Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 Lueur d'espoir pour le Malamok ?
 le 13.04.2017 à 21 h 30 - mis à jour le 13.04.2017 à 21 h 49 Réagir : Partager :        
 

Ce jeudi 13 avril au Malamok du Guilvinec, environ 250 personnes étaient réunies peu avant 18h00, début  d'un conseil d'administration décisif pour l'association qui gère la structure sociale et culturelle. Les adhérents, regroupés dans la salle de spectacle, ont scandé "les élus, les élus". Ces derniers ont pris leur responsabilité et se sont présentés devant le public.

« La mairie de Tréffiagat soutien le projet, mais le Malamok doit se reprendre »

Frédéric Le Tenneur, adjoint à la jeunesse à Tréffiagat, a pris le premier la parole : « on soutient le centre social et on ne veut pas que cela s'arrête ». L'élu a tout de même pointé « de gros problèmes de dysfonctionnement ». Pour le futur, « cela peut être très bien géré, mais il va falloir faire des efforts (…) En tant qu'élu, je pense que l'argent public doit être bien dépensé, bien géré (…) La mairie de Tréffiagat soutien le projet, mais le Malamok doit se reprendre ».

« On s'attendait à trouver une clé de répartition »

Le Maire du Guilvinec Jean-Luc Tanneau n'a pas souhaité revenir sur « les erreurs qui ont été faites, ni sur les budgets qui n'étaient pas normaux ». Il a tenu à rappeler que l'audit à été commandé « à la demande de la maire de Léchiagat (la commune est en fait Tréffiagat ndlr) qui voulait y voir plus clair dans les comptes (…) Quand l'étude de TMO est sortie, vous comme moi, on a été surpris parce que ce n'est pas cela qu'on attendait. On s'attendait à trouver une clé de répartition qui aurait permis de trouver une solution entre les trois communes. Et ce qui a été pointé, c'est un problème au niveau du management, et au niveau des comptes (...) Et on s'est aperçu qu'il y avait un déficit qui augmentait. Je vous prie de croire que si la ville du Guilvinec avait eu envie de fermer le Malamok, la ville n'aurait pas été la seule commune à verser 70 000 euros au mois de janvier et 23 000 euros au mois de décembre, ce qui fait 93 000 euros ».
« Sur le plan de redressement, il y a une chose qui ne me convient pas, les 70 000 euros versé au mois de janvier n'apparaissent pas » a notamment indiqué Jean-Luc Tanneau.
Est ce que vous soutenez le projet culturel et social de l'association ? Qu'est ce qu'il y a comme solution pour empêcher la fermeture du Malamok ? a questionné un adhérent
« Je n'en sais rien, ce que je sais c'est qu'il y a beaucoup de bruits qui circulent et qui arrangent beaucoup de personnes. Le fait que la ville du Guilvinec veuille faire la capitainerie au Malamok, ou sa mairie au Malamok c'est du pipeau» a répondu le premier magistrat du Guilvinec.

« Tu dis que la Malamok va s'arrêter, c'est un peu prématuré »

Gaëlle Biger, première adjointe à Plomeur, a également pris la parole : dans un premier temps, elle a souhaité rappelé que sa commune avait bien versé la subvention de 34 000 euros dédiée aux vacances de Pâques, contredisant que ce que Bigouden.Tv notamment avait annoncé dans un précédent article. Elle a également indiqué que la subvention pour les TAP (temps d'activité périscolaire, ndlr)  avait été versée en novembre pour l'ensemble de l'année scolaire.
Mais « on est obligé d'arrêter les TAP sur la commune car le Malamok s'arrête ». Malou Plouhinec, vice-présidente de l'association qui gère le Malamok l'a alors reprise : « Gaëlle, tu dis que la Malamok va s'arrêter, c'est un peu prématuré ». De manière ironique, la première adjointe de Plomeur s'est dit « contente de l'entendre, alors que les vacances de Pâques n'ont pas été assurées, que l'accueil de loisirs n'a pas été assuré. Je suis contente d'entendre Malou dire que cela va être pérenne et que cela va continuer ».
Gaëlle Biger a reconnu que « le social c'est important sur une commune, sauf que le social, cela doit être pour tout le monde et pas que pour l'intérêt d'une seule personne, ou de quelques personnes. Le social, c'est l'intérêt de toute la population, donc on ne peut pas se permettre de faire n'importe quoi avec l'argent public. On est comptable devant nos administrés ».
Sur le plan de redressement que Plomeur a refusé, l'élue s'en est expliquée : « on n'avait pas les montants. C'est comme si on nous demandait de signer un chèque en blanc pour terminer l'année. Ce n'est pas possible. Si vous avez consulté le rapport de TMO, il y a de quoi se poser des questions, même TMO s'en pose ».

« On continuera avec vous pour que ce centre social reste pérenne et ne ferme jamais »

Maryse Rousseau, administrateur de la CAF, a aussi tenu à s'exprimer : « au titre d'adhérent, au titre de citoyen, et au titre d'allocataire vous avez votre mot à dire. Vous avez trois fois le droit de prendre la parole » a-t-elle lancé au public avant de poursuivre « la CAF va continuer à soutenir mordicus le centre social. On parle beaucoup d'accueil de loisirs (...) mais le projet social c'est un projet de vivre ensemble, c'est aussi un projet de solidarité, c'est bien autre chose que de la garderie de jeunes enfants. On continuera avec vous pour que ce centre social reste pérenne et ne ferme jamais ».

A l'unanimité, le CA a acté que l'expert comptable travaille sur un nouveau plan de trésorerie


A la suite de ces prises de paroles, les élus ont rejoint dans une autre salle le commissaire aux comptes pour la tenue du conseil d'administration. Les adhérents sont restés échanger une bonne heure. Ils ont notamment décidé la convocation d'une Assemblée Générale Extraordinaire. Une opération escargot a aussi été envisagée le samedi 22 avril à 9h30 au départ de la mairie du Guilvinec jusqu’à celle de Plomeur. A chaque mairie, un berceau de renaissance devrait y être déposé.

Alors qu'il ne restait plus qu'une poignée d'adhérents au Malamok, le CA s'est clôturé après deux longues heures. A l'unanimité, il a acté que l'expert comptable travaille sur un nouveau plan de trésorerie. Dès que ce nouveau plan sera finalisé, le CA se réunira de nouveau. En parallèle, la CAF a lancé une invitation à l'attention des maires de Plomeur, Tréffiagat et le Guilvinec, mais aussi de la présidente du Conseil départemental, de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale, du Cabinet d'études TMO régions, du commissaire aux comptes, de l'expert comptable, de la fédération des centre sociaux de Bretagne. Cette réunion se tiendra le mardi 25 avril à 14h00 au siège de la CAF, zone de Ti Douar à Quimper.

 

 

 le 13.04.2017 à 21 h 30 - mis à jour le 13.04.2017 à 21 h 49 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire Voir les commentaires (3)
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Une marche de soutien au Malamok. Parenthèse poétique au Malamok. Un dispositif pour sensibiliser au breton. Neige d'écume et blanc manteau à St Gué. Quand les ados se découvrent dans la tornade.
 Les + consultés sur l'ensemble des sites
E. Macron en tête presque partout
En pays bigouden, tous les résultats, commune par commune, sont désormais connus. Particularité, Marine Le Pen ....
1                                Cliquez ici
        2  Article  :  « Nous commençons à être bien connu. »
        3  Article  :  1 000 foyers alimentés grâce au vent.
        4  Article  :  L'opération escargot n'est pas autorisée.
        5  Article  :  Une marche de soutien au Malamok.
        6  Article  :  Parenthèse poétique au Malamok.