Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 Une célébration de l'enfance bigoudène.
 le 31.03.2017 à 21 h 58 - mis à jour le 13.04.2017 à 21 h 59 Réagir : Partager :        
 

Ils passent d'un espace à un autre, certains avec escabeau et tournevis, d'autres avec des mannequins costumés, les derniers scrutant l'ensemble : quelques menus détails restaient à fignoler en ce vendredi matin, avant l'ouverture officielle de l'exposition temporaire ce samedi 1er avril et ce, jusqu'au 5 novembre. Une exposition de haute tenue, fruit d'un conséquent travail de recherche et de documentation mené par le service culturel du Triskell et qui plaira, à ne pas en douter, tant aux habitants du territoire qu'aux visiteurs venus de contrées plus lointaines. Bienvenue au Musée bigouden qui, du 1er avril au 5 novembre, propose son exposition temporaire consacrée cette année à Edouard Doigneau et les modes enfantines bigoudènes.
(Visuel ci-dessus : photographie Doigneau, Petite porteuse, collection particulière, tous droits réservés)

Tableaux, fonds photographique et pièces textiles anciennes

« C'est une exposition émaillée de petites perles » se réjouit Bernard Le Floc'h, adjoint en charge de la culture de Pont-l'Abbé (photo ci-contre (de gauche à droite) Bernard Le Floc'h, adjoint à la culture, Uwe Poensgen, responsable service culturel et Solenn Boënnec, commissaire de l'exposition, en charge des collections du Musée bigouden). Une exposition qui propose, sur quatre espaces, « une synthèse du parcours du peintre Doigneau (1865-1954) en pays bigouden au tout début du XXème siècle » associée aux modes enfantines bigoudènes de cette période. Une cinquante d'oeuvres peintes, soixante-dix clichés pris par l'artiste, dix mannequins portant des pièces anciennes et nombre de petits bonnets et collerettes offrent ainsi un témoignage inédit sur l'enfance du pays bigouden entre 1900 et 1911. Permettant à la fois de comprendre le mode de vie des enfants - particulièrement des filles, nombreuses à réaliser de petits métiers, comme gardienne d'oies, de goémon ou encore préposées a ramassage de coques - et d'analyser leur habillement. « Nous avons plongé avec bonheur dans son fonds photographique » explique Solenn Boënnec, commissaire de l'exposition, en charge des collections du Musée bigouden. L'analyse de ces clichés, dont certains aquarellés par Doigneau, a permis de belles découvertes, comme « ce gilet à longues manches porté par une petite fille » décrit Solenn Boënnec. Des pièces qui n'existent plus aujourd'hui. D'ailleurs, poursuit-elle, « il n'y a presque plus rien des habits avant 1914. Ils ont été portés et usés par des générations d'enfants.» Et s'il reste des bonnets et collerettes de cette période, les tenues complètes sont rarissimes. L'exposition en dévoilera neuf. D'où l'importance de se référer à l'oeuvre de Doigneau.

La Ronde des Petites Bigoudènes, tableau majeur de Doigneau exposé

Peintre, aquarelliste et dessinateur, Edouard Doigneau (1865-1954) est un artiste originaire de Nemours (Seine et Marne). Elève de Jules Lefebvre et Tony Robert-Fleury, il viendra en pays bigouden, comme de nombreux autres peintres et écrivains, attiré par la singularité du paysage et l'exotisme du vêtement bigouden - buste très resserré et jupes volumineuses - très éloigné des modes parisiennes. Doigneau séjournera à Loctudy où, de 1904 à 1911, il peindra et photographiera nombre d'enfants, essentiellement des fillettes, en habits de travail ou en costume du dimanche. Une de ses oeuvres majeures, La Ronde des Petites Bigoudènes, constitue la pièce maîtresse de l'exposition temporaire. Cette huile sur toile grand format (1m42 x 2m42), datée de 1905, a été exposée en 1906 au Salon des Artistes Français à Paris où elle aura fait grande impression. Achetée par le baron de Rothschild qui l'offrira au Petit Palais, elle sera exposée au Petit Palais jusqu'en 1920, avant d'être mis en réserves. Un siècle plus tard, le tableau retrouve le pays bigouden, mis en valeur par la scénographie particulièrement travaillée pour cette exposition, fruit du partenariat du service culturel avec un créateur de mobilier bois-métal, Michel Fagon. 

Pratique :
Edouard Doigneau et les modes enfantines bigoudènes
Exposition temporaire
Musée bigouden
Château de Pont-l'Abbé
Du 1er avril au 5 novembre
Tous les jours sauf le lundi de 14h00 - 18h00 
(Juillet - août tous les jours de 10h00 - 18h00)
Tarif : plein 5€ ; réduit 3.50€ ; famille 11€ ; gratuit moins de 11 ans.

A savoir :
Le catalogue de l'exposition, Art & Modes enfantines. Edouard Doigneau en pays bigouden de Solenn Boënnec, préfacé par Bernard Le Floc'h, paru aux éditions Locus Solus (Coéd. Musée Bigouden, Pont-l’Abbé ; 96 pages couleur ; 2017 ; 21€) sera en vente à la boutique du Musée.

La Ronde des Petites Bigoudènes, E. Doigneau, 1905. © Musée du Petit Palais - La Parisienne.

 
 le 31.03.2017 à 21 h 58 - mis à jour le 13.04.2017 à 21 h 59 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Une marche de soutien au Malamok. Parenthèse poétique au Malamok. Un dispositif pour sensibiliser au breton. Neige d'écume et blanc manteau à St Gué. Quand les ados se découvrent dans la tornade.
 Les + consultés sur l'ensemble des sites
E. Macron en tête presque partout
En pays bigouden, tous les résultats, commune par commune, sont désormais connus. Particularité, Marine Le Pen ....
1                                Cliquez ici
        2  Article  :  « Nous commençons à être bien connu. »
        3  Article  :  1 000 foyers alimentés grâce au vent.
        4  Article  :  L'opération escargot n'est pas autorisée.
        5  Article  :  Une marche de soutien au Malamok.
        6  Article  :  Parenthèse poétique au Malamok.