Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 Les adhérents maintiennent la pression.
 le 29.04.2017 à 22 h 44 - mis à jour le 30.04.2017 à 07 h 46 Réagir : Partager :        
 

A l'initiative du collectif d'adhérents Sauvons Le Malamok, quelque 120 personnes, de tous âges, se sont retrouvées ce samedi matin au centre socioculturel implanté au Guilvinec et qui concerne trois communes (Le Guilvinec, Tréffiagat-Léchiagat et Plomeur). Objectif de cette réunion : dresser un premier bilan des actions entreprises par le collectif depuis sa création le 13 avril dernier, faire le point sur les manifestations à venir et dresser un état des lieux de la situation du Malamok. 

Soutien de la CAF et du Conseil départemental à la poursuite du centre social

Le directeur de la structure, Cédric Boudjema, a résumé la réunion de mardi dernier, 25 avril, qui s'est tenue au siège de la Caisse d'Allocations Familiales du Finistère (CAF), à l'initiative de cette dernière. LA CAF étant un des principaux financeurs du Malamok, qui lui a octroyé son statut de centre social. Etaient présents à cette réunion : les élus des trois communes (Le Guilvinec, Tréffiagat-Léchiagat et Plomeur), la vice-présidente du Malamok, son directeur, la présidente de la CAF et sa directrice, des administrateurs de la CAF ainsi que des représentants du Conseil départemental et de la direction départementale de la cohésion sociale. Les « échanges ont été vifs » a indiqué Cédric Boudjema qui a listé les propositions de la CAF pour sortir de la crise et sauver le centre social : la mise à disposition de moyens humains et financiers, comme « l'accélération des versements au Malamok et aux trois communes, le prêt financier à taux zéro, un travail collectif pour clarifier les apports des uns et des autres....» Le Conseil départemental, par la voix de Jean-Marc Tanguy, serait quant à lui - selon les propos rapportés par le directeur du Malamok - «sensible à la poursuite des services à la personne et au maintien du centre social et prêt à financer un peu plus les communes dans le cadre du contrat de territoire. » 
(Photo ci-dessus : une adhérente présente à la réunion de ce samedi matin)

Soutien également de la commune de Tréffiagat-Léchiagat

Un double soutien que les adhérents ont reçu avec satisfaction, certains soulignant que « ces offres énormes ne pouvaient pas être refusées par les mairies.» De fait, c'est le positionnement des trois communes par rapport au devenir du Malamok qui a occupé la discussion. Le soutien de Tréffiagat semblait acquis lors de la réunion et a d'ailleurs été confirmé par la maire, Danielle Bourhis, dans son discours lors de l'inauguration de la Fête du Pesked un peu plus tard dans la matinée, alors que les adhérents manifestaient à proximité (lire ci-dessous). Devant un parterre d'élus, dont le maire du Guilvinec, la première magistrate de Tréffiagat évoquera « les difficultés rencontrées depuis plusieurs mois par le navire le Malamok » et annoncera que la commune « est prête à lancer une bouée de sauvetage » espérant que « le Guilvinec ne [les] laisse pas tomber. »

Quid du positionnement du Guilvinec et de Plomeur ?

Il reste  donc à connaître les positions du Guilvinec et de Plomeur. Jean-Luc Tanneau se refusera à tout commentaire en marge de cette inauguration. Selon nos informations, un bureau municipal devrait se réunir mardi 2 mai à 18h30  pour en décider. Quant à Plomeur, les élus devraient faire connaître leur position mercredi 3 mai, lors du conseil d'administration extraordinaire convoqué par la vice-présidente du Malamok, Marie-Louise Plouhinec. Au cours de la réunion des adhérents, le positionnement de la commune de Plomeur a fait beaucoup réagir, certains faisant part de leur « surprise de voir Plomeur se tourner vers Pont-l'Abbé et le centre de loisirs de Rosqerno » alors même que le Ty Malamok fonctionne. Une démarche qui pose d'autant plus question que Plomeur est membre de droit au conseil d'administration (CA) du Malamok et lié par convention au centre socioculturel. Or, précisera un adhérent, « pour ne plus faire partie du CA, il faut une délibération municipale. Mais aucune délibération n'a traité de cela. Plomeur est aussi engagée par convention pour toute l'année 2017 avec le Malamok et doit donc payer de toutes façons. » 

Réponse le mercredi 3 mai

Le conseil d'administration extraordinaire du mercredi 3 mai, à 20h00, dont l'ordre du jour est de connaitre la position officielle des trois mairies, devrait donc permettre d'y voir plus clair. Si Plomeur décide de quitter le navire et de voguer seule, le centre social est-il viable avec le soutien des deux autres communes ? Questionnés par des adhérents à ce sujet, le directeur du Malamok estime que cela peut fonctionner mais que le projet social s'en trouvera de fait fortement réduit, tout comme les subventions. Cela permettrait néanmoins, poursuit le directeur de préserver des salariés et les ateliers. S'il ne reste que le soutien de Tréffiagat-Léchiagat, l'association ne pourrait faire face. Le collectif a décidé de remettre aux trois communes une lettre où il fait état de ses « pensées, souhaits et exigences »  à ce que le centre socioculturel puisse vivre. 

 


Un cortège d'adhérents s'invite à l'inauguration de la Fête du Pesked

Suite à la réunion au Malamok, une centaine d'adhérents a décidé, sous l'impulsion du collectif, de se rendre, en cortège, sur le port de Léchiagat où se tenait l'inauguration de la Fête du Pesked. Devant un parterre d'élus, les manifestants ont brandi leurs banderoles. La dispersion s'est faite à la suite des prises de parole des élus, dans le calme.
Questionnée en marge de l'inauguration, Annick Le Loch, députée de la 7ème circonscription, nous disait  « comprendre que la population réagisse, surtout qu'il y a des partenaires (CAF, Conseil départemental) prêts à aider avec leurs moyens (..)»  Et l'élue de poursuivre :« Nous savons faire des choses ensemble, comme cette fête du pesked par exemple, autour d'un bassin portuaire. Donc, nous devons être capable aussi de le faire au niveau social.» Et la députée de conclure : « Ce serait une catastrophe de perdre un centre social sur le secteur.» 

 
 le 29.04.2017 à 22 h 44 - mis à jour le 30.04.2017 à 07 h 46 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.