Réaction à l'actualité ayant pour titre Cliquez ici pour retourner sur l'actualité
  « Mal au coeur de voir le tonnage baisser »
  Réagir à cette actualité                 Cliquez ici pour retourner sur l'actualité
 
   penygr (1)   le  19/01/2016 à 20h23  
Je pense que le marin gagne + que le petit fonctionnaire et heureusement encore. Y a t'il un marin qui veut donner son salaire ici..... Salaire surement pas volé et oh combien mérité.
Nous sommes au + bas il est aussi temps de dire que les hommes gagnent correctement leurs vies, que les bateaux sont rentables et qu'il y a un avenir dans cette filière.
Il est aussi temps qu'un homme ou des hommes parlent au nom des pêcheurs aujourd'hui car il ne faut pas compter sur les OP ou les armements pour défendre les artisants.
Bigouden debout!!!!!!!!!
Réagir au commentaire de penygr                            Signaler un abus
   pascal (17)    en réponse à penygrle  27/01/2016 à 10h34  
Pourquoi toujours demander le salaire des pêcheurs? Demande t on le salaire des profs ou du directeur de l école de pêche? Ou des fonctionnaires qui entourent la pêche? Ou plus globalement le salaire du monde qui entoure la pêche?
Ensuite Il ne peut pas y avoir une représentation par un pêcheur car non seulement elle n est pas désirée mais elle sera obligatoirement sabordée.
Dommage car c est nos pêcheurs nos ports notre région qui en payent le prix.
Drôle de monde que celui de la pêche..... C est ceux qui disent se désolé le plus de la réalité qui ne veulent aucune evolution
Réagir au commentaire de pascal                            Signaler un abus
 
   pascal (17)   le  17/01/2016 à 13h17  
Aujourd hui la seule préoccupation de la cci Quimpéroise est l échéance 2017. Discutez avec eux et 2017 revient inexorablement sur le tapis. La cci quimpéroise se cache derrière cette échéance. Du coup pas de projet pour les criées de gv pas d investissements pour gv et aucune discutions pour supprimer la rep (gv parce que je connais gv) C est l immobilisme le plus complet qui est le seul programme de la cci quimpéroise. Alors si la cci quimpéroise veut une pêche dynamique il faut déjà dans un 1er temps qu'elle écoute ses pêcheurs et qu elle arrête la mascarade des conseils portuaire. Conseils qui ne servent qu a mettre le monde travailleur de la pêche devant les faits accomplis
Réagir au commentaire de pascal                            Signaler un abus
 
   pascal (17)   le  17/01/2016 à 04h18  
48% du tonnage débarque pour le guilvinec. Mais on ne parle pas du % de la valeur débarquée.... Et encore moins du % des travaux effectués sur guilvinec..... La logique aurait été que les ports qui travaillent bien soient considérés mais ce n est pas le cas. Il es t vrai que les vocation pour être marin pêcheur ne sont pas légion..... Logique aux vues de la considération de certains pour les pêcheurs et les ports qui travaillent. Remettons les choses dans le bon ordre et alors on pourra discuter.....
Réagir au commentaire de pascal                            Signaler un abus
 
   habloc2 (35)   le  16/01/2016 à 12h49  
Nombre de navires de pêche sur le quartier maritime du GUILVINEC :
- 1985 = 536 navires dont 130 hauturiers.
- 2014 = 231 navires dont 61 hauturiers.
Population de Penmarc'h :
- 1962 = 7652 habitants 2013 = 5401 habitants
Population du Guilvinec :
- 1962 = 5037 habitants 2013 = 2860 habitants.
Les raisons de ces déclins sont multiples mais face à cette situation doit-on rester fataliste ?
Dans ce domaine, comme dans bien d'autres, le salut viendra des professionnels eux-mêmes (producteurs, mareyeurs, transformateurs, organisations professionnelle, acteurs économiques dépendant de près ou de loin de l'activité maritime) et non pas de l'Europe, de l'Etat ou des collectivités territoriales.
Ce qu'il nous manque aujourd'hui (et depuis quelques années) c'est un leader économique capable de proposer un projet et de fédérer des énergies dans cette activité ou chacun défend sa "chapelle" et rejette la responsabilité de la situation sur l'autre.
Dans la perspective du renouvellement des concessions portuaires en 2017, les élus ne devraient-ils pas se pencher sérieusement autrement que dans des rapports souvent inutiles et coûteux, sur l'avenir de la flottille et en particulier le segment hauturier ?
Sans la résolution de ce problème, il n'y aura plus lieu de s'intéresser à l'avenir de nos ports de pêche et leur mode de fonctionnement.
Est-il logique que sur les 9,3 millions d'€ d'investissements prévus en 2016 par la CCI, 7,4 millions soient consacrés au port de Concarneau fréquenté aujourd'hui par un seul hauturier et un nombre limité de côtiers pour l'essentiel du quartier du Guilvinec ?
Quels sont les enjeux de la filière aujourd'hui ?
- Anticiper les départs en retraite par la mise en place d'une structure dédiée à la transmission des entreprises de pêche.
- Assurer une phase transitoire de rachat sélectif de navires d'occasion afin de conserver une main d'œuvre qualifiée et les droits de pêche par la création ou le soutien à des structures locales (ex à développer : Armement "Hent Ar Bugale" Loctudy).
- Engager le renouvellement de la flottille par la construction de nouveaux navires plus économes, plus confortables et plus sûrs afin d'attirer des jeunes dans le métier.
Chacun sait aujourd'hui que la construction d'un navire ne peut être envisagée que dans le cadre d'un armement possédant plusieurs navires par la mutualisation des résultats.
Ce qui ne veut pas dire que les jeunes doivent être exclus de cette réflexion.
Par ailleurs, une réflexion devra être engagée, dans le cadre du FEAMP, sur la création d'un outil de valorisation de la production afin de conforter la situation financière de l'ensemble de la filière.

Réagir au commentaire de habloc2                            Signaler un abus
 
   laclasscouz (7)   le  15/01/2016 à 17h54  
Vive l'Europe unie ....quel boxon....
Réagir au commentaire de laclasscouz                            Signaler un abus
 
   diliger (1)   le  15/01/2016 à 11h14  
ce n'est pas perdu pour tout le monde, l'Espagne et les pays de l'est nous disent Merci!
Et pourquoi investir dans un métier à risques, physiquement difficile pour ne pas gagner plus qu'un bon petit fonctionnaire régional qui garde les pieds et... le reste au sec.
Réagir au commentaire de diliger                            Signaler un abus
 
   papyjojo (10)   le  15/01/2016 à 10h54  
comment voulez vous trouver des marins pour faire ce metier dur quand on entend toujours la meme chanson (on ne gagne pas notre croute) .les jeunes demandent les 35h (merci la gauche) et travailler sur un ordinateur.Bravo a ceux qui veulent faireou font ce metier ou je pense que l'on gagne encore sa croute
Réagir au commentaire de papyjojo                            Signaler un abus
 
Rédiger un commentaire ici...

Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.