Réaction à l'actualité ayant pour titre Cliquez ici pour retourner sur l'actualité
  Pêche : « Arrêter l'hémorragie »
  Réagir à cette actualité                 Cliquez ici pour retourner sur l'actualité
 
   paotred (360)   le  06/02/2014 à 21h46  
avant dire tout et n'importe quoi, il faut être né dans ce milieu.
dans les années 1960-1970 le travail y prospérait.
combien d'usines ont fermées depuis?
BEAUPIN.CASSEGRAIN,ROULLEAU....
Les mareyeurs n'en parlons pas.
Un homme dans le mareyage Michel Péron.
La force de la pêche bigoudène était sa diversité et sa polyvalence, liées
à l'investissement des hommes, et de la solidarité des commerçants.
Après est venu le temps de la rentabilité financière et de la surproduction.
Les banques ont fait le ménage............
Ensuite, le temps des armements qui détruisent le salaire du marin.
après?
Réagir au commentaire de paotred                            Signaler un abus
 
   manick (3)   le  15/01/2014 à 09h45  
A la lecture de cet article je suis surprise que la CCI commence le lobbying seulement cette année. Mais mieux vaut tard que jamais.Ont ils prévu d'autres mesures pour améliorer l'attractivité du métier, des bateaux ?
Réagir au commentaire de manick                            Signaler un abus
 
   yakayaka (61)   le  13/01/2014 à 20h28  
Friduzou a tout compris quand il parle d’un avenir tellement sombre que ça éloigne les jeunes du lycée maritime( à qui l’Etat enlève par ailleurs la possibilité du BTS), ou encore des contraintes administratives, on croirait entendre un bonnet rouge, d’ailleurs ceux-ci seront jeudi sur la place de la République (qui nous oublie) pour donner la parole aux bigoudens, recueillir leurs revendications, leurs observations, ce ne sera pas lettre morte car elles seront synthétisées le 8 mars à Morlaix lors des Etats Généraux de Bretagne et adressées directement au gouvernement qui devra répondre autrement que par le pacte dit d’avenir concocté à Paris par des gens qui ne connaissent pas nos problèmes(certains disent qu’ils s’en foutent) ;il faudra qu’il tienne compte des demandes des bretons eux-mêmes car les problèmes sont profonds, l’attente est forte et elle ne peut être déçue parce que RE ZO RE et que nous voulons Vivre, Décider et Travailler au Pays
Réagir au commentaire de yakayaka                            Signaler un abus
   theoph (95)    en réponse à yakayakale  13/01/2014 à 22h55  
La mort de la pèche a été décudée par les sociaux libéraux et les libéraux sociaux au consei européen et non à Paris meme si ce gouvernement comme le précédent appliquent les directives de Bruxelles.
Il y a pres de 20 ans l'orientation économique de la Bretagne définie par l'Europe est celle-ci pour la région cotière : le tourisme et la transformation du poisson pour la transformation c'est fini le tourisme voir l'arrière port du Guil
La peche étant réservée aux pays du sud européen (qui achete les bateuax) pourquoi croyez vous que l'euriope donne des milliers d'euros pour les plans de casse.
Les prochaines élections européenne sont proche y interessé vous
Réagir au commentaire de theoph                            Signaler un abus
   philjo (131)    en réponse à theophle  14/01/2014 à 09h17  
précision:les plans de casses européens n'ont plus courts
ce qui n'empêchera pas la casse au frais du propriétaire
la politique menée par l'Europe bleu des années 70 et 80 a été une véritable catastrophe pour la pérennité de la pêche
l'afflux d'une source inépuisable d'argent,donné par l'Europe avec le satisfécit de nos responsables hexagonaux à fait passé la pêche dans une ère industrielle qui pourtant par le passé avait déjà montré ses limites
rien n'était trop beau
le revers de la médaille c'est maintenant
Réagir au commentaire de philjo                            Signaler un abus
   theoph (95)    en réponse à philjole  14/01/2014 à 09h50  
connaitriez vous un dénommé HP?
Réagir au commentaire de theoph                            Signaler un abus
   philjo (131)    en réponse à theophle  14/01/2014 à 10h16  
cela me rappelle de très bon souvenirs
                            Signaler un abus
   paotred (360)    en réponse à theophle  12/02/2014 à 23h12  
Quel HP?
je connais plusieurs HP.
on les reconnait soit par leurs mines
ou par leurs caractères gras.
en fait, tout est une question de taille.
le N°1 est d'une taille très fine.
le N°2 est d'une taille plus concise.
le N°3 est d'une taille normale.
le N°4 est d'une taille démesurée.

voilà vous pouvez choisir, c'est vous qui voyez, tout est une question de goût.

