Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 Contre le sexisme, les élèves ont gagné !
 le 29.05.2017 à 23 h 19 - mis à jour le 30.05.2017 à 11 h 50 Réagir : Partager :        
 

En tout, ils sont vingt-cinq, de la sixième à la troisième, à se retrouver une fois par semaine, le lundi midi, en conférence de rédaction pour réfléchir, débattre et choisir les sujets d'actualité qui seront travaillés, réalisés, montés puis diffusés, sous forme de journal télévisé, dans le hall de l'établissement à la veille des petites vacances scolaires. Retransmis sur écran, le JT s'annonce avec son générique - un morceau original, spécialement créé et joué à la trompette  - devenu au fil du temps un véritable signal. « Quand ils entendent le son, tout le monde arrive »sourit une des jeunes journalistes. Ensuite, c'est parti pour 15 minutes de reportages sur la vie quotidienne des élèves. Bienvenue au club vidéo du collège Laennec de Pont-l'Abbé !
(Des élèves primés heureux, entourant la conseillère principale d'éducation, Julie de Brabander, responsable du club vidéo).

Un studio TV, quatre caméras, trois ordinateurs, une perche-micro ...

Un club créé par Julie de Brabander, conseillère principale d'éducation (CPE), il y a six ans. Les quatre premières années, explique la responsable, « nous réalisions un journal télévisé par an. Depuis la création du studio, il y a deux ans, les élèves ont gagné en autonomie.» Le petit local, mis à disposition dans l'enceinte de l'établissement, a été peint en vert (voir photo ci-contre). Pas innocent puisque cette couleur, utilisée comme fond de plateau, facilite l'incrustation d'images au montage. C'est donc là que se retrouvent les participant(e)s au club. Avec tous les moyens techniques mis à disposition : quatre caméras, trois ordinateurs, une perche-micro, un enregistreur de voix off,.... « Au studio », explique la CPE, « les sixièmes et troisièmes travaillent ensemble. Ils ont des compétences, sont autonomes et s'autoforment collectivement. J'interviens surtout au moment de dérusher (sélectionner les séquences, ndlr) les interviews et pour finaliser le JT. »  Le reste appartient aux élèves-journalistes. Visiblement motivés et franchement enthousiastes lorsqu'il s'agit de parler de leurs réalisations. Et d'autant plus satisfaits qu'ils viennent d'être joliment récompensés pour leurs efforts. Deux prix leur ont été attribués, qu'ils sont allés chercher, pour les uns, à Rennes, et pour les autres, à Paris !

Deux prix attribués. Un coup de coeur et un 3e prix national pour Girls are in the game

Le prix Coup de Coeur leur a été attribué pour leur dernier JT de décembre/ janvier 2017 par le concours Médiatiks dans la catégorie Médias numériques, et ce pour la deuxième année consécutive. Quatorze élèves ont fait le déplacement à Rennes pour l'occasion le 19 mai dernier, avec la visite des locaux de TV Rennes à la clé. Six autres collégiens (ci-contre en photo avec Julie de Brabander) se sont déplacés à Paris - en minibus avec la CPE, l'infirmière et une enseignante - pour y recevoir le troisième prix national du concours Vidéo jeunesse Matilda sur le thème Buzzons contre le sexisme, qui a récompensé leur reportage intitulé Girls are in the game (Les filles sont dans le jeu/ match). En tout, 152 films étaient présentés, et 37 sélectionnés. Pas peu fiers, donc, les élèves de Laennec qui auront, pour la réalisation de leur vidéo d'une durée de 3 minutes 39 secondes ( à visionner ci-dessous), mené une enquête de terrain, et questionné leurs camarades  sur la représentation  filles - garçons dans les jeux vidéos. Une idée qui s'est imposée suite à la lecture d'un article du journal Le Monde, intitulé Les filles aux manettes, consacré à une web-série documentaire sur la place des femmes dans ces jeux. Et les commentaires des élèves filmés interpellent : les filles dans les jeux vidéos sont représentées soit sous forme de figurines dévêtues, hypersexuées ou comme de pauvres princesses - toujours aussi dénudées il va s'en dire - sauvées par des individus mâles, forcément hypermusclés. Le cliché - sexiste -  du garçon qui sauve la fille est donc omniprésent. Tout comme la croyance - qui a la vie dure mais qui s'avère fausse - que les garçons jouent forcément plus - et mieux - aux jeux vidéos que les filles...

Minibus, Paris, Causette et Médiapart !

Leur belle récompense, les élèves sont donc allés la chercher à Paris les 18 et 19 mai. En minibus. CPE, infirmière et prof d'anglais en accompagnatrices. Et, en plus du prix, un très joli cadeau. Julie de Brabander avait fait chauffer le téléphone pour permettre aux journalistes en herbe de rencontrer leurs aînés : au siège du magazine féminin Causette d'abord, où ils ont rencontré Isabelle Motrot, rédactrice en chef de la revue, dont le leitmotiv Le magazine plus féminin du cerveau que du capiton  pose le cadre ; puis dans les locaux du site d'information indépendant Médiapart où ils ont pu, grâce à la journaliste Faiza Zerouala, assister à une conférence de rédaction...

' Faut croire qu'au retour, de nouvelles vocations sont nées. Tudy, par exemple, jeune collégien membre du club vidéo, veut lancer une rubrique sur la géopolitique dans le prochain JT. Et parler de la Corée du Nord...

 

 


Girls are in the game!

 
 le 29.05.2017 à 23 h 19 - mis à jour le 30.05.2017 à 11 h 50 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire Voir les commentaires (2)
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.