Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 « On a beaucoup d'espoir. »
 le 29.03.2017 à 21 h 43 Réagir : Partager :        
 

En pays bigouden, le comité local de soutien à Emmanuel Macron, initié par Liliana Tanguy début septembre, compte aujourd'hui une cinquantaine d'adhérents. Selon André Paubert, qui a rejoint le comité début janvier, « il est nécessaire de structurer tout cela ». Dans ce sens, le comité local vient de se doter d'une structure de pilotage pour « organiser la distribution des tracts et coordonner la campagne ». Si André Paubert reconnaît que « l'essentiel du travail, c'est celui du candidat » à l'élection présidentielle, il estime aussi qu'Emmanuel Macron a « besoin de relais sur le terrain ». 

« Dans notre cas, il s’agit d'une originalité, que de créer un mouvement en pleine campagne électorale » tient-il à ajouter.

5 réunions publiques programmées

L’équipe de pilotage annonce d'ores et déjà cinq réunions publiques. La première? le 6 avril au Guilvinec? aura pour thème la stratégie maritime. Elle sera animée par Pierre Karleskind, référent départemental du mouvement En Marche, et mandaté pour l'écriture de la stratégie maritime du candidat à l'élection présidentielle.
Les autres réunions publiques (Pont-l'Abbé le 11 avril, Plozévet le 12 avril, Plonéour-Lanvern, le 14 avril et Penmarc'h, date à déterminer) devraient davantage se dérouler, en fonction du nombre de participants, sous la forme d'ateliers animés par les membres du comité de soutien.

« Mais qui d'autre qu'Emmanuel Macron ? »

A écouter les membres du comité local, on les sent porté par un vent d’optimisme. « L'adhésion de François Bayrou a été un moment important » fait remarquer André Paubert. Depuis, « Emmanuel Macron a pris 6 points » dans les sondages d'opinion. Liliana Tanguy estime  qu’« il faut maintenant consolider les votes ». De son côté,  Jean-Yves Helou assure que « les gens ne veulent pas d'un second tour Le Pen-Fillon, candidat de la droite dure ». D'ailleurs, sur les marchés, le conseiller municipal de Plobannalec-Lesconil dit noter un désamour pour le candidat LR. Lors de la distribution de programme de campagne, « beaucoup disent, si c'est Fillon on ne prend pas ». André Paubert reconnait que « des gens aussi ne veulent pas d'Emmanuel Macron ». « Mais qui d'autre qu'Emmanuel Macron ? » interroge Liliana Tanguy, qui devrait, sauf surprise, être investie par le mouvement En Marche pour mener campagne lors des législatives sur la 7ème circonscription (Pont-l'Abbé-Douarnenez). André Paubert reconnait aussi que si Alain Juppé avait été candidat, « on ne serai pas dans la même configuration ».

« On a beaucoup d'espoir »


Enfin, questionné sur la capacité du leader d’En Marche à obtenir une majorité à l'Assemblée nationale, s'il est élu président de la République  7 mai prochain, André Paubert n'a aucune crainte : « dans l'histoire de la 5ème République, les gens n'ont pas désavoué leur vote présidentiel. Pourquoi le feraient-ils cette-fois-ci ? » 

« On a beaucoup d'espoir » lance Françoise Jesson, ce à quoi rajoute Liliana Tanguy : « on marche vers la victoire d'Emmanuel Macron ». Verdict du premier tour le dimanche 23 avril.

De gauche à droite : Patrik Tanneau, Jacques Jesson, François Jesson, Liliana Tanguy, Martine Olivier, André Paubert et Jean-Yves Helou.

L'équipe d'animation et de pilotage du comité En Marche du pays bigouden est composé de Michel Decoux, conseiller municipal de Pont-l'Abbé, de Marianne Hélias, conseillère municipale de Pont-l'Abbé, de Jean-Yves Helou, conseiller municipal de Plobannalec-Lesconil, de Françoise Jesson, de Christian Lecoant, de Jacques Le Saint, de Martine Olivier, conseillère municipale de Plonéour-Lanvern, d’André Paubert, maire-adjoint honoraire, de Liliana Tanguy, conseillère municipale de Combrit, de Patrik Tanneau et de Nicole Urvois.

Le comité En Marche du pays bigouden dispose désormais d’un compte facebook :
https://www.facebook.com/EMPaysBigouden

 
 le 29.03.2017 à 21 h 43 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire Voir les commentaires (5)
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.