Actualités tous les articles...
   Si vous souhaitez recevoir notre lettre d'infos,
merci de renseigner votre email :
      Envoyer
 «Laissons du temps au temps»
 le 23.12.2013 à 22 h 00 Réagir : Partager :        
 

Organisée par la liste d'alternance pour Plonéour-Lanvern, la réunion-débat sur le thème de la fusion des deux Communautés de communes du pays bigouden a réuni près de 60 personnes vendredi 20 décembre à la salle Jules Ferry de Plonéour-Lanvern. Les intervenants avaient été choisis « made in pays bigouden » : Nicolas Morvan, originaire de Pont-l’Abbé, désormais maire de Moëlan-sur-Mer et président de la Communauté de communes de Quimperlé, Annick Cléac'h, originaire de Plonéour-Lanvern, géographe (universitaire à la retraite) et ancienne vice-présidente de Brest Métropole Océane (BMO) et Annick Le Loch, députée de la 7ème circonscription du Finistère.

Exceptés Daniel Couïc, Jacques Augé, Adrien Binet etJannick Moriceau, rares étaient les élus présents. Si l'on peut comprendre que les élus en place connaissent la problématique nord - sud sur le bout des doigts, il était aussi légitime de penser que des prétendants à la fonction de maire auraient pu trouver le sujet intéressant...

Sur le fond du débat, Annick Cléac'h a constaté que certes « l'appartenance, c'est d'abord la commune et celle-ci reste une référence capitale », mais elle n'est « pas la référence en terme de pertinence » ajoutant que « la réflexion globale, celle du développement économique, de l’habitat, de la culture et des loisirs est celle d’un autre territoire ». « L'intercommunalité est là pour faire le gros et la commune le fin » a complété Nicolas Morvan qui a précisé que l'investissement dans l’intercommunalité, procure de super-pouvoirs. 
De son côté, Annick le Loch a  rappelé que « l'intercommunalité est grandissante et irréversible. Et on ne plus faire l'impasse de ne pas parler de ce sujet aux citoyens ».

Au cour de la poursuite du débat, Annick Cléac'h a jugé anormal que Loctudy dispose d'un Plan Local d'Urbanisme (PLU) et que Penmar'ch en possède un autre. «Il s'agit pourtant de la même problématique côtière» a expliqué l'ancienne élue, jugeant choquant qu'il n'y ait en la matière pas d'intérêt supra-communal.
Annick Le Loch et  Daniel Couïc ont alors saisi l'occasion d’évoquer le développement de la zone de Kerganet. Une zone qui se trouve dans une Communauté de communes mais qui pénètre dans une autre et dont le développement s'est fait sans concertation. Annick Cléac'h a alors fait part de ses souvenirs d’enfance quand, avec sa mère, elle partait au marché de Pont-l’Abbé. Dans le car du retour, les gens lâchaient au passage du lieu-dit Canapé : "Ah, on est arrivé à Plonéour".

Sans langue de bois, Annick Cléac'h, sensible à la réflexion intercommunale, s'est aussi beaucoup étonnée de voir se multiplier les équipements communaux, « comme si un maire n'était pas content, s'il n'avait pas sa salle. »

Dépassant les frontières bigoudènes, Nicolas Morvan a tenté d’alerter la salle : « Brest vient d'être reconnue comme métropole. Il ne faudrait pas que tout se résume désormais à une relation Brest –Rennes. Il faut un pôle cornouaillais fort. Et pour épauler Quimper, vous devez avoir une certaine taille. Si non, on ne vous comprend pas, vous n'êtes pas audible »
En effet, avec un poids de 35 000 habitants pour le sud, de 17 000 pour le haut pays bigouden, ces deux entités peuvent-elles,  chacune de leur côté, peser face à Quimper ? La question était l'enjeu de cette réunion débat.

Daniel Couïc, qui avait appelé de ses voeux l'union des deux institutions, reconnaît pourtant que la tâche n'est pas simple, expliquant qu’ « elles n'ont pas les mêmes compétences, pas les mêmes politiques, pas la même dimension ». L’élu pont-l’abbiste suggère de commencer par imaginer ce que pourrait représenter une telle fusion.

« Les choses se font goustadig, il faut avancer tout doucement » synthétise en fin de réunion Annick Cléac’h, qui propose de commencer par quelques expérimentations et clôt ses propos et la soirée en citant François Mitterrand : « il faut donner du temps au temps ».
Commencer à en parler, c'est déjà un début...

 le 23.12.2013 à 22 h 00 Réagir : Partager :        
 Laissez un commentaire Voir les commentaires (4)
Rédiger un commentaire ici...


Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.