Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 Législatives. Christophe Roumier se maintient
 le 12.05.2017 à 14 h 51 - mis à jour le 12.05.2017 à 14 h 58 Réagir : Partager :        
 

Le candidat de l'Alliance centriste aux élections législatives pour la 7ème circonscription Pont-l'Abbé-Douarnenez annonce, dans un communiqué envoyé ce vendredi  à la rédaction, qu'il maintient sa candidature. Christophe Roumier (ci-contre en photo d'archives) souhaitait obtenir l'investiture du mouvement La République en Marche (LRM), soutenu dans sa démarche par le sénateur-maire de Plonéour-Lanvern Michel Canévet. Mais c'est la Combritoise Liliana Tanguy (ex PS), soutien de la première heure d'Emmanuel Macron, qui a été préférée. 

« Une déception pour les centristes qui avaient cru au discours d'ouverture »

Dans son communiqué, Christophe Roumier réagit aux investitures En Marche ! et fait part de sa déception : « Sur la forme, le résultat annoncé hier est forcément une déception pour tous les centristes qui avaient cru au discours d’ouverture d’Emmanuel Macron.» Et de pursuivre : « je constate que l’appel à candidatures était un rideau de fumée, tant le choix des candidats était verrouillé par les structures locales du mouvement, tenues par le PS en ce qui concerne le Finistère. » 

« Plus que jamais, je suis candidat aux législatives »

Et Christophe Roumier d'annoncer qu'il maintient sa candidature : « Plus que jamais, je suis candidat aux législatives dans la 7e circonscription ! Ma candidature et les idées qui la sous-tendent préexistaient au projet politique d’Emmanuel Macron qui n’a été connu que très tardivement. C’est en constatant les nombreux points de convergence entre ce projet et mes convictions que j’ai décidé de le soutenir, certainement pas par opportunisme. Et le candidat de poursuivre : « Dans la 7e circonscription, nous sommes désormais en présence de deux candidates socialistes, qui se proposent de rejouer la primaire de la gauche de décembre dernier, lors de laquelle Liliana Tanguy a été sèchement battue. Se présente également le candidat d’une droite dure dont l’objectif affiché par le chef de file parisien est de battre les candidats de la majorité présidentielle pour aller vers une cohabitation. Comme projet pour la France, on peut faire beaucoup mieux !!»

« Faire entendre la voix du Finistère à Paris »

Et Christophe Roumier de conclure : « Je veux proposer une autre façon d’exercer le mandat de député, qui soit interactive avec la population, les professionnels et les élus du territoire, et non aux ordres d’un parti, fût-il de gouvernement. Mon ambition est de faire entendre la voix du Finistère à Paris, de donner un véritable poids politique national au Finistère et à l’ouest-Cornouaille. Je propose un véritable renouveau, que ne suggère aucun de mes adversaires.»

 


L'intégralité du communiqué de Christophe Roumier à lire ci-dessous :

«Réaction aux investitures En Marche !

Sur la forme, le résultat annoncé hier est forcément une déception pour tous les centristes qui avaient cru au discours d’ouverture d’Emmanuel Macron. 

Le parti socialiste est le grand gagnant de ces investitures, car, outre le grand chelem réalisé par les 24 députés socialistes sortants investis, nombre de membres de la « société civile » sont en réalité des conseillers ministériels actuellement en poste.

On note aussi une prime à la courtisanerie, qui a dicté le choix de bon nombre de référents locaux, sans que soit recherchée leur capacité réelle à mener et, surtout, à gagner une campagne. D’ailleurs, je constate que l’appel à candidatures était un rideau de fumée, tant le choix des candidats était verrouillé par les structures locales du mouvement, tenues par le PS en ce qui concerne le Finistère. 

Pour terminer, l’application stricte de la parité, étonnante de la part d’un dirigeant politique qui ne s’entoure que d’hommes, a favorisé certaines candidatures, notamment dans le Finistère, où le nombre de poids lourds socialistes à investir laissait peu de place aux candidatures masculines d’ouverture.

Le Président semble peiner à constituer une majorité hors des clivages politiques et il y a fort à craindre que l’influence très forte du PS dans sa future majorité ne conduise à dénaturer son projet. Comme réagissait à chaud un de mes futurs électeurs : « les vrais socialistes ne pourront pas soutenir la fin des systèmes particuliers de retraite, ni la suppression de l'ISF. 

Sur le fond, cela ne change rien à mon engagement : je suis d’accord avec bon nombre de points du projet d’Emmanuel Macron :
• comme lui, je suis un européen convaincu ;
• comme lui, je suis persuadé que la France ne pourra se redresser qu’en dépassant les clivages
droite/gauche et en ayant toujours comme objectif l’intérêt général de la France et des français ;
• comme lui, je milite pour une moralisation de la vie politique, la fin de la professionnalisation du personnel politique et le renouvellement des visages et des idées.

Maintien de ma candidature
Plus que jamais, je suis candidat aux législatives dans la 7e circonscription ! Ma candidature et les idées qui la sous-tendent préexistaient au projet politique d’Emmanuel Macron qui n’a été connu que très tardivement. C’est en constatant les nombreux points de convergence entre ce projet et mes convictions que j’ai décidé de le soutenir, certainement pas par opportunisme.

Ma candidature a du sens dans ce contexte de « dégagisme » et de renouvellement des idées et des candidats. Elle s’inscrit sous la bannière « Alliance Centriste », le parti auquel j’adhère depuis 2014 et qui, lui aussi, est en phase avec le projet politique d’Emmanuel Macron.

Dans la 7e circonscription, nous sommes désormais en présence de deux candidates socialistes, qui se proposent de rejouer la primaire de la gauche de décembre dernier, lors de laquelle Liliana Tanguy a été sèchement battue. Se présente également le candidat d’une droite dure dont l’objectif affiché par le chef de file parisien est de battre les candidats de la majorité présidentielle pour aller vers une cohabitation. Comme projet pour la France, on peut faire beaucoup mieux !!

Ma candidature permet de proposer une vraie alternative aux électeurs du centre, qui se sentent orphelins de candidats depuis la présidentielle, mais aussi à tous ceux qui réclament depuis des mois un changement radical dans la manière de faire de politique. Ils se sont crus entendus, mais découvrent depuis hier, qu’ils ont été dupés.

Ma candidature est celle d’un homme en prise directe et quotidienne avec les préoccupations de la société civile grâce à mon métier. En tant qu’élu local depuis 2014, je suis aussi en prise avec les contraintes qui pèsent sur le développement de territoires comme le nôtre. 

Je veux proposer une autre façon d’exercer le mandat de député, qui soit interactive avec la population, les professionnels et les élus du territoire, et non aux ordres d’un parti, fût-il de gouvernement. Mon ambition est de faire entendre la voix du Finistère à Paris, de donner un véritable poids politique national au Finistère et à l’ouest-Cornouaille.

Je propose un véritable renouveau, que ne suggère aucun de mes adversaires.»

 
 le 12.05.2017 à 14 h 51 - mis à jour le 12.05.2017 à 14 h 58 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire Voir les commentaires (6)
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.