Réaction à l'actualité ayant pour titre Cliquez ici pour retourner sur l'actualité
  « Une crise très profonde et très grave »
  Réagir à cette actualité                 Cliquez ici pour retourner sur l'actualité
 
   resketbil (17)   le  04/02/2016 à 18h21  
Effectivement si nous achetions tous produits étiquetés "provenance Bretagne" cela irait mieux pour nos amis et parents agriculteurs. Mais tout le monde n'a pas le budget, de même pour les produits
bio....J'ai , par le passé, travaillé moi-même dans l'élevage de porc et dans la culture en Bretagne, ainsi qu'au niveau exportation donc à l'internationa , je pensais en connaître un rayon, mais ma présence n'aurait n'a pas plus à ce Monsieur Quénet hélàs alors que depuis 1967 à Quimper (derrière Alexis Goutrvenec) je soutiens ce monde paysan que j'aime beaucoup.
Cet état de chose est fort dommageable et ne lui fait pas de publicité. Je ne suis pas affilié FDSEA donc dehors...Merci pour le retour à mon soutien infaillible.
Réagir au commentaire de resketbil                            Signaler un abus
 
   crisdimo (4)   le  02/02/2016 à 18h10  
alors, si Annick LELOCH, les a reçus, ils sont sauvés! comme tous les salariés qui ont voté" pour elle et contre qui elle a voté toutes les lois antisociales du gouvernement. Sans oublier son soutien pour l'hotel -dieu et son vote en sens contraire! la liste pourrait être longue, je dis assez de mensonge!
Réagir au commentaire de crisdimo                            Signaler un abus
   lebondroit (48)    en réponse à crisdimole  10/02/2016 à 19h40  
"Je dis assez de Mensonge" Ponctuation oubliée ou Aveu???? Mais bien sur que Mme Le Loch est Responsable de la Crise Agricole et de tous les Maux de la Terre:j'ai meme entendu dire(ne le répétez pas)que Si La MER MONTE et DESCEND , c'EST ELLE Aussi!!! Vous n'etes pas du meme Bord Politique un. c'est tout!!! Les causes de la Crise Agricole sont multiples mais les Agriculteurs,que j'admire beaucoup par ailleurs,devraient cependant faire un Etat des Lieux sur L'Efficacité de Leurs Défenseurs: FDSEA,Groupement..;Souvent les memes Dirigeants qui croient détenir une Parcelle de Pouvoir alors que se sont quelques Grands Groupes :AVRIL,BIGARD....et quelques Autres qui ,à travers leurs Nombreuses Participations Croisées au Capital d'autant de Holdings sont les Maitres du JEU de A à Z !! Déchiffrer L'Organigramme de ces quelques Groupes est un Véritable Jeu De Piste et Maux de Crane Garanti!! Sans Rancune!!
Réagir au commentaire de lebondroit                            Signaler un abus
 
   bigouden74 (41)   le  02/02/2016 à 15h28  
L'agriculture du XXI siècle est étroitement liée aux problèmes européens(Ex, fermes aux milles vaches, travailleurs des ex-pays de l'Est) et à la mondialisation (Ex, embargo des exportations vers la Russie). En France dans la distribution trois grands groupes alimentaires se partagent le marché,donc faible concurrence.
C'est également une surprise que les exploitants bretons votent pour un Président de la FDSEA céréalier dans la Beauce et président d'un grand groupe industriel, donc très loin du profil de petits producteurs à l'image de la grande masse de nos exploitants en Bretagne. Ceci n'enlève rien à ses qualités d'homme et à sa réussite professionnelle.
Il est très difficile pour un responsable politique et peu importe sa couleur, gauche ou droite, d'expliquer au monde agricole que faute de regroupement des exploitations et d'évolution, bon nombre d'exploitations sont malheureusement vouées à la disparition dans ces prochaines années.
Et pourtant en Bretagne : Nous avons des ministres de poids au gouvernement - Le président de Région est ministre de la Défense, le ministre de l'Agriculture, le nouveau ministre de la Justice, la ministre de la réforme territoriale, l'ancien maire de Quimper conseiller écouté de l'Elysée,....).Aucune région en France n'est aussi bien pourvue. Mais nos hommes politiques ont-ils le courage d'expliquer à nos paysans la vérité. Non malheureusement pas jusqu'à présent.
Je suis totalement solidaire de nos paysans et surtout il faut acheter français avant que notre agriculture soit étouffé par les importations étrangères.
Réagir au commentaire de bigouden74                            Signaler un abus
 
   eusèbe (11)   le  02/02/2016 à 10h51  
Je vous envoie la réponse que j'ai faîte à un copain, il y a quelques jours, que nous commentions par email, à propos d'un article des manifs de paysans dans Ouest France du 26/01/2016: Agriculture pour sortir de l'impasse

Ta première interrogation:- Les agriculteurs en difficultés actuelles sont ils résolument prêts à se reconvertir tous sur les circuits courts, l'agriculture biologique, la biodiversité, la polyculture, l'agriculture de ville etc.....

