Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 Jean-Pierre Abraham dans la lumière.
 le 01.06.2017 à 00 h 52 - mis à jour le 01.06.2017 à 09 h 24 Réagir : Partager :        
 

« Le projet était dans les tiroirs depuis un certain temps. Il a fallu attendre le bon moment. Et voilà » sourit Valérie Le Fur, dynamique présidente du Consulat du pays bigouden qui s'est lancé dans une bien belle et très prenante aventure... « Ce n'est pas bien compliqué. Depuis plusieurs mois, on pense, on mange, on dort avec Abraham » poursuit-elle. Dans un peu plus de deux semaines, le projet mûri deviendra réalité : offrir au public une présentation de l'oeuvre, de la vie et de l'héritage de l'écrivain Jean-Pierre Abraham (1936-2003), à Lesconil, fief du Consulat. Du samedi 17 juin au dimanche 2 juillet, le petit port de pêche sera rythmé par les expositions, projection, lectures et concert autour de la vie de cet auteur breton, aussi discret qu'inclassable, décédé à l'âge de 67 ans et qui aura vécu pendant plusieurs années à Penmarc'h.
(Photo : Jean-Pierre Abraham en 1986, © collection privée famille Abraham)

Jean-Pierre Abraham. « Un auteur hétéroclite, aussi brillant que discret »

« C'était un auteur hétéroclite, aussi brillant que discret,  qui a publié son premier livre Le Vent aux éditions du Seuil, en 1956 alors qu'il n'avait que 19 ans » s'enflamme Alain Le Fur, autre cheville ouvrière du Consulat et à l'initiative de ce projet. « Je l'ai découvert par hasard. Un ami m'a dit un jours Tiens, tu devrais lire ça. J'ai lu. Et depuis, je n'ai pas arrêté.» L'ouvrage conseillé - Armen (éditions du Seuil, 1967) - est aussi celui qui circulera chez les copains du Consulat. Le résultat ne se fera pas attendre : Fabuleux. Oui, c'est fabuleux. Depuis, les contacts se nouent, se tissent. Avec la famille de l'écrivain d'abord. Le lien s'établit par le jazz, autour d'un de ses fils, Clément Abraham, musicien, fondateur du Clément Abraham Quartet, installé dans le Cap Sizun. Puis avec Clet Abraham,  artiste street-art, qui s'est fait une spécialité dans le détournement des panneaux de signalisation. Tous deux donnent leur accord pour le projet. Mieux, ils acceptent de s'investir et de faire partie de l'organisation.

Expositions, projections, lectures et concert pendant deux semaines

Clet Abraham viendra plusieurs fois d'Italie à Lesconil pour s'imprégner des lieux et créer l'affiche (visuel ci-contre © Clet Abraham/ Consulat du pays bigouden). Un visuel construit autour du titre choisi par Clément : La mer monte Abraham ! Valérie Le Fur explique : « Jean- Pierre Abraham aimait être au bord de la mer. Il y passait des heures et à un moment donné ...il faut rentrer maintenant... » D'autres membres sont également partie prenante. Monique Kerimel, l'épouse de l'écrivain, a accepte de prêter des manuscrits originaux qui seront exposés dans la salle du tri postal. Des inédits de la première partie de la vie de Jean-Pierre Abraham, autant de notes, de carnets, de lettres écrites jusqu'en 1985.  Vonnick Caroff, artiste-peintre, compagne de l'écrivain dans la deuxième partie de sa vie, présentera, au sémaphore, les illustrations réalisées pour leurs ouvrages communs, dont des livres pour enfants, tels Histoire d'Io (éditions Le temps qu'il fait, 2002) et Coquecigrue, où es-tu ? (éditions Le temps qu'il fait, 1997). Elle partagera l'espace avec Clet Abraham qui exposera également ses oeuvres.

Clet Abraham pour le fil rouge et Clément Abraham en concert jazz

Et qui déroulera un fil rouge dans la commune, par panneaux détournés, pour guider les visiteurs d'un lieu à l'autre. Car, au-delà de la salle du tri postal et du sémaphore, c'est aussi le Temple des Arts qui accueillera l'exposition Un point dans la nuit présentant en 21 panneaux la vie de l'écrivain, de celui qui fut - notamment - gardien de phare à Ar Men (Île de Sein). La médiathèque proposera deux films documentaires, projetés en partenariat avec l'INA : Les Coulisses de l’exploit  (1963) et Ar-Men, les gardiens de phare  (1977). Et Clément Abraham donnera un concert à la salle de l'Amicale laïque ... Une belle façon de rendre hommage à celui qui avait fait le choix de la discrétion. « Jean-Pierre Abraham était quelqu'un de timide »analyse Alain Le Fur. « Il ne s'exposait pas comme pouvaient le faire les Xavier Grall, Pierre-Jakès Hélias ou encore Max Jacob. Son oeuvre n'en est pas moins brillante » poursuit l'organisateur. Qui cite tant l'écrivain, que le poète, l'auteur de livres pour enfants, ou encore le rédacteur à la revue ArMen, au Chasse-Marée ou du Cours de navigation des Glénan.

Recherche de financements 

Mais monter un événement culturel de cette envergure nécessite un budget conséquent. Et de ce côté-là, ça rame un peu. Les bénévoles peuvent certes faire beaucoup de choses, louer un camion pour récupérer une expo à Rennes, prendre des jours de congés, ...N'empêche. Le budget a du mal à se boucler, les municipalités semblent un peu frileuses à s'engager dans le projet. Alors, c'est du côté du financement participatif que les membres du Consulat se sont tournés. Ouvrant une plateforme sur Leetchi pour un appel à don (https://www.leetchi.com/c/association-de-le-consulat-du-pays-bigouden). Car l'idée est bien de proposer une entrée gratuite aux lieux d'exposition. Avec le souci toujours renouvelé du Consulat, comme le précise Alain Le Fur : « être dans l'exigence artistique et l'acceptable populairement. C'est l'éducation populaire depuis le début. » Et si, en plus, les gens achètent ne serait-ce qu'un livre de Jean-Pierre Abraham, c'est déjà gagné.... 
 

A savoir :
La mer monte Abraham !
Du 17 juin au 2 juillet 
Lesconil - Plobannalec

Pour aller plus loin :
Cagnotte en ligne pour faire vivre l'événement culturel, en cliquant ici. 

 
 le 01.06.2017 à 00 h 52 - mis à jour le 01.06.2017 à 09 h 24 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.