                            Signaler un abus
 
   franoise17 (45)   le  13/01/2014 à 17h43  
merci de ce long échange très intéressant et complémentaire à tout ce que l'on entend
personnellement j'ai quitté la bretagne dans les années 60 fatiguée des moyens de communication ;il fallait faire 3 changement de train pour arriver à quimper et mes parents devaient faire 30kms pour venir me chercher de Guilvinec à quimper
certes à l'heure actuelle vous avez les plus belles routes de France mais pour qui ?,l'été oui mais l'hiver..,?
Je reste persuadée qu'il faudrait une véritable politique de désenclavement ferroviaire en plus si l'on se tourne vers le tourisme
j'ai connu les patrons pêcheurs des années 60 riches mais comme disaient mes parents ils ont souhaité autre chose pour leurs enfants qui sont devenus médecins ,avocats ou pharmaciens; c'était le début de la fin..
Et pourtant que ces ports sont beaux ,Guilvinec ,saint gué,loctudy... j'en suis malade quand je vais maintenant à Loctudy c'était si beau ..ILn' y a plus que des murs vides de vie
oui il ya certainement des responsables ..
dernièrement à la Cotiniére ( 17)on vient de fermer les quais au public ,les enfants ne connaitrons plus que les poissons vu à carrefour..
Quelle tristesse nous qui allions au port respirer les odeurs et voir les couleurs du port et le bruit des chariots en fer !
oui après les usines nous continuons à nous saborder
que restera t il de nos villes et villages dans vingt ans ;de nouveau les jeunes feront comme moi en1960 et iront travailler loin du pays et vieilliront comme moi avec la nostalgie du pays jamais oublié
Réagir au commentaire de franoise17                            Signaler un abus
 
   lechouf (20)   le  13/01/2014 à 14h45  
C'est normal la mer est vide! la faute à qui?
Réagir au commentaire de lechouf                            Signaler un abus
   philjo (131)    en réponse à lechoufle  13/01/2014 à 18h31  
vous devez être le seul dans notre société de consommation à n'avoir aucun impact sur cette terre
Réagir au commentaire de philjo                            Signaler un abus
   lechouf (20)    en réponse à philjole  13/01/2014 à 18h42  
Je pense que la société de consommation arrive à la limite du toujours plus, toujours plus.
la décroissance est la seul alternative si nous voulons un futur pour nos enfants et petits enfants.
Réagir au commentaire de lechouf                            Signaler un abus
 
   keroe1 (4)   le  13/01/2014 à 11h40  

Bonjour,

sur l’étale du poissonnier, savoir à quelle date, à quelle heure et dans quelle zone le poisson a été pêché.

va falloir bien l'étaler ... sur l'etal ....

et si pêché, il y a 8 jours, pas sur que l'heure soit d'une grande importance ..
Réagir au commentaire de keroe1                            Signaler un abus
 
   philjo (131)   le  13/01/2014 à 09h32  
LA PECHE VA MAL
la pêche hauturière représente certes les 3/4des valeurs débarquées sous criée,mais la pêche côtière qui est l'image de marque touristique du pays bigouden sud n'est pas meilleure.un nombre non négligeable de ses patrons arrivent au terme de leur carrière dans les 5ans à venir.
les patrons et armateurs de la pêche hauturière vendent leurs droits de pêche dans le plus mauvais des cas mais les navires côtiers sont destinés à être détruits faute de repreneurs.
les différents responsables (représentants professionnels,cci,banques,hommes ou femmes politiques) qui gravitent dans le milieu de la pêche et qui discourent sur:"il y a encore un avenir à la pêche................" sont soit de doux rêveurs,soit des personnes qui n'ont pas réalisé le travail nécessaire pour conserver un avenir à la pêche en pays bigouden.
cela fait près de 30 ans qu'une culture de la subvention s'est instaurée dans la pêche et a masqué les difficultés du métier.
diriger c'est prévoir et malheureusement ces responsables ne se sont jamais remis en question,gérant cette culture de la subvention et donc n'ont jamais recherché de solutions durables pour la pêche.
le résultat est là aujourd'hui.
Réagir au commentaire de philjo                            Signaler un abus
   friduzou (106)    en réponse à philjole  13/01/2014 à 11h20  
Bonjour Philpjo !

Vous exposez de façon claire les choses. Voilà, dire cela dans une réunion près les décideurs de tous ordres, serait un peu comme si l'on parlait dans le vide ! Vous avez parfaitement résumé la situation de la pêche au Pays BIgouden, indiquant bien que les pêcheurs arrivant bientôt à la retraite vont jeter l'ancre au fond de la mer faute de repreneurs ! Cela rejoint la situation où les politiques essaient de former des jeunes pour un avenir incertain du moins ici ! Les décideurs ne sont souvent pas soumis aux aléas de la vie de la pêche ou, comme dit précédemment, ils ne connaissent même pas les difficultés, assis à des postes de nantis sans penser à autre chose qu'à leur poste qui ne sera jamais mis en balance même par grande tempête, attachés à une administration trop compliquée, trop contraignante. De cette manière ils vont tuer les emplois dans notre secteur. Après la pêche, l'agriculture, l'agroalimentaire, que restera-t-il ? Un Pays Bigouden voué au tourisme, faudrait encore que la nature n'abime pas trop ou tout. Puis les gens vont aussi dans les pays étrangers ou d'autres régions françaises. Alors lorsque le Président de la "comcom" s'autosatisfait c'est aller dans le mauvais sens. Qu'il sache qu'il vaut mieux être critique de tout ce que l'on a fait sinon on n'avance pas. Se satisfaire c'est regarder et vivre dans ce passé or c'est de l'avenir qu'il s'agit. Il se présente à Penmarch, qu'il regarde vers l'avenir afin de permettre la création d'un tissu économique solide pour la région.
Réagir au commentaire de friduzou                            Signaler un abus
   lechouf (20)    en réponse à philjole  13/01/2014 à 18h45  
Je suis d'accord avec votre analyse
Réagir au commentaire de lechouf                            Signaler un abus
 