Bien sûr que non. Même s'ils le voulaient ,ils ne peuvent pas. Arcellés par les prêts bancaires( gros équipements de 500.000€ en moyenne, plus d'endettement: taux moyens de cet endettement 55 %)et aussi la politique de la FNSEA et le non volontarisme du gouvernement à enclencher une transition dans ce sens et peut-être aussi à leurs schémas de pensée: Ils possèdent la terre, ils nourrissent les habitants de notre pays et d'autres ( ils le croient). Qu'on ne viennent pas leur raconter qu'ils ne le font pas bien.Ce sera à nous les citoyens consm'acteurs de les dissuader d'aller dans le mur et de nous y entraîner avec eux.

et si oui en vivraient t - ils tous?
Je vais te paraître passéiste, voire conservateur et rétrograde, mais il fut un temps où les milliers de petites fermes dans notre pays nourrissaient les gens aussi bien que maintenant. (Pour la seule Bretagne, de 1970 à nos jours le nombre d'exploitations a baissé de 150.000 à 35.000. Elles sont plus grandes: 48ha au lieu de 13ha. Dans 15 ans elles seront 20.000 prédisent les statistiques) Ce mode de vie et de production me paraît aujourd'hui plus que moderne même si la FNSEA veut le contraire.... Leur niveau de vie n'était pas très haut mais ils vivaient et avaient une vie familiale et sociale, il me semble, bien plus "équilibrée" que maintenant.( Quand on voit maintenant les suicides et autres joyeusetés à la campagne) C'est sûr, ils n'exportaient pas leurs poulets, leurs cochons et le bétail au Moyen Orient ou je ne sais où, pour soit disant gagner des fortunes. Ils nous demandent d'acheter Français, mais encore faut-il que plutôt que de vouloir gagner des fortunes en exportant des poulets, cochons élevés en batterie, ils nous proposent des produits de qualité et sains. Et puis je me rappelle mon instit en CM1 qui nous disait quand on avait raté quelque chose:
-" Comment! Toi aussi, tu n'es bon qu'à garder les vaches!" Ce qui montre la manière de voir et de considérer le paysan. Et pour un fils de paysan, de quitter au plus vite la honte dont il était imprégnée, en allant à la ville trouver du boulot à la con...ou pas. Maintenant ils sont fiers sur leurs chevaux de fer qui leur coûtent la peau des fesses.
Alors oui, ils pourraient en vivre tous, et sans problème à mon avis mais cela suppose de reconsidérer ce qu' est une vie réussie et la manière d'organiser la campagne. Nos schémas de penser le progrès et la réussite sociale sont aussi à remettre en cause, tu ne crois pas.


Ta deuxième et troisième interrogation
- Je suis plus septique que Marc Humbert quand il dit que c'est la seule voie de sortie....... et je pense qu'il y a quand même un grain d'utopie dans sa vision de la politique agricole.
Ton scepticisme est réaliste par contre car il va falloir se battre et pas seulement laisser ce boulot aux seuls paysans. Eux , pour le moment essaient de sauver leur peau en tapant sur Le Foll. Ils n'ont toujours pas compris que ce n'est pas lui qui gouverne leur vie, ni trop Bruxelles à mon avis mais ce foutu marché capitaliste et impérialiste( les gros mots qui sortent). Ils ne peuvent changer qu'avec notre aide Et c'est vrai, va nous falloir du temps pour coordonner et trouver une direction commune qui soit respectueuse de toutes les parties en présence: Les hommes, la terre, les animaux...
Si les paysans doivent changer d'orientation, nos gouvernants ont une grande part de responsabilité et c'est là sans doute où on ne sera pas d'accord. Je pense qu'un gouvernement à des marges de manoeuvre. Il doit dire clairement qu'elle est la bonne direction pour le bien être de la collectivité même si, dans ce cas ci, le monde paysan rechignerait. Contre le dictat du capitalisme mondialisé, il faut un état et un gouvernement qui lui tienne la dragée haute, plutôt que de s'en accomoder comme le font les socialos en ce moment, tu ne crois pas? Non, je sais tu ne le crois pas.
Réagir au commentaire de eusèbe                            Signaler un abus
 
   jakjak (4)   le  02/02/2016 à 10h23  
Les agriculteurs vont recevoir des aides après ce coup de force ,pourquoi ne pas déduire de ces aides le montant des dégâts qu'ils ont occasionnes.
Réagir au commentaire de jakjak                            Signaler un abus
 
   tomtrégor (4)   le  02/02/2016 à 09h00  
Circuits courts, produits de qualité, respect de l'environnement... Voilà l'avenir de notre agriculture. Tout le reste conduit inexorablement l'agriculteur à sa perte.
Réagir au commentaire de tomtrégor                            Signaler un abus
 
   jb1929 (103)   le  02/02/2016 à 08h43  
cela fait des années que les gouvernements successifs avec la bénédiction de la FNSEA conduisent nos agriculteurs dans le mur car la PAC au final n' a servi qu' à déréguler le marché et à encourager le productivisme qui saccage l'environnement et produit de la qualité plus ou moins bonne. Il y a un âne bâté qui a dit il n'y a pas si longtemps "travaillez plus pour gagner plus" (alors qu'une bonne partie de la population aimerait simplement avoir du boulot) et d'autres l'accompagnent en bêlant "produisez plus pour gagner plus"...on voit le résultat aujourd'hui ! La droite a donné les clés de l'agriculture en 2008 à la grande distribution dont l'objectif principal n'est pas de nourrir les citoyens mais d'augmenter ses marges comme ses partenaires de l'agroalimentaire. Acheter toujours moins cher c'est devenu leur leitmotiv et comme l'Europe n'a pas harmonisé ses règles sociales, fiscales et environnementales, certains pays exploitent de façon éhontée leur main d'oeuvre venue de l'est comme l'Allemagne et nous envahissent avec leur cochon bas de gamme sans parler de certaines coopératives et abatteurs de nos régions qui envoient le bétail se faire trucider et empaqueter hors de nos frontières comme on peut le voir sur les codes-barres et qui rapatrient ensuite les barquettes dans les grandes surfaces ou dans les cuisines des collectivités en surgelés. Alors c'est certain, il y a un grand ménage à faire dans leur profession qui n'est pas une sinécure, surtout en élevage ou il faut une présence 24/24h et 365 jours/an, car les céréaliers, eux, boursicotent avec indécence sur les fluctuations du prix des céréales et des semences que nos éleveurs ne sont plus capables de produire, donc qu'ils doivent acheter. C'est la totalité du modèle agricole français qu'il faut revoir aussi bien en productions animales que végétales en utilisant la richesse de nos terroirs et en évitant les élevages concentrationnaires sur un seul territoire ! Je n'achète que français et j'épluche toutes les étiquettes et de ce côté là aussi, il y a des progrès à faire avec les notions 'né, élevé, abattu et conditionné" en France clairement identifiées, ce qui n'est pas le cas et l'UE freine des 4 fers pour mettre en place ce genre d'étiquetage qui pourrait nuire à la concurrence. Alors, je n'ose même pas imaginer ce qui se passera avec le TAFTA négocié en catimini par nos représentants à Bruxelles...boujour le boeuf aux hormones et le poulet à l'eau de javel sans oublier les OGM qui font déjà partie de l'alimentation des animaux des agriculteurs français.
Réagir au commentaire de jb1929                            Signaler un abus
   etrangère (29)    en réponse à jb1929le  02/02/2016 à 10h39  
En 1997 sortait "les saigneurs de la terre " de Camille Guillou" qui annonçait déja la crise.
Réagir au commentaire de etrangère                            Signaler un abus
   jb1929 (103)    en réponse à etrangèrele  02/02/2016 à 12h48  
et dimanche après le journal de 13h de france 2 il y avait un documentaire sur les "soigneurs de la terre" qui viennent en aident aux agriculteurs dont le sol devient stérile a force d'utiliser les produits phytosanitaires. En plus, l'utilisation d'anciennes techniques associées à des nouvelles qui utilisent simplement la nature et le bon sens paysan coûte moins chère...
Réagir au commentaire de jb1929                            Signaler un abus
   etrangère (29)    en réponse à jb1929le  02/02/2016 à 20h58  
sur la deux : enquete sur les dangers des pesticides ce mardi 02/02
la bretagne est en bonne place , malheureusement

Acheter plus cher des produits qui empoisonnent nos enfants ! NON
Réagir au commentaire de etrangère                            Signaler un abus
 
   claude29760 (1)   le  02/02/2016 à 01h27  
Je suis solidaire avec les exploltants agricoles. Je suis pres à payer le prix qu'il faut leurs produits, ce n'est quelques centimes de plus sur les produits qui vont nous ruiner, mais encore faut-il que nos commerçants mettent en rayons les produits de nos agriculteurs. Bon courage à toute la profession agricole, j'espère que vous aurez satisfaction.
Réagir au commentaire de claude29760                            Signaler un abus
 
   domdom29120 (13)   le  31/01/2016 à 17h16  
limitation des contraintes environnementales, on sait ce que ça cache,le droit a polluer, cela commence a bien faire non seulement ils cassent tout mais en plus ils voudraient pouvoir polluer peinard!
Réagir au commentaire de domdom29120                            Signaler un abus
 
   kaz-tor (7)   le  31/01/2016 à 03h33  
Connaissez-vous la métaphore de " La grenouille qui ne savait pas qu'elle était cuite... " ? C'est exactement ce qui arrive à nos agriculteurs depuis des années. Et à l'ensemble de notre société.
Privatisation des entreprises nationales et vente à des groupes privés étrangers. Delocalisation et fermeture des entreprises. Perte des technologies et des qualifications, chômage, etc...
Ce qui se passe pour nos entreprises se passe aussi pour notre agriculture et qu'ils soient de droite ou de gôche, nos incapables politiques n'ont aucune envie d'y changer quoi que ce soit. Ils sont à la botte des Macron et de ceux pour qui ceux-ci travaillent ( Pompidou/Rothschild, Giscard /Rothschild, Juppé /Rothschild, Macron /Rothschild... Vous voulez un dessin pour comprendre ?)
L'objectif de ces gens n'est en rien la sauvegarde de l'économie française, mais bien au contraire de s'accaparer petit à petit l'ensemble des outils économiques pour pouvoir mieux en tirer profit, ceci quelle qu'en soient les conséquences, même les plus extrêmes, pour les citoyens.
Il est grand temps avant qu’il ne disparaissent tous que nos agriculteurs, mais aussi l'ensemble des citoyens, arrivent à comprendre que pour éviter de finir comme ces malheureuses grenouilles, ils n'ont strictement rien de bon à attendre ni des politiques, ni des syndicats en place, que des promesses, du vent, et des larmes.
Réagir au commentaire de kaz-tor                            Signaler un abus
   kafka29 (5)    en réponse à kaz-torle  01/02/2016 à 08h32  
c'est bien gentil de taper sur le système économique mais cela me parait un peu simpliste.
Pourquoi d' autre secteurs de l' agriculture s'en sorte très bien?
Peut être faut- il revoir un système agricole défendu par le FDSEA et un système de distribution quasi monopolistique acté par les consommateurs toujours à la recherche du meilleur prix et par les élus toujours prêt à accorder des autorisations d' ouvertures.
Quand vous n' avez plus qu'un ou deux acheteurs devant vous vous étes morts.
Plus de concurrence et une désertification dans les centres villes et dans les campagnes
la politique agricoles faites de subvention est bien morte et c'est pas demain que le monopole des tranformateurs et des distributeurs s' arretera.Alors je pense que l' agriculture actuelle est bien en fin de vie, malheureusement pour les agriculteurs seul quelques gros producteur pourront survivre toujours mais sous le contrôle des monopoles
Réagir au commentaire de kafka29                            Signaler un abus
   etrangère (29)    en réponse à kaz-torle  01/02/2016 à 10h03  
Si le TAFTA est adopté , ce sera bien pire encore....
Les médias n'en parlent pas ,les politiques non plus , mais les négociations se poursuivent ,très secrètes ,menées par des technocrates,et qui ne tiennent pas compte du facteur humain.
Réagir au commentaire de etrangère                            Signaler un abus
 
Rédiger un commentaire ici...

Suivez-nous sur Facebook

 Les dernières vidéos...
Le Malamok est mort. 1er-Mai. « Faire barrage à l'extrême droite.» Les adhérents maintiennent la pression. Bernard Berrou, un passager dans la baie. Une marche de soutien au Malamok.