Réaction à l'actualité ayant pour titre Cliquez ici pour retourner sur l'actualité
  Pêche : « parler d'une seule voix »
  Réagir à cette actualité                 Cliquez ici pour retourner sur l'actualité
 
   habloc2 (35)   le  07/01/2015 à 14h50  
Tout d'abord, bonne année et bonne santé à toutes et à tous.
L'année 2015 sera sans doute déterminante pour l'avenir de la pêche sur notre quartier maritime.
Aujourd'hui nous avons atteint un seuil critique en terme de flottille et particulièrement sur le sur le segment hauturier.
N'est-il pas dérisoire de s'interroger sur l'avenir de nos ports sans se préoccuper prioritairement du maintien de notre flottille de pêche ?
De nombreux navires hauturiers sont actuellement en vente dans le quartier maritime.
Nous n'avons pas ou très peu de repreneurs locaux.
Doit-on se résoudre à laisser partir ces navires alors que nous disposons encore de quelques atouts.
- une main d'oeuvre qualifiée disposant d'un savoir-faire.
- Un portefeuille important de droits de pêche géré par une organisation de producteurs (1 ère d'Europe)
- Un principe de "stabilité relative" qui nous reste favorable pour les attributions de quotas de pêche.
Mais avec la diminution régulière de notre flottille, pourra t-on encore défendre ces acquis face à la pression de nos voisins Espagnols à la recherche de quotas.
Avant de réfléchir à la mise en place d'un nouveau modèle économique et au renouvellement de la flottille indispensable pour attirer des jeunes dans le métier, n'est-il pas nécessaire et urgent de passer par une phase "transitoire" de rachat sélectif de navires d'occasion pour précisément conserver nos droits de pêche et notre main d'oeuvre qualifiée.
A ce stade, seul un projet collectif (armement de quirataires ?) et une démarche interprofessionnelle serait de nature à attirer des investisseurs avisés concernés directement ou indirectement par l'avenir économique de notre pays de Cornouaille très largement dépendant de la filière pêche.
Mais pour porter un tel projet qui paraît irréaliste aujourd'hui, il nous manque et depuis trop longtemps un leader économique capable de fédérer une majorité d'acteurs économiques désireux de s'impliquer dans un tel projet;
Mobiliser de l'épargne auprès d'investisseurs privés ou de banques semble possible pour des activités liées aux loisirs au sport ou à la culture;
(Voir récemment près de 500 000 € de participation privée pour la Torche 2014)
Pourquoi ne le serait-il pas pour la pêche, activité emblématique et déterminante pour l'avenir économique de notre région ?
Souhaitons enfin que ces initiatives ne soient pas prétexte à récupération politique et discours lénifiants qui n'auraient pour conséquence que l'accompagnement du déclin économique de notre pays bigouden.
En ce début d'année restons confiants et optimistes pour l'avenir.
Réagir au commentaire de habloc2                            Signaler un abus
 
Rédiger un commentaire ici...

Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.