Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 Chez Marie-Cath, la saison démarre !
 le 27.03.2017 à 21 h 52 - mis à jour le 28.03.2017 à 19 h 54 Réagir : Partager :        
 

Les nouvelles vont vite..La ré-ouverture s'est faite ce dimanche et déjà aujourd'hui, lundi en fin d'après-midi, la terrasse était pleine. Au milieu, passant d'une table à une autre, claquant la bise à l'un, frottant l'épaule de l'autre, s'enquérant du bien-être de tous, sourire aux lèvres et mine réjouie, la patronne du lieu. Les yeux pétillants et une vraie générosité en bandoulière. Bienvenue chez Marie-Cath, plage de Pors Carn à Penmarc'h - une institution en soi -  où la saison démarre maintenant et ce, pour sept mois. 

« Ici, il y a une ambiance. C'est festif, unique et même magique.»

Alors, bien-sûr, il y a le cadre. La mer à quelques mètres, la pointe de la Torche à quelques encablures, et la baie d'Audierne qui se dévoile. Des éclats de rire d'enfants qui jouent pas loin, dévalant le toboggan ou s'accrochant à la balançoire qui ne va jamais assez haut. Bien-sûr, il y a aussi la terrasse et sa structure qui protège du vent. Assez pour expliquer pourquoi les habitués et tous les autres reviennent tous les ans ? Non, sourit Lorette, jeune femme qui entame sa neuvième saison chez Marie-Cath. « Ici, il y a une ambiance. C'est convivial, intergénérationnel, festif et unique.» Voire même magique poursuit l'employée. Et ça tient à quoi au juste ? « A la patronne !» lance, sûre d'elle, la jeune femme, plateau rempli de verres. « Elle est généreuse et ce qui compte, c'est que tout le monde se sente bien. Qu'ils soient tous bien servis, avec un super accueil. D'ailleurs, ils sont déçus quand ça ferme !»  Et Lorette de conclure, avant de filer derrière le bar :« C'est ma neuvième saison ici. C'est ma seule école et c'est la meilleure !»
(photo ci-dessus : Marie-Cath entourée de Lorette et Samuel).

La patronne des lieux veille, bienveillante.

La patronne, donc. Marie-Cath, Penmarchaise pure souche, un peu plus de soixante ans, qu'on devine déterminée à mener sa barque, mais presque réservée à se raconter. Alors, elle esquisse juste les grandes lignes qui l'ont mené ici, à la tête de ce bar-restauration où travaillent, au plus fort de la saison, quatorze employés, où l'on sert jusqu'à 90 couverts, tout en programmant des soirées-concerts avec les groupes locaux. « Tout a commencé » raconte Marie-Cath « en 1991 lorsque j'ai repris l'activité d'un couple, Monsieur et Madame Le Rhun, qui avait un camion ici, à Pors Carn, où il vendait, l'été, des crêpes, des kouigns et des jus de fruits. J'ai repris derrière eux. Au départ j'étais fleuriste, à Saint-Gué, en face de la pharmacie, pendant seize ans. Et j'ai voulu faire autre chose. Le camion, ça m'a plu.» L'aventure ne faisait alors que commencer. Au début des années 90, on venait manger des kouigns Chez Marie-Cath, en faisant la queue devant le camion. Quelques années plus tard, en 1997, « le camion a rendu l'âme et on a monté le premier cabanon.» Celui qui porte aujourd'hui fièrement l'enseigne Le Georges Zinc. Un cadeau d'un patron pêcheur sourit Marie-Cath. « Entre eux, ils faisaient référence au Georges V à Paris, en se moquant gentiment de la capitale." Le Georges Zinc, forcément,  c'était bien mieux. Les marins viennent toujours ici, accoudés au comptoir, près de la pancarte La place des pêcheurs. « Je les appelle mes p'tits gars.» Depuis 1997, l'endroit s'est développé. Petit à petit, deux autres cabanons ont été installés, la terrasse fixée et la structure qui protège des coups de vent solidement vissée.

Gens du pays, touristes habitués et encore artistes de tout horizon

Aujourd'hui, l'endroit a fière allure. Les gens du pays, les surfeurs, les touristes habitués et les gens de passage vont et viennent. Ici, tout le monde se parle à un moment ou à un autre, même si on ne se connaît pas. C'est comme ça. L'endroit attire aussi les comédiens, sociétaires de la Comédie-Française. On y croise Eric Ruf, Thierry Hancisse, Guillaume Gallienne, ou encore Roland Bertin qui vient en voisin, tout comme le comédien et metteur en scène Jacques Tresse ou encore Guy Bedos et sa femme... « A une époque, Madame Coquatrix (ancienne propriétaire de l'Olympia, ndlr) venait ici tous les midis en août et en septembre» raconte Marie-Cath. « Elle dormait à Bénodet et déjeunait ici. On lui faisait ce qu'elle aimait, des langoustines, de la sole ou du homard. Elle était bien ici.» La patronne se lève, part accueillir un couple d'anciens, les guide à leur table et demande« ça va ? tout va bien chez vous ?»

Pratique :
Chez Marie-Cath
Plage de Pors Carn à Penmarc'h
A partir du samedi 1er avril, tous les jours de 11h00 à 01h00 en continu. 
Crêpes, kouigns, petite brasserie et grillades.

 
 le 27.03.2017 à 21 h 52 - mis à jour le 28.03.2017 à 19 h 54 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire Voir les commentaires (4)
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.