Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 Michel Douce en débat dimanche à Pont-l'Abbé.
 le 10.02.2017 à 23 h 48 Réagir : Partager :        
 

Le premier salon du disque et de la bande dessinée ouvrira ses portes à Pont-l'Abbé ce dimanche 12 février au centre culturel Le Triskell (lire ci-dessous). Parmi les invités, Pascal Bresson, l'auteur, notamment, du roman graphique Bugaled Breizh. 37 secondes, illustré par Erwan Le Saëc, édité chez Locus Solus et qui rencontre un vif succès auprès du public. Pascal Bresson sera accompagné par Michel Douce, l'armateur du chalutier loctudyste, qui a coulé au large du Cap Lizard le 15 janvier 2004, avec ses cinq marins à bord. Tous deux répondront aux questions du public lors de deux débats, organisés à 11h00 et à 15h00.
(Photo ci-contre : Michel Douce et Pascal Bresson, photo d'archives)

Nos questions à Michel Douce

Le roman graphique Bugaled Breizh. 37 secondes connaît un large succès...
Oui, c'est une bonne chose et les retours sont très bons. Cette BD permet de toucher un public beaucoup plus jeune mais aussi des adultes qui n'avaient pas forcément connaissance de ce qui c'était passé la première année, en 2004, juste après le naufrage. Il y a eu, depuis, de nombreuses procédures, la confirmation du non-lieu le 21 juin 2016 par la Cour de Cassation...La BD permet de revenir vraiment sur cette première année.

Concernant les procédures, où en êtes-vous aujourd'hui ?
Il ya toujours des procédures en cours. En France, j'ai assigné l'Etat en justice pour avoir dénaturé les éléments du dossier et je suis en attente de la décision qui devrait intervenir dans les prochains jours. En Cornouailles britanniques, à Truro, une coroner (Emma Carlyon, ndlr) du tribunal poursuit ses investigations entamées en juillet 2015. (Cette procédure judiciaire anglaise a pu s'ouvrir afin de mener une enquête visant à déterminer les circonstances de la mort de deux des cinq marins qui avaient été récupérés à l'époque dans les eaux territoriales anglaises, ndlr). Au mois de janvier dernier, la coroner a tenu une audience en visioconférence avec nos avocats anglais et celui de la Marine anglaise. Une nouvelle audience (appelée pre-inquest, ndlr) est prévue en mars et je m'y rendrais. 

Vous disposez de nouveaux éléments pour faire avancer l'enquête côté anglais ou relancer les investigations en France ?
J'ai pris connaissance, en fin d'année, d'un courrier qui avait été envoyé à l'association SOS Bugaled Breizh en ...février 2015. Je n'ai appris l'existence de ce témoignage - important - provenant d'un sous-marinier qu'en novembre dernier. Je l'ai bien évidemment, via mes avocats, adressé à la justice. Et je continue à lancer un appel aux témoignages. Nous en avons besoin pour faire avancer les choses. Que ceux qui savent quelque chose m'écrivent !

Quelles sont aujourd'hui vos relations avec l'association SOS Bugaled Breizh ?
Je n'ai plus de contacts avec cette association. J'ai démissionné, en décembre dernier, de mon mandat d'administrateur. Le fait que je n'avais pas connaissance de cette lettre de témoignage envoyée en février 2015, soit plusieurs mois avant la confirmation du non-lieu, est un élément. Mais il  y a eu plusieurs dysfonctionnements et des divergences de fond concernant le fonctionnement de l'association. Je ne suis plus en accord avec elle. Je n'en fais plus parti. Je continue à me battre pour connaître la vérité. Mais aujourd'hui, je fais cavalier seul, avec ma femme et le soutien de mes amis et collègues.

Que devient aujourd'hui l'épave du Bugaled Breizh ?
Elle est toujours à ma connaissance à l'arsenal de Brest. J'ai reçu un courrier du Procureur général de Rennes fin novembre où il était écrit que je devais démolir l'épave, suite au non-lieu confirmé en juin. Cette démolition devait intervenir dans un délai de six mois après la prononciation du non-lieu. Je n'ai pas répondu à ce courrier. De fait, c'est l'Etat qui est aujourd'hui propriétaire de l'épave et qui devra décider ce qu'il en fait. 

Contact :
Michel Douce
par courriel à michel-douce@wanadoo.fr  
par courrier au 6, rue du Port de Larvor - 29750 Loctudy

 


Salon du disque et de la bande dessinée

Ce salon, c'est une «histoire de copains» sourit Laurent Quideau - à l'initiative de l'organisation de ce premier événement à Pont-l'Abbé avec Philippe Briec - et qui fera la part belle, ce dimanche 12 février, au disque et à la bande dessinée au centre culturel Le Triskell. Une trentaine d'exposants est attendue dans la salle polyvalente, majoritairement dans le domaine du disque, avec de «très beaux stands de vinyles» assure l'organisateur et de CD notamment dans les secteurs du métal, blues ou encore jazz. Côté bande dessinée, plusieurs auteurs, essentiellement brestois, viendront dédicacer leurs albums, à l'image de Gwendal Lemercier, André Le Bras, Mike, Josselin Paris, Pascal Bresson, Eric Ivars ou encore Alain Robet. «Ces auteurs, ce sont des copains» assure Laurent Quideau. «Ils sont très sympathiques et à l'écoute du public, ce qui me semble très important.» A noter également la présence des Amis de Bruno Le Floc'h qui tiendront un stand toute la journée. Les showcases de Karl Halby, bluesman, pour son album I wanna say à partir de 14h00. Et deux débats avec Michel Douce et Pascal Bresson à 11h00 et à 15h00.

Pratique :
Premier salon du disque et de la BD
Centre culturel Le Triskell de Pont-l'Abbé
Dimanche 12 février de 09h00 à 19h00
Entrée : 1€ ; gratuit moins de 13 ans.

 
 le 10.02.2017 à 23 h 48 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire
Rédiger un commentaire ici...