilblick(…) à chaque fois que j’ai été élu, j’ai fait tout ce que je pensais devoir faire sans aucun esprit de réélection ».

 
 le 25.01.2017 à 21 h 44 - mis à jour le 01.02.2017 à 11 h 07 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire Voir les commentaires (2)
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.