   friduzou (106)   le  13/01/2014 à 08h01  
Dans un autre article le Président de la « comcom » montre son satisfecit sur 6 ans de gouvernance. Depuis des années nous savons tous au Pays Bigoudens qu’avec la filière agricole et agroalimentaire, la pêche connaît des moments difficiles, cruciaux pour son avenir. Il ne sert à rien de faire évoluer les structures routières pour l’acheminement du poisson vers les centres de distributions si de l’autre côté, la pérennité de la profession n’est pas assurée. De la promesse à Quimper d’avoir un grand ministère de la pêche, il n’en est rien. Le ministre, préfère augmenter les structures à Boulogne qu’au Pays Bigouden. Sa visite « éclair » fait au pas de course dans les Ports Bigoudens démontre l’expédition rapide d’un dossier qui semble rester au fond de la pile. Des jeunes, intéressés par le métier de la maison en apprentissage dans les écoles maritimes, il faut savoir quel avenir ils ont devant eux si les bateaux quittent la Bigoudénie. Ici, nous avons connu le plan Mellick où les bateaux restaient ornés les routes ou les ronds points de ces fameuses routes ! Si les Pouvoirs Publics voulaient transformer le Pays Bigouden en désert économique, ils ne s’en prendraient pas autrement. Tous ces emplois perdus sont un « déficit » de la gouvernance de la « comcom » car le Pays Bigouden ne peut pas se contenter de perdre, jour après jour, des emplois. Les jeunes iront travailler ailleurs, n’ayant pas d’autres solutions, laissant un Pays Bigouden vieillissant où mêmes les services des soins médicaux s’en vont également. C’est un autre sujet douloureux. Que le Président de la CCI indique qu’il faille réduire les charges pour apurer la dette, fera que demain d’autres employés seront sur le carreau. D’une réduction de trafic, il n’y a pas d’autres solutions que la réduction de cette lourdeur des charges toujours au détriment de l’emploi. Ce n’est pas sin simple. Cela ne sera que poser un cautère sur le bras malade, gangréné par trop d’indifférences. Bigouden TV rappelle l’essentiel dans son reportage, ne faisant que relater les effets négatifs depuis ces dernières années. De cet « état des lieux » il va falloir changer d’optique pour les prochaines années, faudra-t-il encore que le Pouvoir en place veuille pérenniser la profession au Pays Bigouden. Petit à petit, le secteur est dépouillé de ses atouts au profit d’autres régions. C’est « l’état d’urgence » dans les Ports Bigoudens. Il ne suffit pas de constater, il faut aussi qu’il y ait une politique de la filière tirée vers le haut, non vers le bas comme c’est le cas. Les gestionnaires font un constat qui semble aller dans le même sens que pour les filières agricoles. Si dans notre secteur, les atouts majeurs sont retirés il ne restera en mains que des cartes secondaires, incapables d’apporter au Pays Bigouden un avenir serein. Les contraintes administratives sont devenues des aberrations inadmissibles, contraignantes et sans intérêts pour bien des secteurs de l’agroalimentaire. Dans « administratives » il y a « administration », c’est là que le bâts blesse car ces contraintes vont à l’encontre de la réalité. Bien sûr, des décisions européennes sont la cause de tous ses maux. Le consommateur n’a cure de toutes ces informations la plupart du temps où, pour une minorité militant pour un consumérisme avancé, finit par détruire l’essentiel de la profession. Il faudrait que ces « décideurs » aient le courage de passer quelques mois en mer pour comprendre les difficultés du secteur, la même chose dans les fermes ou les usines ou les commerces. Ils auraient une vue différente de la situation. Bigouden TV nous a montré des images de la mer déchaînée. Pendant ce temps, les bateaux sont restés au port ! Pas de pêche, pas de salaires pendant que les « frais fixes » demeurent ! Il faut une « mise à plat » claire et efficace de l’avenir de cette filière avant qu’elle ne coule « corps et biens ».
Réagir au commentaire de friduzou                            Signaler un abus
 
Rédiger un commentaire ici...

Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.