Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 En l'honneur d'une belle salle de spectacle.
 le 29.05.2017 à 00 h 57 - mis à jour le 29.05.2017 à 09 h 31 Réagir : Partager :        
 

« Mais c'est pas vrai ! Elle ne marche pas ! » Le juron n'est pas bien loin. Derrière la bar, il s'active, rouspète  et finit par afficher le sourire : « Eh ben voilà. Là, c'est mieux... » Yannick Lagoguet souffle. La tireuse à bière a finalement décidé de fonctionner. Ca tombe bien. Les premiers spectateurs arrivent. Il est 15h30. Un peu plus loin, dans la salle de spectacle, les techniciens s'affairent, les essais lumières et sons s'enchaînent, Dédé Hellec vérifie l'ordre de passage des artistes, accueille les uns et les autres, scrute la salle. « On va manquer de chaises là ! » Scène et atmosphères ordinaires d'avant spectacle. Presque. Sauf qu'ici, au Malamok, c'est « le dernier barouf d'honneur » comme l'a annoncé Yannick Lagoguet, ancien régisseur du lieu pendant près de vingt ans et à l'initiative, avec Dédé Hellec, sonorisateur pendant vingt-cinq ans, de ce concert de soutien aux salariés, bénévoles et adhérents du centre socio-culturel.

Une trentaine d'artistes sur la scène du Malamok

Les artistes - une trentaine - ont répondu présents. Tout comme les techniciens qui ont souvent travaillé pour cette scène. « Certains ont roulé toute la nuit pour être là » lance, admiratif, le régisseur. On croise pendant les balances Bastoon/ Baboushka, Régis Huiban, Youenn Le Bihan, Audrey Le Jossec, Pierrick Tardivel ou encore Farid Aït Siameur, Jean-Claude Normant, le groupe Outside Duo composé d'Antoine Solmiac et Julien Grignon et puis aussi Melaine Favennec... L'ambiance est bonne enfant. Les bénévoles font des crêpes. Le public s'installe. Familial et intergénérationnel. Les plus anciens profitent des fauteuils et des chaises, les plus jeunes sont par terre. Lors d'une pause, les enfants font la ronde. Les parents discutent. Le lieu est animé. Plus de 350 personnes au démarrage du concert à 16h00 ; pas les mêmes, mais autant à 19h00. On est parti pour quatre heures de spectacle ? « Plus que ça »sourit Dédé Hellec. « On finira vers les 22h00. » Ah quand même, six heures alors ...
(Photo ci-dessus : Farid Aït Siameur et Outside Duo réunis sur scène pendant le concert de soutien)
 

Histoire de marquer le coup. Histoire de rappeler que cette salle-là a accueilli nombre d'artistes pour des spectacles et des résidences. Histoire de rappeler que cette salle-là a souvent joué à guichet fermé. Ce dimanche, la salle de spectacle aura retrouvé son ambiance des grands soirs. Pendant quelques heures où les artistes, techniciens et bénévoles auront écrit le mot Culture avec un grand C.

 


« Ces longs mois difficiles ....»

Deux salariés du Malamok, Cédric Boudjema, le directeur, et Magalie Autret, en charge de l'accueil, du secrétariat et de la communication, ont pris la parole avant le début du concert pour remercier les artistes et rendre hommage au personnel, aux adhérents et aux bénévoles de l'association qui auront porté le Malamok. Magalie Autret (ci-contre) a, la gorge nouée, lu un mot par lequel elle a tenu à remercier, au nom de l'équipe des permanents, celles et ceux qui ont soutenu les salariés « pendant ces longs mois difficiles.» (...) «  Nous avons été malmenés psychologiquement de part cette politique d'étranglement menée par la commune du Guilvinec, avec l'appui de la commune de Plomeur. Mais, nous avons tenu à garder le sourire pour tenir jusqu'au bout. (...) Il y a eu des pleurs, un mal-être, des angoisses, des arrêts de travail. (...) Seule la commune de Tréffiagat a pris en compte l'aspect humain. » Elle conclura : « Vous allez tous nous manquer. »

 

Le public, nombreux et familial, en début de concert ce dimanche au Malamok du Guilvinec.

 
 le 29.05.2017 à 00 h 57 - mis à jour le 29.05.2017 à 09 h 31 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire Voir les commentaires (6)
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.