En août, Boeing Co a livré 22 avions au milieu de la résurgence des voyages intérieurs et a obtenu des commandes de sept 787, soulageant un programme entravé par des défauts industriels et un arrêt des livraisons, selon un rapport de Reuters.

Boeing livre 22 jets en août, le 737 MAX "queue blanche" est presque parti

L’évaluation mensuelle soigneusement surveillée intervient alors que Boeing s’efforce de récupérer des milliards de ventes manquées en raison de la pandémie de coronavirus, ainsi que de surmonter une controverse sur la sécurité déclenchée par deux accidents catastrophiques du 737 MAX.

Sur les 22 avions de ligne livrés le mois dernier, 14 étaient des avions de ligne 737 MAX et deux étaient des avions de patrouille maritime P-8.

Les six avions restants étaient des gros porteurs, dont trois ravitailleurs KC-46 de l’US Air Force. Boeing a livré 206 avions jusqu’à présent cette année.

 

Airbus, concurrent européen, a livré 40 avions en août, portant le nombre total d’avions livrés cette année à 384. Depuis sa remise en service fin 2020 après une restriction de sécurité de près de deux ans, Boeing avait livré 169 de ses 737 les plus vendus. Jets MAX jusqu’en août.

 

Selon des sources de l’industrie, Boeing a presque supprimé un stock de jusqu’à 200 jets indésirables connus dans l’industrie sous le nom de « queues blanches » laissés par la débâcle MAX.

 

Cependant, il fait face à des problèmes structurels dans son plus gros 787, ce qui l’a contraint à réduire sa fabrication et à arrêter ses livraisons. Néanmoins, Boeing a adopté mardi une note optimiste avec des prévisions améliorées de l’industrie, citant un retour sur les marchés intérieurs, malgré le fait que le trafic à l’étranger reste faible et que les souches de coronavirus posent peut-être de nouveaux dangers. En août, Boeing a déclaré avoir reçu des commandes pour 53 avions, dont 35 MAX et 18 gros porteurs.

 

Il y a 11 777 cargos au total, un pour FedEx Corp. et dix autres d’un client ou d’acheteurs que Boeing n’aurait pas identifié.

 

Après annulations et conversions, le total des commandes pour le mois d’août était de 23. Cela porte le nombre total de commandes pour l’année à 683, ou 280 après annulations, bien avant les 132 d’Airbus. Selon des sources du secteur, Boeing est sur le point de décrocher une commande pour 70-100 737 MAX de la société indienne Akasa, une start-up à petit budget fondée par le milliardaire Rakesh Jhunjhunwala, en attendant des pourparlers séparés sur un contrat d’entretien de moteurs à long terme.

 

Cependant, elle est toujours en désaccord avec la compagnie aérienne irlandaise à bas prix Ryanair, l’un de ses plus gros clients, sur le prix d’une éventuelle commande de jusqu’à 250 jets MAX alors que la demande de nouveaux avions en Europe augmente.

Ryanair a déclaré qu’il ne céderait pas aux demandes de prix de Boeing, citant l’incertitude sur les tendances du COVID-19 comme raison de la suspension des pourparlers la semaine dernière. Selon des sources du marché, Boeing a accru sa confiance dans les prix après avoir reçu des commandes de United Airlines et d’autres, ainsi que de trouver des logements pour tous les « queues blanches », sauf 20.

 

Des sources européennes accusent Boeing de réduire ses prix de manière agressive pour remporter des contrats, une accusation qu’elle nie. Interrogé mardi sur l’approvisionnement en jets MAX, Stephen Jones, directeur général de Flair Airlines, a déclaré à Reuters à Montréal : « Je pense que cela s’est beaucoup resserré ».

 

La compagnie aérienne a obtenu des jets MAX à ce qu’il a appelé un « bon prix » en mars.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *