Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 Carte blanche à une femme libre.
 le 28.04.2017 à 22 h 33 Réagir : Partager :        
 

Jusqu'au 14 mai, la Galerie Rouge de Pont-l'Abbé donne carte blanche à Catherine Archambeaud (ci-contre en photo), artiste professionnelle, installée depuis une quinzaine d'années « dans la campagne bigoudène » comme elle le dit en souriant, à Tréméoc plus précisement, où elle dessine et peint dans son atelier-penty. Rencontre avec une femme pleine d'énergie, spontanée et éprise de liberté qui expose pour la première fois à la galerie associative et y présente une dizaine de tableaux grands formats, autant de modèles dessinés, des graphismes et un autoportrait.

"Il faut l'émotion qui dirige le geste." 

« J'aime bien les gens que Jean-Michel Le Floch expose ici. C'est mon style. C'est très ouvert. Ce sont des gens qui ont envie de s'exprimer et sans tomber dans la caricature. C'est comme moi. Depuis que j'ai mon bel atelier à Tréméoc, c'est à dire depuis une dizaine d'années, je fais vraiment ce que j'ai envie de faire.» D'embLée, Catherine Archambeaud plante le décor. Puis, gestuelle à l'appui, elle raconte, décrit sa façon de travailler, les matériaux qu'elle utilise, autant de gros pinceaux, petits balais, grattoirs et autes bouts de bois, puis s'en va toucher, effleurer et caresser ses tableaux, revient et lâche : « Ce qui m'importe, c'est le geste et l'émotion. Il faut l'émotion qui dirige le geste.» Et que ça aille vite. « Chez moi »  poursuit Catherine Archambeaud, « il faut que ça sorte vite. Au bout de trois-quatre heures, j'ai mis toute mon énergie.» Le résultat est là, dans la première salle de la galerie d'art. Une dizaine de tableaux grands formats, aux couleurs vives, peintures abstraites, à l'acrylique ou à la bombe. Et toujours « le geste, le geste de la main » qui est central et donne une expression lyrique à l'ensemble. 

Une inspiration trouvée dans les voyages, notamment en Chine

Celle qui aime l'univers des artistes contemporains Hans Hartung, Pierre Alechinsky ou encore Pierrette Bloch, trouve son inspiration lors des voyages qui ouvrent les perspectives. Le Brésil, la Chine ou encore l'Italie et Venise sont autant de découvertes qui la font avancer. La gestuelle chinoise, son graphisme et son matériau, l'encre et le si fin papier utilisé pour la calligraphie sont une source d'inspiration pour l'artiste, notamment dans la réalisation de ses modèles nus dessinés. Là encore, c'est l'émotion qui guide le geste. « Je suis vraiment émue par la beauté des modèles. Des modèles où il y a de la rondeur. Il me faut de la rondeur. Des fesses et des seins.» La recherche d'une sensualité qui se couche, se dessine, s'enlace sur le papier. Et Catherine Archambeaud de lancer : « Il faut dessiner tout le temps. Il faut dessiner pour avancer.» Ce qu'elle fait, en suivant depuis quelques années des cours du soir aux Beaux-Arts de Quimper. Tout comme elle continue de cuisiner dans sa maison familiale de Tréméoc où toutes les nationalités et cultures se retrouvent autour de la table. Une autre forme de gestuelle, de sensualité et de partage. Catherine Archambeaud, qui  espère toucher le public avec cette exposition, sera présente aux horaires d'ouverture pour l'accueillir.
 

Pratique :
Carte blanche à Catherine Archambeaud
Galerie Rouge de Pont-l'Abbé (15, rue Victor Hugo)
Du samedi 29 avril au dimanche 14 mai 
Horaires :
Du mercredi au vendredi de 16h00-19h00
Samedi et dimanche de 10h00-12h00 et de 16h00-19h00
Ouverture exceptionnelle lundi 1er mai de 16h00-19h00
Entrée libre.

 
 le 28.04.2017 à 22 h 33 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.