Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 Restos du Coeur.Fermeture définitive du local
 le 10.05.2017 à 22 h 07 Réagir : Partager :        
 

« Je suis venu ici, au local, travailler comme tous les mardis matins (le 9 mai, ndlr). J'ai reçu un appel de la responsable départementale des Restos du Coeur. Elle venait de recevoir une lettre de l'instance nationale à Paris, expliquant que nous étions mis en demeure de quitter les locaux pour vendredi prochain.» Dans son bureau, le responsable accuse le coup. Dehors, le camion poids lourds reçoit les premiers chargements de denrées alimentaires. Dedans, les bénévoles s'affairent, rangent, trient et font les cartons. Au 3, rue du Menhir à Pont-l'Abbé le local des Restos s'apprête donc à fermer définitivement, après 18 ans de présence dans le quartier.

En cause, une forte suspicion d'amiante dans la toiture et dans un bardage

Les locaux de 240m² avaient été loués par la branche départementale des Restos en 1999 à un particulier, via une agence immobilière. En septembre 2015, en raison de suspicion d'amiante dans le toit et dans le bardage du local mitoyen qui servait de réserves, les responsables départementaux et nationaux avaient déjà conclu qu'il fallait fermer. « On ne plaisante pas avec ça » souligne Anne-Marie Jacq, responsable départementale des Restos du Coeur, jointe ce jour par téléphone. Nous recevons du public, nous avons des bénévoles qui travaillent dans ce lieu. Ce n'était pas possible de rester ici.» Marcel Dilosquer, responsable du centre pont-l'abbiste où oeuvre une quarantaine de bénévoles, avait réussi, dit-il « à temporiser les choses, le temps de chercher un nouveau local et d'alerter les politiques. » D'autant, poursuit-il, que cette suspicion d'amiante ne concernait pas la superette où les bénéficiaires recevaient jusqu'à présent l'aide alimentaire, mais le vestiaire et le local. « Depuis plusieurs mois » souffle aujourd'hui le responsable bénévole, « nous allons de réunion en réunion, avec les élus, avec l'agence immobilière, avec le propriétaire. Nous prospectons, nous avons visité une dizaine de locaux, situés à Plonéour-Lanvern, Plomeur, Loctudy, Pont-l'Abbé.» Tout en continuant à recevoir les bénéficiaires. 214 familles, soit 473 personnes étaient inscrites pour la campagne d'hiver ; 114 familles étaient attendues pour la campagne d'été qui devait démarrer le 18 avril. 

Un déménagement qui doit se terminer vendredi

Mais depuis quelques semaines, le centre ne recevait plus le public. Les dernières réunions, où le propriétaire s'était engagé à faire des travaux pour créer une sous-toiture de protection et changer de bardage, n'ont pas convaincu les instances nationales des Restos. Qui ont, comme le précise Anne-Marie Jacq, responsable départementale, « dénoncé le bail de location et engagé la procédure de déménagement.» Depuis ce mercredi, le déménagement est donc en cours et doit se terminer vendredi. Les denrées alimentaires seront stockées à Milizac (29) au centre départemental de stockage, puis redistribuées dans les autres centres finistériens. En attendant de trouver une solution pour rouvrir le centre de Pont-l'Abbé, dans un local adapté. Anne-Marie Jacq soutient, tout comme Marcel Dilosquer, que de nombreuses démarches ont été effectuées ces derniers mois pour trouver un local.

« Personne n'a bougé le petit doigt »

L'aide demandée auprès des élus est restée vaine selon les deux responsables. Anne-Marie Jacq ne mâche d'ailleurs pas ses mots : « Nous avons eu une réunion début avril, à la Communauté de communes du pays bigouden sud, en présence des deux présidents des communautés bigoudènes, et du maire de Pont-l'Abbé. Personne n'a de local. Personne n'a bougé le petit doigt.» Et la responsable départementale de poursuivre : « Je ne veux pas faire de polémique. Je constate seulement qu'au niveau du département, nous sommes logés par les mairies. Et si nous devons louer un local auprès d'un particulier, les mairies nous soulagent du loyer grâce à une subvention. Ce qui n'est pas le cas ici. » En attendant de trouver un local - une piste semble aujourd'hui plus sérieuse auprès d'un particulier - les familles des Restos du Coeur se tournent vers les autres centres des Restos, à Quimper ou Concarneau,  vers les CCAS (Centre Communal d'Action Sociale) ou d'autres organismes associatifs, comme le Secours Populaire.

Les bénévoles en plein déménagement du local situé à Pont-l'Abbé ce mercredi 10 mai.

 
 le 10.05.2017 à 22 h 07 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire Voir les commentaires (2)
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.