Le Salvador est devenu mardi le premier gouvernement à reconnaître le bitcoin comme monnaie légale, la demande des consommateurs faisant s’effondrer le tout nouveau système de cyber-portefeuille du pays alors que la valeur de la monnaie fluctuait par rapport au dollar.

Bitcoin, El Salvador, legal tender, cryptocurrency,

Les consommateurs salvadoriens peuvent désormais utiliser légalement le bitcoin, ainsi que le dollar américain, qui est la monnaie officielle au cours des deux dernières décennies, pour payer tout bien ou service, selon l’initiative du président Nayib Bukele.

 

Le bitcoin peut être acheté et dépensé via l’application Chivo (qui se traduit par « cool » dans le dialecte local), tandis que l’argent peut être retiré en dollars via les 200 guichets automatiques bitcoin du pays.

 

Le commerce a repris comme d’habitude à quelques mètres de là sur un marché de fruits et légumes, avec des clients et des commerçants échangeant de l’argent.

 

Un vendeur a dit à un client : « Bitcoin ? Non. »

 

Sur les réseaux sociaux, les passionnés de bitcoin se sont vantés d’utiliser l’application gouvernementale pour payer des hamburgers et des pizzas dans les fast-foods, plutôt que d’autres plateformes tierces déjà disponibles.

 

« Nous l’avons déconnecté (le système Chivo) pendant que nous augmentons la capacité des serveurs de capture d’images », a tweeté Bukele dans la matinée, implorant les participants d' »être patients ».

 

Le système a été restauré quelques heures plus tard, mais uniquement pour les utilisateurs de modèles de smartphones spécifiques.

 

– ‘Je ne veux pas de ce bitcoin.’ –

 

Bukele, un millénaire féru de technologie qui aime porter sa casquette de baseball à l’envers, pense que l’adoption du bitcoin permettra à de nombreux Salvadoriens d’accéder aux services bancaires pour la première fois et économisera au pays 400 millions de dollars de frais sur les envois de fonds envoyés de l’étranger chacun. année.

 

Chaque citoyen qui adopte la pièce recevra 30 $ du président.

 

Cependant, le lancement a été accueilli avec des doutes et des inquiétudes quant à l’impact des fluctuations monétaires sur l’économie chancelante du petit pays d’Amérique centrale, ainsi que des inquiétudes quant au manque de protection des clients.

 

Des centaines de Salvadoriens sont descendus dans les rues pour exprimer leur mécontentement.

 

« Nous ne voulons pas de ce bitcoin », s’est moquée Rosa Martha Perez, une sceptique de 68 ans originaire de la campagne salvadorienne qui a défilé mardi dans la capitale avec quelques dizaines d’autres.

« Quelqu’un dans le domaine vendant des fruits, comment pourra-t-il gérer cet argent ? »

 

 

Le gouvernement a déclaré que personne ne serait obligé d’utiliser le bitcoin, et l’application Chivo permettra la conversion sur place du bitcoin en dollar dans des circonstances où les détaillants préfèrent accepter les paiements en devises traditionnelles.

 

Pour les prix des biens, les salaires et les registres comptables, le dollar restera la monnaie de référence.

 

Le gouvernement a lancé le processus en achetant 400 bitcoins lundi, suivis de 150 autres mardi, pour un total de 26 millions de dollars.

 

Dans les échanges européens et américains, l’euro s’est soudainement déprécié par rapport au dollar, passant en dessous de 43 000 $ avant de rebondir à environ 47 000 $.

 

« C’est cette volatilité qui a rendu de nombreux Salvadoriens peu optimistes quant à l’adoption de la monnaie », a déclaré Susannah Streeter, analyste des marchés chez Hargreaves Lansdown.

« C’est un énorme pari pour le système de paiement du pays étant donné qu’effectuer des transactions dans la devise lorsque le prix futur est si incertain est risqué. »

 

 

Un bitcoin était évalué à plus de 63 000 $ à son sommet historique en avril, mais ce nombre avait été divisé par deux en juin.

 

Selon de récents sondages, la majorité des 6,6 millions d’habitants du pays rejetterait la monnaie et continuerait à utiliser le dollar.

 

Le gouvernement de Bukele, qui est majoritaire au parlement depuis mars, a mis de côté 200 millions de dollars pour sa proposition de bitcoin, garantissant que l’argent peut être converti en dollars.

 

On espère que cette décision augmentera les envois de fonds, qui représentent un cinquième du PIB d’El Salvador et devraient atteindre 5,9 milliards de dollars d’ici 2020.

 

Les fonds sont essentiels pour relancer une économie qui a reculé de 7,9 % en 2020, en partie à cause de l’épidémie de coronavirus.

 

Avant mardi, des milliers de Salvadoriens utilisaient déjà le bitcoin.

 

Beaucoup se trouvent dans le village côtier d’El Zonte, où, selon un programme initié par un contributeur anonyme de bitcoins, ceux qui n’avaient même pas de compte bancaire auparavant utilisent désormais la crypto-monnaie pour tout, du paiement de factures de services publics à l’achat d’une canette de soda.

 

« Ils sont désormais capables d’effectuer des paiements en ligne, ils peuvent envoyer de l’argent dans les deux sens avec les membres de leur famille même à des centaines de kilomètres », a déclaré Mike Petersen, directeur du projet El Zonte Bitcoin Beach.

 

« Nous voyons pour la première fois des gens accumuler de la richesse, accumuler des économies », a-t-il déclaré.

 

« Ils peuvent acheter un nouveau toit pour leur maison, acheter une vache, envoyer leurs enfants à l’école, et ce sont des opportunités qu’ils n’avaient pas auparavant. »

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *