Le militant de 23 ans a été arrêté jeudi pour « rassemblement illégal », lors d’une manifestation en octobre 2019 à Hong Kong menée contre une loi controversée sur la sécurité nationale imposée par Pékin dans l’ex-colonie britannique.

Il est l’un des visages les plus connus de la mobilisation pro-démocratie à Hong Kong. Joshua Wong a été arrêté jeudi pour « rassemblement illégal » lors d’une manifestation en octobre 2019 dans l’ex-colonie britannique, a annoncé son avocat.

Le militant de 23 ans a indiqué sur Twitter qu’il lui était aussi reproché d’avoir, lors de ce rassemblement, violé « la draconnienne loi interdisant le port du masque » que le gouvernement local avait prise pour tenter de désamorcer la contestation. Ce texte a depuis été jugé anticonstitutionnel.

Cette arrestation intervient, alors que la ville est depuis fin juin la cible d’une reprise en main musclée de la Chine, au travers d’une loi très controversée sur la sécurité nationale qui était une réponse à la crise politique de 2019. Le port du masque est aujourd’hui obligatoire dans les lieux publics de Hong Kong pour lutter contre le Covid-19.

Le port du masque… interdit en 2019

Mais il y a un an, c’est l’interdiction de se masquer le visage qui avait contribué à jeter de l’huile sur le feu, alors que l’ex-colonie britannique était depuis quatre mois le théâtre de manifestations sans précédent depuis la rétrocession en 1997. L’exécutif local, qui est aligné sur Pékin, entendait alors couper l’herbe sous le pied des manifestants qui défilaient avec le visage dissimulé, et faciliter le travail de la police.

L’avocat de Joshua Wong a précisé qu’il avait été arrêté alors qu’il était venu pointer dans un commissariat, dans le cadre d’un contrôle judiciaire décidé dans une autre affaire qui n’a pas encore été jugée. « Wong est soupçonné d’avoir participé à un rassemblement illégal le 5 octobre de l’année dernière, quand des centaines de personnes avaient défilé pour s’opposer à l’interdiction du masque que le gouvernement avait décidée en invoquant l’Ordonnance sur les règles d’urgence de l’ère coloniale », a déclaré Jonathan Man. Les autorités locales avaient invoqué des dispositions d’urgence datant de 1922, auxquelles il n’avait plus recouru depuis 1967, pour interdire le port du masque lors des manifestations. Des milliers de personnes avaient le 5 octobre 2019 bravé cette interdiction et défilé masqués dans le quartier commerçant de Causeway Bay, sur l’île de Hong Kong.

L’annonce de l’interdiction, la veille, avait été à l’origine de graves violences dans la ville entre radicaux et forces anti-émeutes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *