Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 Quand Jacques Godin sublime Lanvern.
 le 25.02.2017 à 00 h 10 Réagir : Partager :        
 

C'est dans son atelier du Ster à Lesconil que Jacques Godin, peintre et graveur (ci-contre en photo), a créé les premiers cartons de vitraux qui sublimeront, dès juillet prochain à l'occasion du pardon, le choeur de la chapelle St Philibert de Lanvern, sur la commune de Plonéour-Lanvern. Après ceux de la chapelle de Beuzec à Plomeur en 2003, puis ceux de l'église Saint-Trémeur à Carhaix en 2013, l'artiste travaille donc aujourd'hui sur les vitraux de cette chapelle plonéouriste - édifiée à la fin du XIVème siècle, dédiée à l'abbé Saint Philibert et nichée dans un paisible écrin de verdure  - à laquelle il est particulièrement attaché, notamment pour des raisons familiales.

Une chapelle chargée d'une mémoire historique et d'une forte spiritualité

Une chapelle, "chargée d'une mémoire historique réelle et d'une forte spiritualité" témoigne Jacques Godin, et qui renaît, petit à petit, après avoir sombré dans l'oubli dans les années 60. C'est grâce à l'implication de l'association d'animation du quartier de Lanvern et d'un legs conséquent d'un habitant de la commune - Emile Cossec, dit Milou, qui tenait le bistrot juste à côté de la chapelle - que l'édifice peut être progressivement restauré. Milou Cossec, décédé en juin 2004 avait, en effet,  légué toute sa fortune à la municipalité, à condition, raconte Jacques Godin, que l'argent serve à la restauration de l'édifice. C'est ainsi, notamment, qu'un appel d'offres national a pu être lancé  pour la création des vitraux. Sur les cinq dossiers présentés en septembre 2016 devant une commission où siégeait le curé de Pont-l'Abbé, les élus de Plonéour-Lanvern, les membres de l'association d'animation du quartier de Lambour et un représentant de la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles), c'est celui présenté par Jacques Godin, en association avec Frédéric Robert, maître-verrier de l'atelier Charles Robert de Pluguffan, qui la remporté. A l'unanimité. Une commande qui concerne la création des dix vitraux de la chapelle (ci-dessus en photo), soit 3 000 morceaux de verre, qui seront tous installés à l'échéance de fin 2018.

Un important travail de recherche en amont

Une première phase de création arrive actuellement à son terme puisque, dans l'atelier du Ster à Lesconil, Jacques Godin vient de terminer les cartons de la pièce-maîtresse de la chapelle, aidé, dans la colorisation des différents morceaux, par son fils, Atul (en photo ci-contre). Des formats grandeur nature qui ne peuvent laisser le visiteur indifférent, tant les couleurs et leurs formes attirent le regard. Un résultat qui est le fruit d'un long travail, non seulement de création, mais aussi de recherches comme le précise l'artiste qui s'est  longuement imprégné du lieu, qu'il connait depuis qu'il est enfant, en scrutant chaque détail. C'est ainsi, explique Jacques Godin, "que j'ai pu m'apercevoir que le chiffre 4 était souvent présent, notamment dans les symboles des quatre évangélistes qui sont représentés par des gargouilles au quatre coins de la chapelle. Ou encore, la présence de quatre lancettes sur le grand vitrail du coeur."  D'où un choix thématique qui s'est imposé. "Les quatre évangélistes pour le thème religieux, spirituel et aussi, dans une thématique profane, la référence à la nature, avec les quatre saisons et les quatre points cardinaux."

Travail sur les couleurs dans le respect des codes liturgiques 

De là a découlé un travail sur la couleur poursuit Jacques Godin, avec le respect des codes liturgiques. "Dans un édifice religieux, au nord, les couleurs sont plutôt froides et représentent les épisodes douloureux de la Bible et au sud, plutôt des couleurs chaudes qui représentent des épisodes glorieux." Pour la maîtresse-vitre, le choix s'est porté sur les quatre passions des quatre évangélistes (Matthieu, Marc, Luc et Jean) ; sur la rosace c'est un Gloria, avec des couleurs plutôt douces, pour apporter un flot de lumière incitant au calme et à une atmosphère de paix. Il s'agit, conclut Jacques Godin, "de donner du sens aux choses, de présenter une histoire cohérente.

La prochaine étape consistera dans les prochaines semaines à choisir, avec le maître-verrier, les verres et les couleurs. Ce dernier réalisera ensuite un calque, découpera chaque morceau avant de les assembler avec des plombs qu'il aura fabriqué lui-même. Avant une présentation au public le deuxième dimanche de juillet, à l'occasion du pardon de la chapelle de Lanvern. 

 
 le 25.02.2017 à 00 h 10 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les + consultés sur l'ensemble des sites
« Pour un dernier barouf d'honneur. »
La scène de spectacle du Malamok, au Guilvinec, va revivre le temps d'un concert de soutien dimanche. Les artistes ont ...
1                                Cliquez ici
        2  Article  :  Donner des outils et reprendre confiance.
        3  Article  :  30 ans de fidélité absolue au Défi !
        4  Article  :  Défi des ports de pêche. Les enfants aussi !
        5  Article  :  Saint-Jean-Trolimon s'ouvre au Brésil.
        6  Article  :  Gouel Ar Vugale. La relève est assurée !