Le principe de la nation d’origine est décrit dans la nouvelle législation de la commissaire européenne à la concurrence Margrethe Vestager, surnommée la Digital Services Act, qui oblige les entreprises technologiques américaines à faire davantage pour réglementer Internet pour les contenus illégaux et préjudiciables.

En vertu des lois proposées par l’UE, les titans américains de l’Internet tels qu’Apple, Google, Facebook et Amazon devraient être régis par le pays de l’UE dans lequel ils sont basés, a déclaré mardi un éminent législateur, rejetant les appels de certains pays à élargir la portée de l’acte prévu. Le principe du lieu d’origine est décrit dans la nouvelle législation de la commissaire européenne à la concurrence Margrethe Vestager, surnommée la Digital Services Act, qui oblige les entreprises technologiques américaines à faire davantage pour réglementer Internet pour les contenus illégaux et préjudiciables. Étant donné qu’Apple, Google d’Alphabet et Facebook ont ​​leur siège européen en Irlande, le principe signifie que l’Irlande est responsable de leur réglementation, tandis que le Luxembourg est en charge d’Amazon.

 

La France et quelques autres pays souhaitent élargir le champ d’application, craignant que la concentration de l’application sur deux pays seulement n’affaiblisse les règles et n’entrave la prise de décision. Christel Schaldemose, une législatrice qui guide la DSA à travers le Parlement européen et a le pouvoir de la modifier ou de la compléter, approuve l’idée principale de la loi.

 

Dans une interview avec Reuters, elle a déclaré qu’il était logique de préserver le principe de la nation d’origine. Schaldemose, en revanche, veut aller plus loin que Vestager et inclure dans le DSA une interdiction de certaines publicités ciblées. Les publicités qui vous ciblent en fonction de votre activité sur Facebook, par exemple, ne devraient pas être autorisées. Elle soutient que les publicités basées sur le fait que vous avez visité des sites Web pour acheter des chaussures et d’autres articles similaires, ainsi que les publicités commerciales traditionnelles, devraient être autorisées.

 

Schaldemoe a déclaré qu’elle prévoyait de finaliser son projet avec d’autres législateurs au cours des deux prochains mois afin de pouvoir trouver un compromis avec les pays de l’UE l’année prochaine avant que les lois proposées n’entrent en vigueur.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *